Home / Chroniques / [Chronique] Avec Alt F4, Swing ferme une page pour en ouvrir une autre
swing

[Chronique] Avec Alt F4, Swing ferme une page pour en ouvrir une autre

Après Marabout, un premier EP solo fort sympathique, Swing vient de sortir Alt F4, un second EP touchant, ramassé et extrêmement bien produit. Autant de qualités qui en font l’un des meilleurs projets rap de ce début d’année 2020. 

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, un petit récap’ s’impose. Membre de L’Or du Commun depuis 2012, trio de rap belge composé de Swing donc, mais aussi de Loxley et Primero, ils sortent ensemble quatre projets entre 2013 et 2018. L’occasion pour Swing de démontrer qu’il maîtrise les fondamentaux du rap en découpant des prods (souvent boom-bap) bien comme il faut, à base de rimes mutisyllabiques et de flows tranchants. Il a également profité de cette aventure à trois pour commencer à montrer qu’il possédait certaines qualités mélodiques en poussant la chansonnette sur certains morceaux. C’est armé de tout ce bagage technique, et fort de ses expériences en tant que backeur sur les tournées de Roméo Elvis, qu’il sort Marabout en 2018, un premier EP solo sur lequel il montre encore une fois une vraie capacité à créer des flows à la fois rappés et chantonnés, en parfaite harmonie avec la prod. Une particularité qu’il pousse encore plus loin sur Alt F4, son nouvel EP sorti le 7 février dernier. 

 

Si vous appuyez simultanément sur Alt et F4 sur votre clavier d’ordinateur, la page Internet sur laquelle vous êtes se ferme. Et à l’écoute d’Alt F4, on devine les pages que Swing souhaitait fermer au moment d’enregistrer ce nouveau projet. Car c’est important de le noter, Swing rappe à l’instinct : comme il l’explique en interview, il ne vient jamais en studio avec une idée précise de ce qu’il va rapper ; selon son humeur du moment, il va écouter une prod, trouver un refrain, et de là, va découler le thème du morceau, dont il va écrire les couplets par la suite. Et visiblement, au moment d’enregistrer ce nouveau projet, Swing venait de se séparer de sa copine. Une séparation douloureuse, qui se révèle être le fil rouge de l’EP, et qui se traduit dans le choix des sept instrus qui composent Alt F4, qui sont pour la plupart froides et mélancoliques. Ces émotions négatives liées à la rupture du rappeur belge se traduisent également dans le choix des thèmes abordés : le racisme dans l’excellent N, la rupture amoureuse dans les très beaux Brousse et S’en aller en featuring avec Angèle, ou encore les tourments de la vie d’adulte dans l’impressionnant Gris

 

Mis en image par de très beaux clips, mais aussi par une superbe cover montrant son visage en train de s’effacer, Alt F4 est tout de même traversé d’une note un peu plus positive : sur le très bon Pas besoin de raison, Swing évoque l’idée qu’il faut savoir digérer la douleur, faire le deuil de sa relation passée, essayer de comprendre ce qui n’a pas fonctionné avec l’être aimé, tourner la page, et réussir à en ouvrir une autre pour pouvoir avancer. Et ce, même si la douleur peut se réveiller à tout moment (J’apprends d’mes cicatrices et de mes hématomes, faut qu’on trouve le bon dans c’que la douleur apporte”). N’espérez pas trouver chez Swing de grosses punchlines à la Seth Gueko ; chez le Bruxellois, la punchline est musicale, l’émotion passe par son sens du groove et de la mélodie. C’est d’ailleurs ce que recherche le rappeur : être à la fois assez précis dans ses textes pour que l’on puisse comprendre ce qu’il a voulu raconter, mais aussi laisser une marge pour que chacun puisse interpréter les lyrics et ressentir les titres à sa manière, comme si chacun des morceaux étaient des sortes de peintures musicales expressionnistes. Le tout est souligné par un mix de grande qualité qui hausse encore un peu plus le niveau du projet. Avec Alt F4, Swing signe un EP assez court pour ne pas qu’on se lasse et que ça devienne lourd au vu des sujets abordés, mais tout de même assez dense pour que l’on puisse saisir tout le poids de cette rupture et de ses tourments du moment, au point que ça nous pousse à verser une petite larmichette. Et sur la forme, à l’instar de son compatriote Kobo, il arrive à trouver un mélange assez magique entre rap, soul et pop qui repousse encore un peu plus les frontières du genre. On a déjà hâte de découvrir le prochain projet, et de continuer de franchir des barrières à ses côtés. 

About Bouye

Check Also

Plae Casi

[Focus sur] Plae Casi, oiseau de nuit

“Le confinement, pour moi, ça a été plutôt positif. Ça m’a permis de faire la promo …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.