Home / Sélections / Anadiplose de featurings / Anadiplose de featurings #7

Anadiplose de featurings #7

Les anadiploses de featurings forment une série de rappeurs qui s’enchaînent les uns aux autres. Cette chaîne de featurings comporte déjà trente maillons et elle n’est pas près de s’arrêter. Vous voilà déjà au 7ème épisode qui fait la part belle aux années 2000. Dans l’épisode précédent, Maxime terminait en laissant le choix de poursuivre par Busta Flex, Passi, Lino et Le Rat Luciano. J’ai choisi le rappeur de la FF.

Le Rat Luciano & Eloquence – Le monde est nôtre (2003)

Sur la peu connue mixtape promotionnelle de Jeu de société  – DisizenkaneDisiz invitait Eloquence et Le Rat Luciano. Au menu : de l’egotrip, comme souvent sur les mixtapes. L’entrée est servie par Eloquence que le grand public découvre cette même année avec Match nul sur la BO de Taxi3. Suit Disiz qui livre le refrain et son couplet. C’est Le Rat Luciano qui s’occupe du dessert, avec un final proche de ses thèmes habituels, ou en tout cas de ce qu’il en était avant qu’il pèche par excès de jeunisme…

« J’préfère peu d’amour vrai que beaucoup d’faux
J’ai envie d’shooter la T.V. quand y’a Sarko et Rafa aux infos » (Eh oui déjà en 2003…)

 

Eloquence & Joe Lucazz – La recette (2016)

Ce printemps 2016 revenait Eloquence avec la sortie d’un EP – Trill Makossa – dans, avouons-le, un certain anonymat. Le projet est pourtant de bonne facture et les plus anciens apprécieront de réentendre l’élocution singulière d’Eloquence. Un featuring avec Joe Lucazz (récente interview à lire ici) apparait comme une évidence tant les deux rappeurs jouent sur le même terrain de l’élégance et du charisme vocal. Complices du moment, les deux rappeurs révèlent les ingrédients de La recette tout en atténuant leur fin de phases au cas où elle tomberait dans des oreilles indiscrètes. Il ne nous reste plus qu’à espérer que l’expérience d’un tel featuring se reproduise.

« Petit billet pour les guetteurs mineurs, ici on bosse à la chaîne
Cagoulés entre deux étages, en l’air la tête dans les nuages
On refait le monde dans la ture-voi »

 

Joe Lucazz & Disiz – Pas là pour rien (2004)

L’association EloquenceDisiz paraissait évidente au vu de leur nombreuses collaborations, mais j’ai choisi de passer de l’un à l’autre à travers Joe Lucazz. Le petit bijou Pas là pour rien est présent sur Marche avec nous, un projet underground signé Joe & Cross aka Joe Lucazz et Cross Lupino. On y trouve en featuring le Disiz qu’on aime, celui qu’on a un peu perdu, celui au flow fluide et facile. Le trio excelle sur une prod efficace et surprend par un refrain chantonné à tour de rôle, de manière assez agréable.

« Je n’suis pas là pour rien parce que je suis fertile
Homo sapiens aux testicules
J’ai tout un peuple dans mon caleçon Dim qui gesticule
Et qui demande à vivre
Je peux donner la vie
En ça je peux changer le monde, c’est c’que je crois, à mon avis »

 

Disiz & Joey Starr – Les rumeurs (2000)

En 1999, Joey Starr repère Disiz La Peste sur son maxi Bête de bombe (ce que les gens veulent entendre). Rien d’étonnant qu’un an plus tard le Jaguar se retrouve sur son premier album Poisson rouge. Les Rumeurs revient justement sur les on-dit qui ont entouré le coup de pouce de Joey. Le morceau ne fait pas vraiment partie des meilleurs titres du premier album de Disiz. Mais leur collaboration ne s’arrête pas là puisque le rappeur d’Evry retrouvera en 2005 Joey Starr, pour le refrain de Bête de bombe 3, titre qui deviendra cette fois un classique.

« Sache qu’une rumeur s’construit grâce aux deux phrases maîtresses
Y a pas de fumée sans feu et y’a que la vérité qui blesse »

 

Joey Starr & Nathy – Dans mon secteur (Remix) (2014)

En 2014, Joey Starr est de retour et forme avec Nathy les Caribbean Dandee (chronique à lire ici). Ils sortent alors Dans mon secteur (Remix), titre annonciateur de l’album qui sortira l’année d’après. Joey parvient à s’extirper des messages d’urgence devenus obsolètes pour se concentrer uniquement sur la musique et l’énergie qui le caractérise. C’est sans doute la meilleure voie qu’il pouvait prendre pour poursuivre sa longue carrière. Déjà habitué du B.O.S.S., Nathy, plus qu’un faire-valoir, parvient à trouver sa place au côté de cet égo sur-dimensionné.

« Dans mon secteur, si t’as pas les baloches en fonte
Tu finis mal et tous les cons vont finir morts
En-dessous de mes pompes
Mon âme est dépourvue d’espoir »

On vous retrouve le mois prochain pour un nouvel épisode des anadiploses de featurings qui reprendra avec Nathy.
Une idée pour la suite ?

 

 

About Guillaume Seitz

Guillaume Seitz

Check Also

apercu1

Les 100 meilleurs albums de rap français des années 90 [complet]

Récemment, on s’est rendu compte que la jeune génération d’auditeurs ne connaissait plus vraiment les …

One comment

  1. Coucou !
    Pas un grand fan de Nathy donc pas facile de trouver la suite mais j’ai quand même envie de dire le son qui tue https://www.youtube.com/watch?v=Pw4DyOaxfX4, même si c’est pas le son du siècle selon moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.