[Mes 5 Livres] Edgar Sekloka.

petite_chose

C’est dans la continuité de nos promenades entre le rap et les autres champs artistiques que nous donnons aujourd’hui la parole à Edgar Sekloka pour ce “Mes cinq…” inédit. En effet, nous avons demandé au membre des Milk Coffee & Sugar de nous citer cinq livres qui l’ont marqué ou qu’il considère comme ses “classiques” en terme de littérature. Nous sommes donc très heureux d’inaugurer cette nouvelle rubrique littéraire en compagnie de ce rappeur, poète et romancier raffiné et atypique dont on vous conseille chaleureusement l’écoute (Milk Coffee & sugar) et la lecture (Coffee, Adulte à Présent et ‘Tite chose.).

 M’appel Mohamed Ali de Dieudonné Niangouna (théâtre), Murambi, le livre des ossements de B. Boris Diop (roman), Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971) de T.Deltombe, M. Domergue et J. Tatsitsa (recherche), Georgia de Julien Delmaire (roman), Des ruines de Jean-Luc Raharimanana (théâtre-poésie). Ce sont les cinq œuvres qui émergent là, sans trop réfléchir. Hormis les 732 pages du pavé sur le Cameroun, tous les autres s’avèrent des textes relativement courts. J’ajoute qu’il s’agit également d’une sélection d’auteurs virtuoses écrivant avec goût et précision, pour une lecture agréable malgré un contenu parfois dérangeant, mais qui s’en plaindrait ? Au fond c’est le dérangement, la corruption des certitudes qui nous équilibre et nourrit la grammaire de l’art en général et Des Ruines en particulier.

Publié chez Carnet-Livres, ce livre m’a mis à terre lorsque je l’ai refermé. Après la dernière page, je me suis dit que ce long poème de rage à la première personne, ce poème relatant la cruauté de l’Homme sur l’Homme est un uppercut, un coup de massue donné à la bonne conscience de ceux qui se confortent à oublier les ténèbres de l’Histoire et dont on fait tous, plus ou moins, partie. Il est question d’Afrique, de grands leaders assassinés, d’innocence tuée par balle avec l’image d’un enfant de 13 ans devenu dommage collatéral d’un militaire en service, de soufres de vivre, de ruines qu’on accouche mais qu’on n’ose reconnaître. C’est vrai, c’est sans concession, c’est enlevé, c’est révoltant, c’est douloureux, c’est rythmé, c’est oral, c’est littéraire, il suffirait de l’alimenter d’un beat et ce serait un rap. Un classique, pas de ceux qui le sont par leur médiocrité, mais de ceux qui élèvent les âmes en les forçant à regarder de quelles épreintes elles sont issues.

Pour vous encourager à découvrir les décombres de nous-mêmes, je vous laisse cette citation tirée de l’ouvrage : J’en ai assez de parler, j’en ai assez d’évoquer ce que tous savent, assez de faire de ma bouche l’entrepôt des mots sales charriés des lâchetés. Je voudrais me poser un peu, me tenir loin de la nausée, mais je suis trop près de moi encore, trop près de l’humain… »

[Chronique] 2014 – L’adultère est un jeu d’enfant – Missak

1501704_664587520258860_877297015_n

L’arlésienne. Voilà ce qui en premier lieu pourrait caractériser cet Ep de Missak. Read more »

[Interview] Fixpen Singe : “A priori, cette union est éphémère.”

1964846_621990224541236_1716078397_n

A l’occasion d’une tournée inédite, les emcees Vidji, Kéroué, Lomepal , Caballero et le beatmaker Meyso reconverti en DJ pour l’occasion, ont décidé de monter ensemble sur scène  sous le nom de Fixpen Singe. Pour ceux à qui leurs noms ne disent rien, nous sommes allés à leur rencontre le 29 mars à Marseille  pour leur poser quelques questions. (Une interview plus exhaustive se trouve chez Le Bon Son) Read more »

Le Rap en France recrute.

Vous êtes passionné(e)s de rap français, vous avez une plume intéressante que vous savez manier correctement ? Vous pensez pouvoir vous adapter à la ligne éditoriale du site ? Nous recherchons des intervieweurs, des chroniqueurs/rédacteurs, des secrétaires de rédaction. Contactez-nous à cette adresse : lerapenfrance@gmail.com

[Mes 5 Films] – Lucio Bukowski

image235
On continue l’immersion dans le panthéon cinématographique des rappeurs avec Lucio Bukowski. On savait le rappeur lyonnais féru de septième art puisqu’il dissémine parfois des références dans ses textes. C’est donc avec plaisir que nous vous présentons son classement. Son dernier EP L’homme Vivant est toujours disponible à cette adresse. Read more »

[Interview] Loko & Karna : “La musique c’est mon psy, ma passion et mon métier”

10007070_488643757903556_825237423_n

Nous avions quitté Loko en Janvier 2013 à quelques jours de la sortie de son premier album Vis ma vie  qui voyait enfin l’ex-membre du Barillet mettre sa musique dans les bacs. Compte tenu des longues années nécessaires à la concrétisation de cette ambition, assimilable à un « rêve de gosse », dixit l’intéressé, nous ne pensions pas assister à l’émergence d’un nouveau projet dans un futur proche. Mais notre ingénieur du son semble s’être pris au jeu du passage en cabine et c’est en compagnie de son acolyte Karna, avec lequel Loko a pris l’habitude de collaborer, que s’est enregistré l’opus Décalages horaires dont la sortie est prévue le 7 Avril. Rencontre avec deux des trois éléments. Read more »

[Chronique] 2014 – Ad Hominem – Beeby

BeebyBeeby, Sébastien de son prénom, vient de sortir son nouveau projet, intitulé Ad Hominem le 17 Mars dernier. Nous sommes revenus sur cette nouvelle release du jeune Parisien, en décryptant le projet pour vous. Read more »