Home / Chroniques / [Chronique] Keny Arkana – L’esquisse 3

[Chronique] Keny Arkana – L’esquisse 3

Six ans après la dernière esquisse, Keny Arkana nous livre un troisième opus. Dans un contexte politique plus que propice à son rap de combat et face au désintéressement général du rap pour la société, c’est vous dire si on l’attendait. Alors la sainte patronne marseillaise a-t-elle toujours la rabia ?

La réponse est oui, le missile n’a jamais dévié et poursuit bel et bien sa lancée dévastatrice. La Phocéenne, maîtresse des éléments, démarre son album et souffle sur les braises avec Élément feu. Le ton est donné dès l’intro, Keny est de retour. Et là soudainement : Abracadabra ! Le phénix Arkana renaît de ses cendres (est-ce qu’il était réellement mort ?) et transforme le brasier en feu de joie, jeune et virevoltant mais pas pour autant inoffensif. Les instrus sont renouvelées sans que le message perde de son fond. Car c’est cela qui frappe dans cette esquisse, après 21 ans dans le game on aurait pu sentir une certaine lassitude mais non, le feu court toujours dans ses veines. Aux antipodes de la lassitude c’est la sagesse qu’on remarque.

« Si le temps c’est de l’argent normal que les gens aient le Q.I. d’un parcmètre »

Keny Arkana délivre un rap frais et actuel sans oublier ses racines profondément ancrées dans l’Élément terre. Entourée de deux solides chênes (Médine et Lino), la fille du soleil prophétise une année 2017 Couleur molotov. Dans l’humus grouillent les fourmis de la Fourmilière, en théorie besogneuses et organisées elles se retrouvent perdues faute à une technologie qui les centre sur leurs nombrils. Puis elle revient sur un thème plus personnel et plonge dans sa tanière pour nous parler de celle qui l’a trahie, plus ou moins dur qu’Eh connard ? On vous laisse en juger.

L’Élément terre c’est aussi l’occasion de semer ses graines et de les faire germer grâce à l’adjonction de l’Élément eau. Ainsi on se fait balader de l’Opéra à la plaine dans les différentes ruelles de Massilia au son des voix que Keny fédère autour d’elle. L’eau coule, fluide et puissante et la fille de la lune se transforme en torrent sur Freestyle beatbox (notre coup de cœur personnel cher lecteur).

Pour clôturer l’album un Élément air doux mais collant comme une lourde brise d’été vient nous apaiser après un album fort en émotions qui réveille notre esprit face aux turpitudes du système. C’est peut-être l’élément qui caractérise le mieux cet album. La musique de Keny Arkana devient plus aérienne, moins brute. Elle n’harangue plus l’auditeur, elle nous guide et ainsi un vent de rébellion souffle sur les sillons de ce CD.

La fille du soleil maîtrise résolument les quatre éléments sous toutes leurs facettes. Elle nous offre le vent, la mer, le soleil et les collines de Marseille, nous donne un album à l’image de sa ville : jeune, lumineuse et rebelle. On serait tenté de dire, si Entre ciment et belle étoile n’avait laissé une empreinte aussi profonde dans nos jeunes tympans, que la troisième esquisse a tout du chef-d’œuvre de Keny Arkana.

About Jacques Bonoberje

Jacques Bonoberje

Check Also

Encre-de-chineurs

Encre de Chineurs #4

Mayday mayday, nous avons pris du retard pour la quatrième édition de cette belle série. Faute …

One comment

  1. Fdp, tu dis ke dla merde. Ftg stp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.