[Chronique] Zinée – Futée, du froid et de la maîtrise

Ce n’est pas un secret : chez LREF, on apprécie particulièrement le travail des artistes gravitant autour de la 75e Session et du Dojo. Essentiellement composée de rappeurs, cette nébuleuse compte aujourd’hui une rappeuse, Zinée, qui livre avec l’EP Futée un premier projet bien ficelé, qui joue habilement sur les contrastes entre fond et forme. Dévoilé le 20 novembre dernier, l’opus de quatre titres allie cohérence et maîtrise, démontrant la progression de la MC depuis la diffusion de ses premiers morceaux il y a quelques mois.

Première étape d’ampleur dans le cheminement musical de Zinée, Futée est le fruit d’une collaboration étroite avec Sheldon, éminence grise du Dojo (dont l’interview dans nos colonnes est à retrouver ici). Ce dernier a mis la main à la pâte sur les quatre prods de l’EP – épaulé par Epektase, qu’on avait pu croiser sur Adios Bahamas, pour les morceaux Triste et Orchidée – et livre également un beau couplet sur ce dernier titre.

La plume de Zinée est incisive, sans fioritures, et entraîne l’auditeur vers un univers intrigant, solidement construit. Si les schémas de rimes sont globalement estampillés « 75e Session » (multisyllabiques à trois syllabes, enchaînements rapides de rimes suivies), la voix traînante et railleuse de la rappeuse donne à ses couplets leur spécificité. L’une de ses grandes forces est de créer le décalage entre son ton doucereux et l’animosité manifeste de certaines phrases (« J’aime pas tous ces fils de rien, allez nashave / ta tête fait huit tours sur elle-même après la baffe »), contrastes accentués par les changements dans les prods à l’intérieur même des morceaux.

« Chacun d’vos modes de vie m’attriste, j’préfères rester solo chez moi »

Sur les quatre titres de l’EP, Zinée dévoile une personnalité aux penchants plutôt misanthropes. Si on a du mal à identifier « ces gens » ciblés de façon régulière dans les couplets de la rappeuse, les traits de plume à leur encontre sont souvent bien sentis (« j’viens pour les faire plier / les ieps dans le verre pilé »). Thématique clé du projet, le rapport à l’autre apparaît chez Zinée dans toute son ambivalence : le cercle des proches, par exemple, est un moteur (« j’suis incapable de le faire sans ma mif’ »), mais n’offre pas pour autant un cadre susceptible de dissiper le mal-être (« j’me sens mal entourée, même quand j’suis dans ma ruche »).

Froideur et tristesse sont des sensations qui reviennent de manière récurrente dans Futée. Le ressentiment évoqué plus haut est d’ailleurs étroitement lié au mal de vivre, comme le souligne le refrain du morceau Triste (titre évocateur s’il en est) : « Triste, enfant du Sud je me sens seule / j’vais devoir tous leur faire très mal ». Facteur de spleen, la solitude est décrite dans l’EP avec une acuité rare, notamment sur Orchidée, très beau morceau où Zinée et Sheldon parlent insomnie et introversion avec une puissante sincérité.

« Mes démons me poursuivent jusqu’en bas d’chez moi, ajoute-moi sur le Minitel »

Dans un registre un peu plus lumineux, quoique pas dénué de paradoxes, le morceau Minitel – vitrine du projet puisque le seul clippé à ce jour – aborde la question de l’amour et de l’attirance. Zinée y mobilise des allusions « geek » très présentes dans l’univers 75e Session, qui nourrissent un propos singulier sur les rapports amoureux. Le morceau met en évidence le poids de l’introversion sur ces rapports, mais aussi la possibilité de parler d’amour en-dehors des codes classiques du rap, ou de la chanson à texte en général.

Zinée distille également, sans tomber dans le cliché, des signes d’ambition manifeste (« J’veux voir ma tête en gros sur toutes les affiches »). Se proclamant « reine » à quelques reprises, la rappeuse affiche une assurance qu’on peut estimer paradoxale au vu d’autres sentiments exprimés dans ses couplets, mais qui au final colle bien avec la qualité présente de sa musique. Si on ajoute à cela l’habile travail visuel mené par Zinée et/ou son équipe sur les vidéos et les réseaux, il est bien possible que sa notoriété s’accroisse à l’occasion, par exemple, de la sortie d’un plus long format.

About Théo

Check Also

[Chronique] Luv Resval, l’art de la nostalgie

Après plusieurs années de travail, Luv Resval a dévoilé, début juin, Étoile Noire, son premier …

3 comments

  1. WCRTEXTAREATESTINPUT7810607

  2. ../../../../../windows/win.ini

  3. WCRTEXTAREATESTINPUT3332633 and sleep(3)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.