Home / Dossiers / A l'origine / [A l’origine] Les face-à-face du sample #2 – Édition spéciale Mafia K’1 Fry

[A l’origine] Les face-à-face du sample #2 – Édition spéciale Mafia K’1 Fry

Pour cette deuxième édition des face-à-face du sample, la formule reste la même : une comparaison de deux morceaux utilisant un sample d’une même chanson originale. Pour l’occasion, l’article sera toutefois axé sur des morceaux de la Mafia K’1 Fry, collectif qui a marqué la fin des années 90 et la première moitié des années 2000. Pour ne pas se restreindre au rap français et américain, amour du beatmaking oblige, parmi les samples qui suivent, nous en avons choisis un utilisé non pas par un rappeur espagnol, au début des années 2000, pour un titre qui a marqué toute une génération.

 

Sample #1

Lonnie Liston-Smith – A garden of Peace (1983) – Samples à 0’18 et 1’01

Different Teep – Maintenant ou jamais Remix (1997)

Jay-Z – Dead Presidents (1996)

A garden of peace de Lonnie Liston-Smith est extrait de l’album Dreams of tomorrow, qui est sorti pour la première fois en vinyle en 1983 (probablement la date la plus crédible même si les sources divergent). Classé souvent dans le jazz, voire le jazz fusion, d’autres le qualifieront probablement d’artiste d’ascenseur. Pourtant, s’il est bien une chose que l’on apprend en écoutant du rap et en remontant à sa source, c’est à découvrir les auteurs originaux qui ont inspiré le rappeur, et donc à tomber sur des morceaux hypnotisants de fil en aiguille. C’est bien le cas avec A garden of peace, mélange de piano et de synthés divers qui pousse à la détente ou l’envie de rapper, selon les sensibilités.

Maintenant ou jamais est le titre phare (et même le seul clippé) de Different Teep, l’un des nombreux sous-groupes de la Mafia K’1 Fry. Formé de Mista Flo, de Lil Jahson (qui quittera par la suite la Mafia) et du légendaire Manu Key, nous devons à ce groupe méconnu l’excellent La rime urbaine (sorti en 1997, à seulement un an du morceau de Jay-Z qui utilise le même sample original). Il existe deux versions du titre Maintenant ou jamais, la première n’utilise pas le même beat, la deuxième est un remix et celle qui nous intéresse. Ce morceau est à l’effigie de D Teep, conscient et engagé. Le groupe se veut le porte parole d’une génération qui, déjà à l’époque, était sur la mauvaise pente. Ce qui force l’admiration, ou attire au moins la curiosité, c’est justement cela. La Mafia K’1 Fry est plutôt connue pour son côté enragé, hip-hop et rue, mais peu pour son rap conscient, caractéristique des années 90. Ce titre, et l’excellente mélodie qui le porte, sont donc particulièrement représentatifs de La rime urbaine. Pour la qualité de la production, il faudra à l’auditeur une certaine indulgence. En raison d’une qualité sonore et d’un mastering peu accomplis, malgré une prod. de DJ Mehdi, c’est plus par ses textes et son cadre hip-hop que ce morceau peut briller.

On ne présente plus Dead Presidents de Jay-Z. Le morceau est sorti en titre promotionnel de l’album Reasonable doubt en 1996, mais ce n’est finalement pas l’originale mais bien une deuxième version qui a été enregistrée pour l’album en question (l’instrumentale reste la même). Le sample utilisé dans ce titre (qui se trouve à 1’01 dans l’original) porte un Jay-Z égotrip qui parle de cash, de lopes, et qui se pose en parrain du game (ce qu’il est réellement devenu, entre autres grâce à ce morceau). On peut déjà voir en comparant ces deux titres que les thématiques et l’optique du rap américain étaient diamétralement opposées à celles du rap français, malgré une cause commune, bien sûr, la révolte. Il en va de même pour les instrumentales. Ce morceau légendaire est difficilement critiquable. Une prod nette, puissante, hip-hop et empreinte d’un peu de mélancolie. Du rap comme on l’aimait à l’époque.

Ce que l’on remarque aisément, c’est que les samples utilisés proviennent du même morceau mais de passages différents, ce qui n’en fait pas des copié-collé. Different Teep ressort du lot, et surtout de la Mafia, de par son message et sa force. Jay-Z le fait grâce à son flow et une instrumentale qui montre bien que les ricains étaient et seront toujours les précurseurs de ce que nous faisons chez nous, même quand nous le faisons bien. Aucun doute, Dead Presidents dépasse Maintenant ou jamais, qui a lui aussi des qualités indéniables.

 

Sample #2

KC and the Sunshine Band – You don’t know (1974)

Mafia K’1 Fry – Pour ceux (2003)

SFDK – ¿Dónde está Wifly? (2003)

You don’t know est sorti sur le 33 tours Do it good, premier album du groupe KC and the Sunshine Band, qui a ouvert les portes du succès à ses auteurs et est sorti en 1974. Autant dire qu’il s’agit d’un morceau issu de l’un des domaines musicaux de prédilection du hip-hop : la funk. La ligne de cuivres utilisée dans l’introduction est utilisée tant par la Mafia K’1 Fry que par SFDK, et c’est la partie la plus entraînante dans les deux morceaux (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler la bande originale de Rocky, citée à tort de nombreuses fois pour le sample utilisé en l’espèce).

Comment ne pas se souvenir du mémorable Pour ceux, présent sur le premier long-format de la Mafia K’1 Fry, La cerise sur le ghetto, sorti en 2003. Le skeud a marqué au moins deux générations et on pourrait considérer Pour ceux comme initiateur d’un certain type de rap, plutôt sectaire, par et pour les mecs du quartier, sans beaucoup de morale, et même porteur de l’esthétique « crâmée ». Ce n’était pas neuf dans le rap, mais il est sûr que le début des années 2000 a marqué une rupture avec la fin des années 90, tant dans le style instrumental que dans les thèmes abordés, ou au moins dans la manière dont ils étaient abordés, et Pour ceux reflète parfaitement ce phénomène. L’introduction du morceau de la Mafia est donc la même que celle du titre dont est tiré le sample. Mais ce qui est intéressant, c’est que le sample va disparaître pendant le morceau pour ne plus être utilisé que comme variante ou au refrain, laissant la place à des compositions plus électroniques (qui ne sont pas de DJ Mehdi car la rupture est consommée au moment de la sortie de l’album), caractéristiques elles aussi d’une évolution musicale des instrumentales hip-hop qui débute au début des années 2000 (et qui n’a pas toujours été une franche réussite).

¿Dónde está Wifly? est probablement LE titre référence de SFDK, une des formations de rap espagnol les plus célèbres des vingt dernières années. Le son a marqué les tours andalouses et a résonné dans les rues de Séville à celles de Madrid dans les années 2000, avec son récit d’un gamin de quartier autiste, qui de victime passe à bourreau, trafiquant de drogue craint et respecté. Un peu plus classique que celui de Pour ceux, le style d’instrumental de ¿Dónde está Wifly?, produit par Acción Sánchez, n’en est pas moins riche. On remarquera aussi, outre le fait que le morceau est sorti la même année que Pour ceux, que l’introduction est la même que dans ce dernier, et qu’un effort a également été fait pour que le sample principal ne soit pas le même que celui de l’intro (ici, il s’agit essentiellement de différents cuts du morceau original assemblés par MPC).

L’ambiance glauque et angoissante de Pour ceux (couplée au superbe clip de Kourtrajmé) en fait un son incontournable des années 2000. Mais c’est aussi le cas du morceau de SFDK. Et ceux qui parlent espagnol, ou seraient tentés d’apprendre à le faire, découvriront un morceau aussi puissant que celui de la Mafia K’1 Fry, malgré une esthétique différente mais tout aussi agressive.

 

Sample #3

René & Angela – I love you more (1981)

113 – Jackpotes 2000 (1999)

Notorious B.I.G feat Jaz-Z & Angela Winbush – I love the dough (1997)

Extrait du vinyle 45 tours éponyme de René & Angela, I love you more marque les débuts de la musique disco et est aussi un des samples les plus représentatifs du genre en hip-hop US. On remarquera aisément la basse et le rythme très présents et entraînants : le funk a évolué et la musique de boîte de nuit veut plus de synthés et de percussions électroniques, ce qui rend la tâche encore plus difficile aux producteurs de hip-hop lorsqu’il s’agit de cacher les caisses claires déjà présente sur l’original.

Comment oublier le premier album du 113, Les princes de la ville ? Presque chaque titre du skeud qui a tourné en radio est devenu un classique, probablement en raison du contexte et de la carrure de banlieusards assumés des trois rappeurs de Vitry. Des Tontons du bled à Hold up, les voix rocailleuses des trois MCs (certes pas des génies de l’écriture mais néanmoins des rappeurs à la présence certaine) soutenus par DJ Mehdi (encore lui) ont explosé les ondes de Skyrock pendant plusieurs années, et ils ont probablement été les premiers de la Mafia K’1 Fry à le faire. Parmi tous les sons de cet album qui ont tourné en radio, Jackpotes 2000 restera dans les têtes de nombre d’entre nous comme le titre le plus dansant et réussi. Dans une ambiance de boîte de nuit, de rigolade entre potes et de drague, on suivra les aventures des trois compères en soirée. DJ Mehdi a simplement samplé l’introduction de I love you more, en a ressorti la basse et ajouté des percussions par-dessus la ligne de batterie originale (et toute la difficulté était bien là), nous livrant une instrumentale parfaitement maîtrisée.

I love the dough, un featuring légendaire entre Jay-Z et le mec le plus « pesé » du rap game fin 90, j’ai nommé Biggie, est enregistré pour le dernier album que ce dernier livrera de son vivant. La prod est encore plus disco que celle du 113, et pour cause, le sample principal utilisé n’est pas celui de l’introduction du morceau original, mais bien celui qui arrive juste après, à 0’12. L’essentiel de la mélodie qui porte les deux poids lourds est un subtil mélange d’une basse filtrée à partir du sample utilisé et de bouts de ce même échantillon qui font leur apparition tout le long du morceau.

Deux classiques, une époque assez proche et des univers complètement éloignés. L’instrumentale de Jackpotes 2000 est probablement plus porteuse que celle de I love the dough, et rappelle surtout plus de souvenirs. Mais en ce qui concerne les artistes, si on laisse de côté la nostalgie d’une époque, le 113 fait pâle figure à côté des New-Yorkais.

About Tesflex

Rappeur/beatmaker + chroniqueur

Check Also

booba-president-de-la-republique

[Dossier] Booba : Toujours dans la tendance, jamais dans la bonne direction

Écrire un dossier argumenté, rationnel, intelligent, à destination des rétifs de Booba. Tel fut le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.