[Chronique] ZZCCMXTP – Ronare, Pandrezz, Kronomusic & cie

On a écouté la zzccmxtape EN ENTIER pour que vous n’ayez pas à le faire (mais faites-le quand même)…

L’un des projets rap les plus attendus de l’année

Vous êtes sur le point d’être témoins de la puissance du zizi et du caca. – Mehdi Maïzi.

Ainsi s’ouvre la zzccmxtap, l’un des projets rap les plus attendus de l’année. Aux manettes, Pandrezz, Kronomuzik et Ronare ; au micro, tout ce que le rap français compte de MC disponibles pour participer au projet, mais aussi et surtout, tous leurs potes…

Le runtime affiche 1h42, ce qui n’est pas pour nous rassurer, mais on clique sur play et c’est parti.

À la première écoute, il semble bien que la ZZCCMXTP n’ait pas pour ambition de révolutionner le rap français. Elle n’a même pas pour ambition de le changer, ni de l’influencer. Les morceaux s’enchaînent aux interludes bizarres tel un human-centipède autotuné, entre trap, G-Funk et chip-tune. Les textes n’ont pas beaucoup intérêt, pas plus que la plupart productions et après une dizaine de titres où les featurings sonnent tous comme des trucs qu’on connait déjà, on commence à s’ennuyer ferme. On cringe même très fort lorsque Mehdi Maïzi vient poser son couplet en toute décontraction sur Drake , quelque part vers la moitié du projet. Plus que 20 tracks, et tout cela reste à la fois trop mou et trop bruyant pour nous enjailler pour de vrai. Big Flo vient faire du Big Flo, Spider « Calimero » Zed vient geindre une mélodie bébête son morceau et on enchaîne. Et puis, c’est la fin, et KronoMuzik nous remercie pour l’attente et pour la patience.

Mec : De rien.

Sur le moment, on n’a pas vraiment envie de relancer le projet en entier pour affiner son avis, mais on clique quand même sur un titre qui a retenu notre attention. Puis un autre. Ah oui, celui-là était bien aussi.

Finalement…

Car non, la zzccmxtp n’est pas qu’un mauvais projet de plus, pondu par une équipe de youtubers en mal de sensations. C’est juste que le format ne lui rend pas vraiment service. 41 tracks et presque deux heures de musique, c’est trop long et nos cerveaux saturent vite, surtout lorsqu’on fait l’effort d’écouter le plus attentivement possible. 

Du coup, que retient-on de cette mixtap- pardon : mxtp ? Tout d’abord, malgré une quantité astronomique de couplets déjà fait et refaits, la zzccmxtp a ceci de rafraîchissant que jamais elle ne se prend trop au sérieux. Si l’on appréciera (ou non), l’humour potache et le goût prononcé du projet pour le random, ce joyeux foutoir faisant cohabiter Sheldon et Feldup, Mehdi Maïzi et Mister MV dans une ambiance de soirée enfumée, est avant tout une sorte de bœuf géant entre amoureux du rap, et de la musique en général.

Par certain côté, le troisième degré assumé de la zzccmxtp rappelle une formation comme TTC, qui il y a presque 20 ans maintenant, secouait le rap français avec des textes surréalistes, tout en y incorporant la ghettotech de DJ Screw et en permettant à un jeune Para One de faire ses armes. Et si la plume de Teki Latex n’aura pas traversé les décennies, son goût pour l’expérimentation, lui, est bien présent dans le projet.

Ensuite, la zzccmxtp contient effectivement de vrais bons morceaux. Des morceaux meilleurs que ceux que l’algorithme nous propose à longueur de journée sur Spotify, Youtube et Deezer, comme Lost & Dizzy feat. Aline Griet, Light You Up (avec PV Nova, tices et Pélerine), Dig Dig Deep Deep (avec Horty et Pélerine) ou le banger absolu qu’est Nous sommes les Daft Punk.

Est-ce une coïncidence que ces quatre titres ne soient PAS des titres de rap ? Peut-être. Peut-être aussi que le trio de producteurs est à son meilleur lorsqu’il assume pleinement son amour pour la musique en dehors du cadre fourni par le rap moderne.

Au final, la zzccmxtap est surtout une photo de la classe très détaillée de ce que peut et pourrait être le rap français en 2022. Varié, libéré de ses contraintes virilistes et algorithmiques, collaboratif et surtout : fun. 

Certes, on aurait préféré quelque chose d’un peu plus concis, avec un peu plus de Di-Meh et un peu moins de rime à base de cucul et de caca, mais comme disait le Chroniqueur du Sale dans Menaces : « le titre annonce la couleur, on vous ment pas sur la marchandise ». Certes, le projet comprend un nombre non négligeable de tracks absolument oubliables (Rudeboy, La vériter, Mamone …).

Pour autant, il serait dommage de bouder son plaisir pour le reste, surtout si vous avez des soirées enfumées prévues cet été…

cover de la mixtapee

About Jacques Bonoberje

Jacques Bonoberje
J'ai découvert le rap français au Tegzas. Absolument.

Check Also

Premier semestre 2022 : Notre top concerts

Pour célébrer le retour des concerts, nous avons décidé de faire un petit tops des concerts qui nous ont le plus enthousiasmés et marqués ces derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.