Home / Chroniques / Focus sur / [Focus sur] Panama Bende.
1898027_1413303408918616_550212736_n

[Focus sur] Panama Bende.

Si le rap fonctionnait par cycle, nous serions alors dans une époque très florissante. Bien loin de sa période creuse, où le rap perdait énormément en popularité et où les rappeurs se retrouvaient dépourvus d’inspiration, de plus en plus de jeunes rappeurs voient le jour. On ne va pas vous faire une énième chronique sur L’Entourage, la relève du rap mais plutôt sur le Panama Bende. Serait-ce la relève de la relève du rap ?

« Guette mon équipe de loin, avant qu’elle ne te cogne de près »

Collectif parisien, le Panama Bende est composé de sept rappeurs : PLK, Ormaz, Zeurti (qui forment à eux trois, La Confrérie), accompagnés de Lesram (membre également des Tontons Flingueurs), d’ASF, d’Aladin135 et d’Elyo (Jeune Prince). Ils ont, pour seul point commun, l’envie acharnée de rapper, chacun évoluant dans son propre univers, tout en gardant l’esprit d’équipe. C’est donc avec pluralité, que ce soit en matière de flow ou d’écriture, que ces jeunes kickeurs s’installent peu à peu sur la scène rap.

Le premier à avoir obtenu gratitude auprès du public rap est Aladin, surtout, grâce à son premier EP, ALAHYDE. Un seul morceau était sorti en clip, Je Pense (produit par Vaati), et avait été un des plus appréciés. Ce dernier a permis de faire une bonne promotion pour l’EP, qui était néanmoins un projet gratuit. La vidéo est aujourd’hui à 63 000 vues. De plus, la production d’ALAHYDE avait été encadrée par Kezo, du Grand Ville Studio. Aladin obtint alors une certaine crédibilité avec un premier 6 titres très carrés, à l’âge de seulement 17 ans. ASF, PLK, Elyo et Lesram étaient invités sur le projet, petit à petit le collectif posait sa marque auprès du public.

Vint alors le Grünt 15 auquel les membres de La Confrérie et Aladin furent invités par Alpha Wann. Le temps de poser seulement un couplet chacun mais de les poser au même micro que Deen Burbigo, Papoose, ou encore Keroué de Fixpen Sill. PLK affirme quelques mois plus tard dans un de ses morceaux « A 13 ans, je prenais des instrus de Papoose, à 16 ans je posais avec lui« . Bien que cette phase soit placée sous le signe de l’egotrip, il est évident que ce passage chez Grünt a beaucoup apporté au collectif. Le Panama prend alors de l’assurance, s’entoure des bonnes personnes et continue son petit bonhomme de chemin. Aladin sort son deuxième EP Approchez-Vous avec, notamment, le morceau A Quoi Ça Sert, produit par Diabi, membre de la 75e Session. Et c’est à l’occasion de cet EP qu’un premier morceau, avec l’intégralité du Panama Bende, voit le jour. Il clôt le projet avec une énergie implacable, et ouvre les portes du rap aux 7 Mc’s. Dans la foulée, un projet préparé secrètement sort, il s’appelle Paris-Genève : c’est une connexion entre la 75e Session (Georgio, Limsa, Népal/KLM, Sheldon), 13 Sarkastick (Collectif de Genève) et le Panama Bende. Un projet extrêmement diversifié, de qualité, annonçant l’arrivée d’une nouvelle génération de rappeurs.

On a beaucoup parlé d’Aladin, car il a été le plus prolifique pour le moment, mais le niveau des Mc’s est très homogène et on attend avec impatience la suite. Chacun des membres du collectif manie la rime avec aisance, le genre de rappeurs qui peuvent débiter une multitude de mesures sur 4 minutes de beats à eux seuls. Mention spéciale à Lesram pour son solo East Side dans lequel il déverse un nombre incalculable de mesures avec des rimes complexes et multi syllabiques vertigineuses. De même pour ASF et Elyo, qui ont sorti deux beaux morceaux, bien construits. Tout d’abord Le Remède d’ASF, avec Jasmine au refrain, le texte est travaillé, la rime est bonne et les punchlines détonnent, mais en gardant cohérence et fond, ASF établit un constat sur soi-même et sur le monde qui l’entoure. Passons au morceau Réussir d’Elyo : un grain de voix qui, dès la première écoute, ne laisse pas indifférent. On y ajoute un flow maitrisé avec un texte prônant la réussite personnelle et on obtient une douce symphonie, au ton mélancolique. Deux morceaux mêlant introversion et technicité, sur lesquels nous n’avons pas boudé notre plaisir.

On retrouve cette hargne, et cette envie de kicker dans le Grünt 20 qui, cette fois, leur a été exclusivement réservé. Malgré quelques textes recyclés, les jeunes parisiens ont clairement affirmé qu’ils en avaient encore sous le coude. Zeurti qui paraissait un peu plus en retrait auparavant, a su prouver qu’il était largement au niveau. On note que ce dernier semblait déjà prometteur au vu de ses couplets dans le Grünt 15 et celui du morceau Panama Bende : « J’envoie des raikiris dans ta genkidama /J’ai fait du rap mon artillerie, j’m’en vais juste baiser Hinata » Référence aux mangas DBZ et Naruto, un univers décalé et assumé qui insiste une fois de plus sur la diversité de chaque membre du collectif.

C’est donc un collectif qui a déjà commencé à faire ses preuves. Soutenu par l’Entourage et la 75e Session, il est évident que le Panama n’est qu’au début de son évolution. On note déjà que certains mettent le pied à l’étrier, en effet PLK a annoncé en aout une série de freestyle pour patienter avant la sortie d’un EP solo. La sortie d’un Paris-Genève 2 arrivera aussi à la rentrée, toujours en collaboration avec le 13 Sarkastick et la 75e Session. Et de même pour Aladin, avec un 3e EP, et pourquoi pas une sortie CD.

Pour l’instant, tous les projets sortis étaient en téléchargement gratuits, les membres du collectif ont pris leur temps, et c’est tant mieux pour nous, nombreux sont ceux qui, auparavant, ont empilé les bémols, cause de leur impatience. On leur souhaite de perdurer dans une optique de qualité ! Et pour les plus enthousiastes, vous pourrez les retrouver en 1ère partie du S-Crew, au Bataclan, le 10 Octobre.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter pour suivre les actualités que Le Rap en France vous propose.

About Tanguy Deliessche

"C'est pas toujours facile de lire des conneries de prépubères sur Internet. A vrai dire, depuis que j'ai découvert la plume acérée de Tang-Tang, comme j'aime l'appeler, ma vie a changé. Sans lui, l'inspiration pour Les Rougon-Macquart ne me serait jamais venue." Emile Zola

Check Also

12065561_10153762542409630_5872446773835890077_n

[Focus sur] Chineurs de rap

Malgré une France annexée par des brailleurs aphones et autres trappistes tonitruants, un petit village …

2 comments

  1. Lourd l’article mais à renouvelé

  2. Ca charbonne sale avant d’enterrer le game, lourd panama bende belles le rap fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.