Home / Dossiers / C’est pour le Gouffre, frère

C’est pour le Gouffre, frère

Les mecs du Gouffre sont des hommes de l’ombre, un peu comme les Lunatic il y a une quinzaine d’années. Le plus étonnant, c’est qu’ils continuent de maintenir cette ligne de vie alors même qu’ils ont percé. Un peu comme si la célébrité, au fond de leur spirale de désespoir, n’était pas une fin en soi. Ils sont maintenant cinq (Tragik aurait quitté le groupe depuis peu, mais nous nous attarderons sur cette nouvelle à la fin de l’article): Char, Gabz, Fonik, l’Affreux Jojo et Brack. Enfin six, si l’on compte F, qui n’est pas au micro mais qui opère dans l’ombre. Sous la baguette de Char, qui produit la quasi-totalité des titres, les six soss ont su faire leur place dans l’underground grâce à un ensemble d’outils qu’ils ont su manier habilement.

Chaos et harmonie

Le Gouffre, c’est un univers chaotique, empreint d’une certaine nostalgie des années d’or du rap français. C’est un collectif qui a su remettre au goût du jour un style musical impérissable, mais souvent qualifié de vieillissant par une génération avide de nouveautés, du streaming musical en passant par le téléchargement immédiat.  Le Gouffre, c’est aussi l’alcool, la fumette, la nuit et la zone de façon plus générale. C’est en fait la spirale de l’autodestruction, et méfie-toi, car si « t’es tombé dans l’trou, tu vas rentrer dans l’crew ». On verra dans la quasi-totalité des sons une certaine complaisance dans cette détresse, dénoncée dans le même temps.

Les clips apportent la couleur du monde des gouffriers, et beaucoup d’alcool, pour le côté liquide. Enfin, Le Gouffre, c’est encore et toujours des instrumentales hip hop. Une prod lourde, fondée exclusivement sur des samples, qui sont, plus que de la musique, une façon de penser et de retranscrire la réalité. Des instrus comme on les saignait dans les années 90. Un sample, sale, une basse et un beat boom-bap. C’est un rap immobile, qui emmerde les tendances, et qui me plaît, en grande partie pour cette raison. L’artisan du groupe ? Char. Char fait une des choses qu’il sait faire le mieux, des instrumentales, et les gens en redemandent.

Attardons-nous justement sur Char, l’incontournable, qui, pendant que j’écris, s’écoute probablement le dernier album d’Ol’Dirty dans sa DeLorean. Sans aucun doute le fondement du groupe. Très bon lyriciste, probablement l’un des meilleurs de l’équipe, car, même si le niveau général est bon en l’occurence, comme tout le monde sait, dans un collectif, tout le monde n’a pas le même niveau, question de probabilités mathématiques. Outre des seize mesures, Charutos assure presque tous les beats du collectif (à quelques exceptions près, assurées par Inch.), mais il a aussi et surtout produit la mixtape Marche-arrière, suivie de l’album du Gouffre, L’apéro avant la galette, et sa dernière mixtape, Nous contre eux.

Marche-arrière,  c’est la mixtape qui a justement donné un coup de neuf à la culture du hip-hop. Un MC par titre, et surtout, une prod old school percutante (d’où le concept de marche-arrière). Une formule efficace (la seule qui sache me faire vibrer) qui a fait découvrir pas mal de MCs undergrounds et qui a permis à d’autres rappeurs renommés de l’âge d’or de faire un magnifique retour (citons entre autres Jeff le Nerf, qui juste après a sorti un album dans le même style que la mixtape du Gouffre). Cette formule efficace, c’est la marque de fabrique de Char, et elle l’accompagne sur toutes ses prods, même quand il produit d’autres artistes (Hugo TSR, par exemple).

L’album du Gouffre, L’apéro avant la galette, suit la même voie, mais c’est un projet qui permet enfin de révéler une grande partie du potentiel du groupe en lui-même, qu’on ne voyait finalement que très peu sur la mixtape précédemment citée. La mixtape Nous contre eux, dont l’innovation est de proposer les instrus en face B, reprend plus ou moins le concept de Marche-arrière, sauf que c’est véritablement Char, en son nom, qui la produit. Le concept propre à la mixtape, avec des titres pouvant aller de 1 à 3 minutes, est cette fois moins présent. Les artistes, la plupart se trouvant déjà sur Marche-arrière, livrent une prestation plus approfondie, plus proche de ce qui se ferait sur un véritable album.

Le collectif est intemporel, voire anachronique. Ils feront probablement la même musique toute leur vie, c’est très bien comme ça et c’est même ce que j’attends d’eux. Les gars du Gouffre se sont donc créé leur propre univers, dans lequel, paradoxalement le chaos alimente la création artistique. Mais si l’alcool est un des phares de leur monde, il n’est pas le seul pilier sur lequel repose leur architecture, pour autant qu’il y en ait une dans les abysses. Les gars sont épaulés par Wild Sketch, qui donne une couleur à toutes leurs œuvres, et contribue à toute la partie marketing. Qui a oublié le jeu de société fourni en édition limitée avec Marche-arrière (il trône fièrement sur mon étagère), qui donnait sa forme singulière à la mixtape ? L’illustration de leur album, L’apéro avant la galette, habile clin d’œil au « radeau de la méduse », va dans le même sens. Quel que soit le projet, la griffe de Wild Sketch n’est pas loin.

Si le rap du Gouffre n’est pas à proprement parler « conscient » ou « engagé », on y trouve quand même des titres très réfléchis, aux thématiques plus profondes. Nous avions vu de quoi étaient notamment capables Char et Gabz dans ce registre, dans le titre En pleine tempête, sur l’album du groupe. J’avais notamment été surpris par la prestation de Gabz et je m’étais dit que sa strophe laissait présager de bonnes choses. Je ne m’étais pas trompé, son titre solo dans la dernière mixtape de Char confirme son aptitude à écrire de manière introspective. La strophe de Tragik dans ce titre était aussi de très bonne facture, mais au vu des évènements récents, j’ouvrirai un aparté sur l’ex-membre, talentueux, du collectif.

Le Gouffre et l’avenir

Alors même que je me creusais la tête pour écrire des choses intéressantes, j’ai appris qu’il faudrait désormais parler de Tragik au passé, au moins en ce qui concerne Le Gouffre. Tragik, qui rêve de briller mais n’est pas une étoile dans le ciel, était, avec Char, l’un des membres les plus talentueux de cette clique de joyeux drilles. Je rêvais de voir sortir son album solo, qui est évoqué depuis au moins deux ans, mais qui n’a toujours pas vu le jour. Il aurait probablement fait du bruit, mais semble maintenant fortement compromis, compte tenu de cet évènement de dernière minute, sur lequel nous n’avons que très peu d’informations.

La disparition du MC soulève d’ailleurs quelques questions. La première : l’avenir du groupe ne serait-il pas en péril maintenant que Tragik n’est plus là ? Priver cet univers de l’un des piliers – essentiels – sur lesquels il repose pourrait équivaloir à jouer à la roulette russe. La deuxième, directement liée, que l’on peut se poser lorsque l’on remarque que le collectif a la fâcheuse tendance de se séparer de certains de ses membres de temps à autre est la suivante : mais où est donc passé Salazar ?

En espérant que Tragik continue une carrière en solitaire, ou avec un peu de chance qu’il réintègre le groupe, je conclurai en disant que le Gouffre, c’est du hip-hop, au sens premier du terme. De la vraie musique pour les caves et les capuches, qui fera bouger les têtes et réfléchir ceux qui le veulent. C’est une bande de potes qui font ce qu’ils aiment et qui ont réussi à monter un petit empire en partant de pas grand chose. Et pour ceux qui regretteraient Tragik, il nous restera toujours les prestations de l’infréquentable, que l’on peut retrouver sur les projets du Gouffre mais aussi à droite et à gauche sur internet.

About Tesflex

Rappeur/beatmaker + chroniqueur

Check Also

JohnSurman

[A l’origine] John Surman, du jazz à la trap : histoire d’un sample

Quel est le point commun entre Lunatic, Hit-Boy, Kalash, G-Unit, Phife Dawg, Demi-Portion et Joke …

2 comments

  1. La « rupture » a eu lieu après ce morceau et avait été annoncée par Char dans une publication facebook, puis retirée. Suite à un statut publié par Tragik lui-même, l’information ne semble plus être d’actualité, et tant mieux.

  2. Est-ce que Tragik a vraiment quitté Le Gouffre?
    Ca parait étrange comme rupture. Parce qu’il est quand même sur l’album que vient de sortir Char avec le morceau « Haki ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.