Home / Actus / En Bref / Davodka a bu un Vers 2 Trop
12011401_917996508267808_5243901073594934270_n

Davodka a bu un Vers 2 Trop

« Quelqu’un a dit : il n’y a ni optimistes ni pessimistes, il n’y a que des imbéciles gais et des imbéciles tristes ».

Davodka, véritable émissaire du rap indépendant, fervent défenseur du rap sans auto-tune, n’a pas changé d’un pouce pour sa Mise au Poing, son prochain album prévu pour le 10 décembre prochain. Ce premier extrait dévoilé, Le Vers 2 Trop, n’amène aucune surprise dans la forme : un boom-check ultra-classique, une instru à base de sample de violons, un clip ghetto devant un paysage graffitisé, dans une ambiance grisâtre. Et au fond, aucune surprise dans la forme non plus, en réalité aucune surprise tout court pour ce premier extrait. Davodka se positionne exactement là où on pouvait l’attendre. Et ceux qui lisent ceci comme une critique n’ont probablement pas écouté le track : si le rappeur a fait exactement la même chose que ce qu’il a toujours fait, c’est parce qu’il n’y a rien à changer à une telle formule.

La plume toujours aussi affûtée et juste, Davodka revient lâcher ses rimes terribles dans nos tympans, bourré de jeux de mots et de multisyllabiques féroces, qui font mouche à chaque mesure.

« Ouais c’est l’vers de trop, dans cette sphère que j’rôde, qui exerce le rôle d’expert quand t’espères le trône, c’est l’vers de trop, le type se laisse faire le pauvre, j’reste fier, tu t’sens visé vu que ce texte sert de drône »

Assez court, ce titre d’un peu moins de trois minutes n’en est pas moins prometteur concernant l’album qui arrive : la rage de rapper et l’inspiration du rappeur parisien sont toujours au rendez-vous, pour le plus grand bonheur des amateurs du genre. Quant aux autres, ils peuvent toujours retourner écouter Skyrock ; il est tout de même rassurant de constater qu’un personnage anti-commercial au possible tel que Davodka poursuive son combat musical contre vents et marées, avec toujours autant de talent.

« Té-ma t’as tort de t’entêter, alors tais-toi car tout te tue, c’était autant par Toutatis, j’vais pas tâter sans auto-tune, j’nique la mode, vitres teintées, clips cinglés, jeans cintrés, p’tite tasse-pé, beat, synthé, j’rime cash et vive l’indé ! »

About Hugo Rivière

Entêté monocellulaire impulsif, sentimental, très humain et complètement dingue

Check Also

21687662_10155241789398218_9185279902830101484_n

L’homme que l’on n’attendait plus

Cela fait six ans qu’on l’attendait. Ou plutôt pas. En fait si. Enfin, c’est bizarre. …

One comment

  1. Très bonne nouvelle! Et très bon son aussi! J’attends l’album avec impatience!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.