[Focus sur] So La Lune, rookie de l’année ?

So La lune a délivré 1ere Faille, son cinquième EP en un an. Il étale ses talents mélodiques, et explorent de nouveaux horizons. Il construit peu à peu son univers, et semble se préparer pour un futur album. Focus sur l’année 2021 de Tsuki, le rappeur de la nuit prêt à conquérir le rap français.

Premier pas dans le monde du rap

Le rappeur originaire de Lyon a signé en 2019 sur le label Low Wood qui accompagne des artistes tels que Jok’air, Hatik ou Zinée. Il partage de nombreux morceaux sur les plateformes de streaming, et commence à clipper ses morceaux. Son premier éclat intervient avec le morceau Billy en octobre 2019 : sur une balade de guitare, So La Lune commence à dessiner sa dimension artistique. De la mélancolie, la nuit et un brin d’égotrip sont les ingrédients, le tout accompagné d’un clip tourné dans l’obscurité si chère à l’artiste.

J’suis dans la pénombre, aidez-moi Seigneur, j’perds la foi […]
La ville est plus belle le soir, j’vais m’acheter trois sabres comme Zorro 

Il délivre ensuite un premier album nommé Tsuki en Juillet 2020. Ce titre n’est pas anodin puisque cela signifie « Lune » en japonais, et constitue aussi un de ses surnoms aujourd’hui. La culture nippone est chère à ses yeux, de son surnom à des morceaux comme Shinobi, et jusque dans l’imagerie avec des références à l’animé l’Attaque des titans. Ce premier album permet au rappeur de proposer et d’assumer ses choix artistiques. Sa voix si singulière commence à s’imposer, ses flows nonchalants et ses productions très planantes prennent place. Le morceau Raptus dévoile sa progression : La Lune apparait très technique sur les couplets et chantonne sur les refrains. Il étale sa palette artistique, et se diversifie.

Cependant cet album de 11 titres n’est pas complétement abouti, c’est encore une version béta de ce que peut faire So La lune. Il commence à se construire en tant qu’artiste, à imposer son art, à asseoir sa singularité.

Théia, Satellite naturel et Orbite

Entre Mars et Juin 2020, So’ a sorti trois EPs : Théia, Satellite naturel et Orbite, qui forment une parfaite trilogie. Au travers de ces trois disques, le rappeur nous affirme son univers artistique. Il assume complétement sa voix aigüe, son égotrip, et dessine son monde.  

Cette trilogie marque l’avènement de la Lune. La formation de la Lune est potentiellement due à l’impact entre une planète nommé Théia et la terre, c’est l’hypothèse de l’impact géant. Cette hypothèse est la plus probable mais n’est pas totalement acceptée par le monde scientifique. La trajectoire de la planète Théia est une métaphore de la carrière de La Lune, de son impact avec le monde du rap français, de son identification jusqu’à son avènement. Les trois covers représentent ce cheminement, jusqu’à Orbite qui montre So La Lune observant la Terre qu’il est prêt à conquérir.

D’un point de vue musical, So La lune a épuré ses tracklists, avec seulement cinq morceaux par EP. Il assume complétement sa singularité, pousse l’autotune dans ses retranchements et modifie sa voix – un peu à la manière de Laylow – sur Lune City ou Seven Up.

Quant aux thèmes abordés, la nuit et la pénombre sont bien sûr représentées. La Lune est enfant de la nuit, un narcotique qui traine dehors et sublime cette noirceur. Il s’abandonne à la mélancolie, il traine son spleen. Telle une tragédie, il n’y a pas d’échappatoire pour l’artiste, la lumière au bout du tunnel se fait attendre et semble ne jamais arriver comme sur CLM.

C’est violent, quand j’observe mes démons danser
C’est comment ? Ils attendent que la fusée soit lancée
C’est trop loin, demain faut qu’j’étale sur le plancher
C’est tout noir et comme trelau j’ai le sang glacé
Le couloir, j’vois pas le bout donc j’peux pas m’ranger

Il clôture cette trilogie avec le titre Saga Tome 1 où il tire les premières conclusions de son succès. Son rythme de vie et sa vision du monde ont séduit des adeptes. Sa tristesse résonnent chez les auditeurs, quitte à être seul et vivre une vie décousue, il espère remporter le trésor.

La nuit j’dors pas, le jour j’sors pas
Et ma p’tite, elle a un Beretta
Si les gens parlent, c’est qu’c’est rentable
J’le fais pour le trésor

La trilogie formée par Théia, Satellite Naturel et Orbite marque l’avènement de So La Lune dans le rap français, c’est une formidable carte de visite pour lui, et demeure un terrain de jeu où il ajuste encore sa direction artistique.

Apollo 11, La Lune est en mission

Courant juillet 2021, Tsuki a délivré l’EP Apollo 11. La cover fait écho à celle d’Orbite, apparaissant dans le reflet d’un casque d’astronaute. En référence directe avec la mission qui a vu les Américains marcher sur la lune, cet EP permet aux auditeurs de comprendre et de se rapprocher encore plus de l’artiste.

La recette est connue, les morceaux sont dans la même veine que sur les disques précédents. Cependant, Tsuki veut encore innover. Tout d’abord, un invité est présent sur le disque : Aketo de Sniper partage l’affiche du morceau Tsukito. De plus, les prods sont plus solaires et plus chaleureuses, avec notamment Séquelles et Keh-Lanta.  

Les thèmes restent quant à eux les mêmes : égotrip, mélancolie et expression du manque de confiance en soi, comme sur l’outro de l’EP.

Ils ont kiffé La Lune, ils s’attendent à des prouesses
Mais moi gros j’suis même pas capable de tenir une promesse
J’vais encore m’défoncer l’crâne jusqu’à c’que l’soleil se lève

Cet EP permet à l’auditeur de découvrir de nouvelles facettes de La Lune. L’auditeur prend la place de l’astronaute présent sur la cover et se rapproche de Tsuki.

La 1ere Faille de la Lune en attendant la suite

So La Lune a délivré un nouvel EP la semaine dernière. Il marque une rupture totale avec ses précédentes propositions artistiques. Oubliée la dimension spatiale, ici la cover le représente avec un filtre nuancé rose et blanc.

Il annonce 1ere Faille avec le freestyle éponyme. Ce freestyle est accompagné d’un clip à l’esthétique drill, mettant en scène un Tsuki au flow énergétique et dynamique sur une prod sombre de SPN beats.

Sur 1ere Faille, So’ a vraiment synthétisé ses forces, les productions sont toutes très soignées à l’instar du planant Montana. So’ se veut plus pertinent, ses flows sont plus tranchants. Sur le morceau Promesse il remet même en doute la Lune qui l’a rendu célèbre au profit de l’argent qu’il oppose directement à sa froideur.

J’avais pas connu une chute si belle et j’trouve que la lune n’est plus si belle
Elle m’disait « que veux-tu faire plus tard ? » Rentrer des sous comme les Pussycat
J’arrive dans l’jeu et la pluie s’écarte, j’arrive dans l’feu, y’a plus d’étincelle
J’suis comme un homme qui n’a plus son cœur

Il clôture 1ere faille avec Outro Miroir, où il innove en inversant les phases du premier couplet dans le second. La première et dernière phase du morceau donnant :

Prototype, Lune, dans l’jeu ils s’auto-tuent, leur vie une utopie
Leur vie une utopie dans l’jeu ils s’auto-tuent, Prototype, Lune

Ce dernier EP annonce le premier véritable album de So La Lune, Fissure de Vie. Il est temps pour lui de synthétiser les échecs et les réussites des EPs parus au cours  l’année écoulée et de délivrer un album construit avec un fil directeur.

Et chez nous l’bonheur c’est démodé, fissure de vie bientôt sur CD

Pour découvrir So La Lune

LREF vous propose une playlist qui retrace la carrière de La Lune de Billy jusqu’à Montana.

About louism

Check Also

[Chronique] Deen Burbigo a trouvé sa recette

9 mois après le très bon Cercle vertueux, Deen Burbigo est de retour pour notre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.