Home / Dossiers / Billets d'humeur / [Billet d’humeur] Zad, grèves et manifs : La rue en rap

[Billet d’humeur] Zad, grèves et manifs : La rue en rap

C’est le printemps, il pleut, il fait froid, on a pas le moral et on est pas épilés. On écoute de la musique classée dans le bac « sous-culture d’analphabète » en se disant que tout est foutu. La France, on l’imaginait sous hypnose depuis 2015, depuis le criant de vérité et le mélancolique Que la famille – on imaginait que le réveil du Tramadol à libération prolongée ne viendrait jamais, et on s’en foutait. Et puis en retroussant les paupières on a aperçu du mouvement. Ça bouge, ça fait du bruit, ça bloque les facs, les trains, les avions. Il y a même eu un peu d’excitation dans notre carcasse désaffectée face aux images du 1er mai : nous aussi on aurait aimé mettre un k-way, un casque et un masque de ski pour dézinguer la vitrine d’un McDo avec une batte.

Mais comme on croit plus en rien, ce jour là on était affalés sur un canapé en survêt devant un documentaire animalier. Et puis quand on a zappé comme un connard sur BFM pour connaître le nombre de morts, on a reconnu un souffle parmi les banderoles : les slogans ont changé. Bien sûr les éternels automatismes langagiers des militants persistent mais entre « Macron démission » et « travailleurs de tous pays, unissons-nous », on a reconnu Damso, Sofiane, Médine, Booba, et tous les autres : les comme nous, qui n’y croient plus et qu’on écoute pour se rassurer qu’on est pas seul à plus y croire.

Des lyrics qui se déplacent des enceintes jusqu’aux banderoles, on va pas se mentir, ça fait plaisir. Et comme le plaisir est de plus en plus mal remboursé par la sécu ces derniers temps, on va se faire un petit florilège gratos, comme en 2016.

 

Un reportage putaclic pas du tout en immersion pour réveiller le punk de canapé qui est en nous…

 

PNL est devenu un classique des manifs, cette année encore les références au duo sont de la partie :

manif4

manif5

manif6

 

Y’a du nouveau cette année : Niska inspire les foules et son « pouloulou » qu’on a du mal à se sortir de la tête s’est aussi incrusté sur les banderoles.

macron

manif1

manifniska

 

Dans les nouveaux invités des manifs, on a eu 13 Block et leur track Hors-la-loi :

13block

 

Mais aussi Enfants Terribles. Ils ont eu le privilège de tourner en boucle sur BFM entre deux images chocs de poubelle brûlée et de vitrine cassée, avec un simplissime et efficace « à bas la hess » :

(On aurait bien vu une autre banderole pour ce track : Quand tout est noir on arrive en black)

Médine et son track phare de 2017 avec Youssoupha, Seth Gueko, Sofiane, Alivor, Ninho, Lino & Lartiste. Si « la banlieue influence Paname » , la formule se décline pour citer tous les vrais représentants du futur Grand Paris :

 

manifsofiane

médine

Damso, c’est sur les murs qu’on l’a lu.

manif damso

« Je n’veux plus de toi, je n’veux plus de toi, […] Et si j’lui disais tout c’que je ressens sur l’instrumentale, avec de l’autotune ça passera p’t-être mieux« 

manif7damso

 

Les manifs ont fait ressusciter la plus kickeuse des rappeuses, celle de la génération « non non » : Diam’s. Et il y a presque 10 ans elle sortait un track plutôt triste pour l’époque et pour sa discographie. Mais le boom-bap, le piano et le violon étaient encore là, il y avait encore ce kickage unique, garant d’un cœur qui bat à 70 bpm, disposé à se réveiller. C’était avant la codéine de Jorrdee. C’était avant Trump, avant l’affaire Platini, avant Snowden. Mandela et Framboisier étaient encore là, c’était avant l’extinction du dauphin de Chine et du rhinocéros noir, avant la mort de Mickeal Brown. C’était avant l’élimination de la Coupe d’Europe de l’OM en seizième de finale. C’était le bon vieux temps, celui où les moins de 20 ans avaient encore quelque chose de Tennessee. C’était l’époque où Diam’s rappait : « Elle a des airs de victoire ma jeunesse, mais elle a pas le choix des armes » :

 

manif3

maaniff

 

Parenthèse enchanteresque fermée, retour à la réalité avec Kalash Criminel et Kaaris pour un détournement des paroles de morceau Arrêt du cœur : « Les armes sont payantes mais les rafales sont gratuites » :

manif kaariskalash

 

On a vu des surprises cette année. Une référence à Fatal Bazooka et leur morceau Ce matin va être une pure soirée, un track hautement négligeable dans le paysage du rap français. Eux ne l’avaient pas oublié :

manifatalbazooka

 

Pour démontrer la détermination de ceux qui n’ont rien à perde dans une ambiance bien dark Niro est l’homme qu’il faut avec son track Plus déter :

manif niro

 

 

On a retrouvé SCH pour un discret « mathafack » détourné :

manif2

 

On a aperçu les paroles d’un track d’Hugo TSR de 2008 sur les murs (putain les mecs sont chaud). Tirés de l’album Flaque de samples, on pouvait les entendre dans Cendrier plein, stylo vide :

manifhugo

 

Tchikita de Jul, ou le morceau de lover qui inspire le plus de mutinerie. Bande originale des coups de coude de Booba en soirée, c’est sur des pancartes de manif qu’on l’a retrouvé. Quand on vous dit que Jul c’est street…

manifjul

 

Un vieux morceau de Keny Arkana est souvent mis à contribution en manif. C’est le contexte idéal pour réécouter La rage du peuple. A savoir que « La rage du peuple » est aussi le nom d’un collectif altermondialiste marseillais. Allez l’OM !

mmanif

 

 

Parce que c’est l’heure du dessert, on vous a gardé le Booba pour la fin avec par ordre d’apparition : LE signe de ralliement au Duc (la piraterie n’est jamais finie), LA punchline détournée (si j’traîne en bas d’chez toi j’fais chuter le prix de l’immobilier) et LA menace ultime version Notre-Dame-Des-Landes (y’aura jamais de trêve m’ont dit mes kheys du 93) :

manifpirate

manifb200

 

Congratulations aux motivés de la banderole et de la barricade.

 

 

About Ana Ravat

Je suis nulle en solfège, j'ai aucun talent musical, j'écoute beaucoup de rap sans jamais acheter un CD et quand je vais en concert c'est que j'ai un plan pour des places gratos. Face à l'inconfort psychologique et à l'immoralité d'une telle situation j'ai décidé de réduire les tensions névrotiques inhérentes à ceux qui prennent sans jamais donner. Me voici, me voilà, profitez-en!

Check Also

IENCLAR

[Billet d’humeur] C’est quoi le « rap de iencli » ?

Le Rap de iencli, c’est le nouveau sujet à la mode parmi la myriade de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.