Home / Dossiers / Articles à thèmes / [Dossier] Petite histoire des volume 2 dans le rap français
infinit 3

[Dossier] Petite histoire des volume 2 dans le rap français

Alors qu’Infinit’ s’apprête à sortir Ma vie est un film 2, suite du volume 1 sorti en 2013, chez Le Rap en France, on vous propose de revenir sur la petite histoire des volumes 2 dans le rap français. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire. 

Dans les années 90, les projets déclinés en plusieurs volumes étaient surtout l’apanage des compilations : sur Hostile et Première classe par exemple, deux compil’ qui ont eu droit chacune à un volume 2 par la suite, on pouvait trouver les morceaux de rappeurs méconnus mais néanmoins talentueux, aux côtés de rappeurs ayant déjà une certaine renommée, ce qui a permis à certains d’exploser au yeux du public rap, à l’image de Lunatic et de leur désormais ultra classique Le crime paie, titre que l’on peut trouver sur le premier Hostile sorti en 1996. Aujourd’hui, même si certains continuent de faire vivre cette tradition comme par exemple le studio 50k et ses compilations Game over sur lesquelles on peut notamment trouver Kaaris, Koba la D ou Vald, et alors que Booba et La Fouine ont également perpétré le concept dans les années 2000 avec Autopsie et Capitale du Crime, des mixtapes hybrides sur lesquelles on pouvait trouver des morceaux solo mais aussi des morceaux de jeunes artistes qu’ils mettaient en avant, aujourd’hui, avec le streaming, plus besoin de passer par ces canaux pour se faire connaître du plus grand nombre. Néanmoins, certains rappeurs se sont tout de même approprié l’idée, et ont voulu donner des suites à certains de leurs projets solo, que ce soient à travers des mixtapes entre deux albums, ou des EP en attendant l’album. Petit florilège non exhaustif de ces volumes 2, qui n’ont parfois jamais vu le jour… ou qui n’auraient peut-être jamais dû sortir.

 

Les volumes 2 qui ne sont jamais sortis :

Alors que l’on aurait pu inclure Infinit’ dans cette catégorie avant qu’il n’annonce à la surprise générale une suite à son EP Ma vie est un film sorti en 2013, il est de bon ton de dire que dans le rap, de nombreux artistes annoncent un deuxième volume, sans jamais honorer leur promesse. Mais après vérification, et à moins d’être complètement à côté de la plaque, il s’avère que finalement, ils sont assez peu nombreux à l’avoir fait. On peut tout de même citer Black Kent, rappeur bordelais qui a connu un certain succès à la fin des années 2010, qui a sorti un projet nommé Le scalpel vol. 1 en 2009, sans qu’aucune suite ne soit sortie à ce jour. Il a même réussi l’exploit d’annoncer un deuxième premier volume, La kentessence volume 1 sorti en 2014, sans que là non plus, on n’ait jamais vu de suite pour le moment. Alors qu’aux dernières nouvelles, Black Kent est désormais le boss de la branche Afrique d’Universal Music, il y a peu de chances de le voir un jour sortir une suite à l’un de ces deux projets… Autre volume 2 avorté, autre ambiance : en 2018, sept ans après leur dernier album commun, Sniper décide de se reformer pour sortir un album intitulé Personnalité suspecte volume 1. Album qu’ils sortent et dont plusieurs titres sont clippés, mais dont la tournée est annulée au dernier moment avec perte et fracas à cause de Blacko, qui a invoqué une raison pour le moins… obscure sur Instagram : “être dans le sillage de Vald me fout la gerbe” a-t-il répondu dans un commentaire. Bon ok, Ce monde est cruel c’était pas ouf, mais quand même… Enfin, La folie des glandeurs 2, suite annoncée du premier projet de 2fingz, duo composé de Doum’s et de Népal, ne verra jamais le jour suite au décès du second cité. Dommage, car après un premier volume plutôt sympatoche, et vu le niveau acquis par les deux rappeurs depuis 2013, on aurait pu avoir un produit de très bonne qualité… “Paix à l’âme de Népal” comme dit Sneazzy dans son album Nouvo mode

PS : on aurait pu aussi parler de Brulux on the flux volume 2, suite annoncée du “chef-d’œuvre” de Brulux sorti en 2013, mais on ne va pas vous faire cet affront. On vous met quand même la cover ci-dessous, pour le plaisir des yeux. 

brulux

 

Les volumes 2 qui ont fait exploser le rappeur aux yeux du grand public :

Après avoir sorti un EP solo chacun de leur côté, Caballero et Jean Jass décident de s’associer pour sortir un premier album en duo, Double Hélice, sorti en avril 2016. Mais c’est avec Double Hélice 2, dévoilé l’année suivante, qu’ils commencent à se faire connaître au-delà des fans de l’entourage de L’entourage : portés par des titres comme Sur mon nom, SVP ou Un endroit sûr, JJ et Caba font des grosses tournées, retournent tous les festivals possibles et imaginables, et finissent par devenir ce qu’ils auraient dû être, à savoir des stars du rap, qui aujourd’hui, animent un divertissement aussi débile qu’essentiel en cette période de confinement pour tous : High & fines herbes. Une émission dans laquelle on peut retrouver Isha dans la première saison, autre rappeur belge amateur des volumes 2 : après La vie augmente vol. 1 sorti en 2017, un EP extrêmement bien accueilli par les critiques rap, le deuxième volume arrive l’année suivante. Et bien aidé par son featuring avec Caba et JJ sur Tosma, la vie a réellement augmenté pour lui. Gradur, lui, n’a pas attendu ShegueyVara 2 pour voir sa vie augmenter de façon substantielle ; mais c’est avec sa dou…, pardon, son morceau Rosa, titre présent sur cette fameuse mixtape, qu’il va devenir une véritable star du rap et des boîtes de nuit (le clip en est quand même à 90 millions de vues sur Youtube au moment d’écrire ces lignes… merci la zumba). 

 

Ceux qui ont sorti un volume 2 qu’on a déjà oublié :

En 2000, deux ans après la sortie de son excellent album éponyme, Busta Flex décide de sortir Sexe, violence, rap & flooze. Mais alors que rien dans le nom du projet n’indiquait qu’il y aurait un jour une suite, l’auteur du classique Kick avec mes Nike décide de lâcher un deuxième volume en 2008. Un album sorti dans l’indifférence générale, qui confirmera la baisse flagrante de popularité du rappeur du 93, qu’il n’arrivera jamais à inverser malgré plusieurs projets sortis depuis, à une exception près : son morceau C’est nous les reustas datant de 2014 en collaboration avec Zoxea, qui rencontrera un joli succès d’estime. Dry et Fababy connaîtront un peu le même sort : après avoir vécu chacun leur heure de gloire avec respectivement De la pure pour les durs (2008) et La symphonie des chargeurs (2012), ils tentent tous les deux un comeback en 2018 avec un volume 2 de ces projets. Mais mis à part les fans méga hardcores (qui ne doivent plus être nombreux aujourd’hui) et les journalistes qui écrivent sur eux, tout le monde a oublié qu’ils étaient sortis… 

 

Les volumes 2 qu’on attend avec impatience :

En 2018, après avoir sorti trois projets avec Kore sous le label Def Jam France, SCH décide de voler de ses propres ailes (de corbeaux) et de créer son propre label, Maison Baron Rouge. C’est au sein de cette nouvelle structure qu’il sort JVLIVS tome 1, un album concept dans lequel le S raconte sa vie sous forme de fable à l’ambiance italo-mafieuse tout droit sortie d’un épisode de Gomorra. Le tout entrecoupé d’interludes interprétées par José Luccioni, acteur connu pour être la VF d’Al Pacino. Mais alors qu’il avait annoncé un album en fin d’année dernière, et que l’on pouvait logiquement s’attendre à un JVLIVS tome 2, l’auteur du très bon Otto a pris tout le monde de court en sortant Rooftop, un opus qui n’a rien à voir. Mais que les fans de JVLIVS tome 1 se rassurent : Julien Schwarzer de son vrai nom a annoncé que le tome 2 devrait sortir, et que son intro serait même « l’une des plus grandes de l’histoire du rap français ». Si elle est au niveau de VNTM, Cervelle ou encore Comme si, on a hâte. Dans un style beaucoup plus posé, la saison 1 de Tristesse Business de Luidji fut l’une des plus belles surprises de 2019. Là aussi, comme avec SCH, on a eu droit à un album concept, mais cette fois-ci autour de la rupture du rappeur avec une meuf. Alors qu’un dernier clip a été mis en ligne récemment, il devrait sans doute vite enchaîner avec une saison 2 que l’on attend déjà avec gourmandise. Enfin, on peut également citer Sadek qui, après la parenthèse brésilienne (un peu pourrie, on va pas se mentir) de son album Johnny de Janeiro, est revenu à un bon niveau dans ses freestyles Roulette Russe. Et comme il avait déjà fait des freestyles Roulette Russe avant le premier volume de Nique le casino en 2016, et qu’il a annoncé un volume 2 dans une interview, on devrait sans doute avoir droit à une suite dans les semaines ou les mois à venir. 

About Bouye

Check Also

paris marseille 1

[Dossier] Paris et Marseille dans le rap, histoire d’une non-rivalité

9 mars 1991. Le festival Banlieues Bleues, organisé à Saint-Denis et accueillant entre autres KRS …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.