Home / Sélections / Anadiplose de featurings / Anadiplose de featurings #3
12165355_1082206291804540_644609282_o

Anadiplose de featurings #3

Nous voilà déjà au troisième épisode de cette superbe chronique. Guillaume m’a laissé la chance de m’occuper de cette nouvelle édition, et c’est avec plaisir que je prends le flambeau. De Paris à Marseille, d’egotrip à introspection, nous voguons à travers les styles. Cependant, pour cette édition, nous avons choisi de rester dans une époque désormais révolue, là où l’ancienne anadiplose avait cherché à faire des ponts entre les années actuelles et les anciennes. Trêve de blablateries, place au son !

 

Akhenaton & La Fonky Family – Bad Boys de Marseille (1996)

Il y a de ces chansons qui deviennent de réelles hymnes pour la population, la ville, ou le quartier qu’elles représentent. Bad Boys de Marseille en fait partie. Présent sur le désormais sur-classique Métèque et Mat (1995), réenregistré une seconde fois en 1996 avec Shurik’n, et la même année, une troisième fois avec Bruizza pour une version « sauvage », ce son est une véritable ode à Marseille, à son atmosphère guerrière (comme en témoigne le champ lexical utilisé par tous les rappeurs sur le son) et à sa grandeur. Akhenaton, Menzo, le Rat, Sat et Don Choa croisent le mic pour nous signer un classique sur un sample de Eddie Kendricks. Le récent Paris, mon amour de Swift, pourrait-il en être l’équivalent parisien ?

Ici c’est Mars, surface rouge, la populace panique
Histoire tragiques, atmosphère tendue, volcanique

La Fonky Family & les X-Men – Maintenant ou Jamais (1998)

Si Dieu veut… Est-il encore nécessaire de présenter cet album ? Avons-nous besoin de vous rappeler à quel point son influence sur Marseille et le reste du rap hexagonal est importante ? En coopération avec nos parisiens de Ménilmontant, la coopération MARS-Beriz se fait à merveille sur une grosse intru d’un des meilleurs producteurs de l’hexagone, le grand DJ Pone.

 On est tous des homo sapiens à l’avenir mince.

Les X-Men et Nakk – Ferme ta gueule (2001)

Nakk, plus grande perte de ce rap français, un des meilleurs, un des moins reconnus. Bien que l’on ait crié à la future étoile montante après Chanson Triste, M. Mendosa n’a jamais réussi à être apprécié à sa juste valeur. Sur Ferme ta gueule, en collaboration avec Ill et Cassidy, le trio nous livre un son décomplexé, complètement farfelu et sans queue ni tête. Un gros boom check classique sur un sample de Donna Summer (A man like you) pour représenter une époque qui puait le kickage par tous les pores. Le son est présent sur la mixtape Bombatakk Vol.1 et sur le street album de Nakk sortie en 2006, Street Minimum.

Le rap ça fait souffrir, ça rassure et ça rend sourd
La bière, ouais, ça rend saoul, on boit qu’ça en dessous !

Nakk & Les 10 – On se reverra là-haut (avec Wallen) (2001)

L’Indis, Lavokato, Nakk: si seulement deux d’entre eux sont biologiquement jumeaux, le troisième vient tout de même compléter une fratrie haute en couleur. Au point qu’ils eurent crée, à l’époque, un groupe officieux appelé « Les Triplés« . Les trois amis de Bobigny se rencontrèrent il y a longtemps (fin des années 1980) et sont aux racines de la création du label Bombatakk crée en 1999. Sur On se reverra là-haut, sorti sur la mixtape Bombatakk de 2001, le trio nous livre ses peines profondes quant à leurs futures morts et à celles de leurs proches. Accompagnées par un superbe refrain chanté en arabe par Wallen, les voix des trois amis se marient parfaitement à l’instrumentale mélodieuse et triste de la musique.

Mon père est parti maintenant il y a déjà 10 années
Il me donne sa force de là haut pour que dans ma tête j’ai pas la zizanie.

Les 10 & Lino – Tu crois qu’on sait rien foutre (1999)

Parmi les connexions les plus folles de ce foutu game. Quand le tonton du rap français crache le feu avec les jumeaux les plus talentueux de l’hexagone (toutes catégories confondues), cela nous offre une track invincible. Enregistré par Fred Le Magicien au studio Bastille en 1999, sur une prod de Lavokato, le son devait d’abord sortir sur la compil’ Original Bombatakk. Finalement, il est apparu sur une des tapes cassette de Bombatakk quelques années plus tard. Remixée il y a peu par Mani Deïz (Kidz of Crackling), cette chanson reste trop peu méconnue malgré sa force d’interprétation. Alors oui, on finit sur un Lino, déjà présent dans la précédente anadiplose. Mais bon, que voulez-vous, il est inévitable.

On se donne RDV le mois prochain pour la prochaine édition !

 

 

About Leo Chaix

Grand brun ténébreux et musclé fan de Monkey D. Luffy, Kenneth Graham et Lana Del Rey, je laisse errer mon âme esseulée entre les flammes du Mordor et les tavernes de Folegandros. J'aurai voulu avoir une petite soeur, aimer le parmesan, et écrire le couplet de Flynt dans "Vieux avant l'âge". Au lieu de ça, je rédige des conneries pour un site de rap. Monde de merde.

Check Also

apercu1

Les 100 meilleurs albums de rap français des années 90 [complet]

Récemment, on s’est rendu compte que la jeune génération d’auditeurs ne connaissait plus vraiment les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.