Home / Interviews / AL : « Les rappeurs, dans leur majorité, ce sont des gens qui galèrent, c’est une réalité ! »
IMG_8620

AL : « Les rappeurs, dans leur majorité, ce sont des gens qui galèrent, c’est une réalité ! »

Tu évoquais précédemment ton évolution artistique. Comment perçois-tu justement cette évolution dans le temps, en terme d’approche de la musique, depuis tes débuts « officiels » avec « Les Lions vivent dans la brousse », en 1997 ?

Je ne sais pas comment bien l’expliquer et je ne voudrais pas que ce soit mal interprété, mais pendant très longtemps, je ne me souciais pas de la manière dont mes morceaux pouvaient être perçus et de ce que la musique pouvait leur apporter. A cette époque, j’avais une petite prétention de rappeur, j’écrivais et je demandais au mec qui s’occupait du son : « Arrange ta musique par rapport à ce que j’ai écris ! ». Alors que maintenant, je sais faire l’inverse ! Je laisse les gens qui font la musique apporter quelque chose au morceau, et je m’adapte, c’est quelque chose dont j’étais incapable auparavant. Le rap reste de la musique, et la musique fait au moins 51% du résultat final ! Tu ne peux pas mettre toutes les musiques derrière n’importe quel rappeur. Quand Jeru a eu l’impression qu’il pouvait se passer de DJ Premier, ça n’a pas donné le même résultat. Les mecs qui font le son nous font briller ! Je rappe depuis 20 piges et pourtant, c’est quelque chose dont je ne me suis pas aperçu tout de suite…

Et tes 10 prochaines années, comment les perçois-tu vis-à-vis du rap ?

Ça j’en ai aucun idée ! Je suis salarié, j’ai plus de 40 balais aujourd’hui, et je n’attends pas après le rap pour bouffer, mais je ne vois pas pourquoi à partir d’un certain âge tu serais obligé d’arrêter de faire de la musique ! Il y a plein de musique où les artistes ont un certain âge et personne ne leur casse les couilles ! Mais je ne me projette pas, tout dépendra peut-être de ce qui va se passer après ce disque, mais aussi de l’envie que j’aurais ou des tournants que peuvent prendre ma vie personnelle…

Pour conclure, récemment avec Asocial, tu rappais que « 99% des mc’s sont très cons » ! Qui sont les 1% dont tu apprécies le travail et potentiellement avec qui tu aimerais collaborer ?

« J’aimerais » est un grand mot ! Il y a des gens dont j’apprécie le travail, en effet, mais je n’ai pas forcément envie de les rencontrer ou de bosser avec eux pour autant. Je reste à ma place d’auditeur ou même de fan. Même chez ceux que je pourrais appeler les « nouveaux rappeurs », il y en a que tu écoutes, que tu apprécies sans chercher à collaborer avec…

Tu as des noms en particulier ?

Là, récemment, j’ai écouté des morceaux de Zekwe Ramos, j’ai bien accroché ! Mais j’écoute peut-être moins de rap qu’avant. Je ne sais pas si c’est une question d’âge ou d’évolution, mais je m’ouvre beaucoup plus à d’autres styles, comme le rock, par exemple. En ce moment, j’écoute une artiste américaine qui s’appelle Tamar Kali et je kiffe bien !

Je te laisse le mot de la fin, si tu souhaites rajouter quelque chose…

Non, pas spécialement. Le reste, c’est pour octobre 2015 : « Le Pays des Lumières » !

 

Pour soutenir le projet : http://www.kisskissbankbank.com/al-le-pays-des-lumieres-nouvel-album

 

 

 

 

 

 

 

About Laurent Lecoeur

Tombé dans la marmite du rap français. Ressorti sans formule secrète mais avec l'envie d'y replonger pour en savoir un peu plus...

Check Also

79963999_822150344897733_2096981687366844416_n

[Interview] Nedelko : « Se faire comprendre par les émotions, c’est une des essences de la musique »

C’est à quelques rues du studio d’Oster Lapwass, grand manitou de l’Animalerie, qu’on a retrouvé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.