Home / Interviews / [Interview] Goune : « Ce que je supporte pas, c’est les trucs à la con de radio. Les gars qui rappent des textes débiles sur du zouk, tu vois »
Goune-le-bon-son

[Interview] Goune : « Ce que je supporte pas, c’est les trucs à la con de radio. Les gars qui rappent des textes débiles sur du zouk, tu vois »

A la base Goune, j’ai survolé. Ses thèmes de prédilection ne sont pas mes centres d’intérêts, tout comme ses catégories porno préférées, et ses prods sont un peu trop fresh, trop électro-actuelles (je sais pas comment dire) pour moi ; en gros je suis vieille. J’avais très envie de le rencontrer pour parler musique, mais je n’attendais rien du personnage… Et tout a basculé parce que je me suis retrouvée face à un humain surcaféiné, et vraiment sympa ! Un artiste bourré de talent et d’envie de travailler et de créer, comme plein de gens, mais un mec à la cool, un tchatcheur drôle et vif, un gars hyper à l’aise comme si son cul avait toujours squatté mon canapé. Goune n’avait absolument pas besoin de mes questions pour avancer la discussion, rebondir, revenir sur un truc mal exprimé… On aurait pu rester longtemps, comme ça, en sautant du coq à l’âne entre deux on-va-dire-clopes et 3 rhums… D’ailleurs je n’ai gardé ici que ce qui de la discussion se rapproche le plus de l’esprit « Le Rap en France », et j’ai beaucoup supprimé de l’interview originelle, tout en espérant ne pas l’avoir dénaturée, parce que c’était plus du papotage, des vannes, et des trinquages.

« Je suis sur la bonne voie : j’ai un CD d’batard, t’as un cédez le passage. »

Il a poireauté un moment avant que ce ne soit son tour d’être interviewé, moitié nonchalant, moitié surexcité, complètement caféiné, et alignant clope sur clope, faisant les cent pas entre les loges de La Dynamo et le trottoir de la rue Amélie avant son passage sur scène… Il s’installe dans mon camion, il sent le propre et le joint, mojitos en main, pétard et lunettes de soleil sur les yeux, tout sourire….

Salut Goune. T’es qui ? Tu viens d’où ? T’as quel âge ? Qu’est-ce que tu fais là ? Pourquoi tu rappes ? –oui, là ça fait beaucoup de questions d’un coup, mais Goune nous ayant squatté pendant l’interview de L’Erreür, il avait déjà entendu pas mal de questions, donc j’ai voulu faire vite sur les présentations.-

Goune : Bonsoir. Je m’appelle Guillaume, j’ ai 23 ans et je rappe parce que j’aime bien la musique rap. – grand sourire –

Son pote : il aime la rapmusic.   Je ne sais pas qui c’est ce pote de Goune assis dans mon camtar, mais il a trop envie de papoter avec nous…-

Goune : Tu peux parler à ma place si tu veux, mais bon… Oui, j’aime la rap music, comme il dit, ça m’est venu normal, pour moi c’est naturel. C’est la zik que je préfère. Je viens du Gers à la base, mais là je suis à Toulouse. Donc je fais du rap de Toulouse. – encore un sourire –

Ça fait longtemps ?

Goune : Ouais ça commence à faire… Depuis que j’ai 16 ans. J’en ai… 23…. Donc euh…

– Là il nous fallu un petit temps de calcul parce que bon… –

Son pote : Oui le calcul est assez dur…

Goune : Sept ! On va dire genre ça fait sept ans que je rappe.

On va dire ça. Et c’est quoi le projet dont on va parler ?

Son pote : Ricky Martin !

Goune : Voilà. L’album s’appelle Ricky Martin. Dis toi que ça va être dur de le trouver en FNAC mais vu qu’il sortira pas en FNAC, ça va aller quand même.

Et pourquoi ça sortirait pas en FNAC ?

Goune : Parce que j’en ai rien à f****e de la FNAC. Parce que c’est en téléchargement libre. Parce que je le sors gratuit en digital [dispo. Depuis le 30 avril 2015]. Ça sort sur le site de CMF Records qui organise la soirée de ce soir . Parce que je suis sous CMF. On s’est bien trouvés. J‘ai fait la majeure partie des prods, je rappe sur tous les morceaux, y a quelques feats avec des potes, et aussi y a 2 ou 3 prods, comme celle de I.N.C.H. ou de NaDaDrop qui fait de l’électro…

Et vu que tu fais tes prods, tes textes, un peu tout quoi, comment tu construis un morceau ?

Goune : Je peux écrire sur n’importe quelle prod. franchement… Je pense à des phases tout le temps c’est H24 dans ma tête, ça tourne tout le temps, j’ai des phases qui me montent en continu, tac, tac… Après quand j’ai une bonne phase, une petite punchline qui va bien, qui me fait sourire, je la mets à l’écrit, j’essaye de coordonner le tout. Mais, euh, des fois ça dépend des morceaux… Quand je fais un morceau égotrip, c’est pas pareil. Y a que de la phase alignée, donc on s’en branle, j’écris comme ça vient, je mémorise des phases et j’essaye de les agencer. Dans l’ordre qui percute le mieux.

Sinon quand je pars d’un thème, je me cale devant le téléphone, parce que j’écris sur mon phone, j’écris jamais sur une feuille, jamais jamais de papier, tu vois, je mets tout là -il me montre- et du coup je me fais un récit, je travaille les mots…

« Voyage au centre de ta mère. Pas de sens caché. Y a rien entre mes lignes à part de la cendre de Camel. »

About SIX.LU

BOOM!

Check Also

euphonik-600x600

[Interview] Euphonik : « Mon but principal : redéfinir ce que l’on pense de la noirceur »

Un an seulement après la sortie de l’excellent album Inconnu mais reconnu, Euphonik reprend du …

4 comments

  1. Salut Slim Gouny, je vais me poser en défenseur de mon équipe bien évidemment mais je trouve que le ton qu’elle apporte dans ses interviews est intéressant. Ça change des interviews propres et lisses. Je comprends ton point de vue cependant et je te remercie de nous l’apporter.

  2. Tellement useless l’intervieweuse, on se demande comment elle a atterri là. Elle est plus là à se vanter de sa soirée/rencontre qu’à réellement poser des questions, je suis gêné pour elle en lisant ce truc…

  3. On sait, pourquoi dis-tu ça ?

  4. un camtar c’est un camion ou une camionette, je dis ca je dis rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.