Home / Interviews / [Interview] Jehkyl : « Je veux faire glousser les gens avec moi ! »

[Interview] Jehkyl : « Je veux faire glousser les gens avec moi ! »

Après nous avoir gratifié d’un premier Ep (Pronostic) en 2010 et d’une mixtape (Jehkyl O’Neal) en 2015, Jehkyl nous revient en pleine forme dans son nouvel Ep #CVPP, pour Couilles Vides Poches Pleines. L’occasion pour nous de revenir un peu sur son parcours avant de parler de cet Ep. 

Tu as commencé le rap au collège, quel a été l’élément déclencheur pour toi ?

Je traînais avec un pote qui avait une famille de musiciens : le petit frère était batteur, lui aussi, le grand frère faisait de la guitare et les parents étaient chanteurs. Mon grand frère faisait de la danse hiphop, et quand il s’est mis à écrire c’était dans la chambre à coté donc j’entendais les instrus et le flow… c’est venu naturellement.

A cette époque on a fait un groupe avec mon pote, « MadMax », en 2003 ou 2004. On a fait un Maxi 5 titres qu’on a fait en physique nous-même, on en a vendu 200 exemplaires au collège, c’était chaud ! On avait bloqué la salle polyvalente du collège, on a fait un gros concert devant 200 personnes, alors qu’on avait 13 ans et qu’on rappait depuis 3 mois ! Ce n’est qu’après qu’on est devenu le Sentinels Crew, lorsque l’on est devenu plus sérieux.

Le Sentinels Crew était la suite logique des choses ?

C’est ça ! Pour MadMax c’était moi qui avait eu l’idée du nom et je trouvais que ça me collait bien, je l’ai donc gardé pour moi, mon pote s’est trouvé un blaz aussi (L’insipide) et on a rencontré un mec qui s’appelait Izaak, et ça s’est super bien passé. On faisait plein de sons ensembles.

Vous avez sorti des projets ensembles jusqu’à 2009 c’est ça ?

Non pas si tard, jusqu’en 2007, j’avais 17 ans.

Qu’est-ce qu’il s’est passé pour que cela se termine ?

Justement quand on a commencé à vouloir être plus sérieux, faire des concerts et sortir des trucs, Izaak a lâché très vite et a perdu la motivation de se casser la tête à écrire des textes. Cela nous a un peu flingué avec L’insipide, et comme on a changé de lycées on se voyait moins, juste pour la musique. Il a arrêté aussi, environ 2 ou 3 mois après Izaak.

J’ai écouté beaucoup de reggae et de la soul pendant 1 an, je n’écoutais plus de rap français et très peu de rap cainri. J’ai même essayé de faire un son reggae, ça ne donnait pas bien (rires). En 2009 j’ai repris et je me suis appelé tout de suite Jehkyl.

Tu m’as dit avoir essayé de faire du reggae, écouter de tous les styles de musique… Quelles sont tes inspirations en général ?

Cela va souvent être ma vie. Je peux faire des références comme pas mal de rappeurs le font à propos de films qu’ils ont vu ou autre, mais je ne vais faire qu’une petite phase en référence à tel ou tel truc, et toujours en le reliant à un épisode de ma vie. Je parle de choses que j’ai vécues, de mes amis etc…

Pourquoi ce blaz, Jehkyl ?

Cela a été une évolution. En fait au début je m’appelais Mister High, pour le côté défonce etc… Et tu vois un peu le délire Docteur Jehkyl / Mister Hyde. Ensuite j’ai pensé à m’appeler MRH, les initiales de Mister High. Je voulais un nom composé au début, donc je me suis appelé Jehkyl MRH, et vers 2011-2012 quand j’ai sorti mes premiers projets concrets j’ai décidé de m’appeler seulement Jehkyl.

Tu es natif de Marseille, l’école du rap Marseillais t’a beaucoup influencé ?

Bien sûr ! Et tu sais quand j’ai commencé le rap ce n’était pas comme aujourd’hui, médiatisé, internautisé etc… De toutes façons t’en avais pas 36 des écoles, t’étais de Paris tu écoutais aussi bien du NTM que du iAM, ça allait plus être par envie mais pas par école. Pareil dans le Sud tu vois, à Toulon à l’époque il n’y avait pas énormément de rappeurs, aujourd’hui je ne pourrai pas te citer la liste tellement elle est longue !

Tu as fait un Ep aux sonorités très boombap.

Tu trouves ? J’ai essayé de sonner 2016, Jehkyl, tout simplement. Mais on m’a dit de tout sérieusement, j’ai lu dernièrement une critique dans laquelle le mec disait à la fin « trop de trap tue la trap, ça reste un projet trap » ça m’a interpellé. Comme je te dis j’ai essayé d’être polyvalent et faire ce que j’aime c’est-à-dire de ne pas tomber dans un piège. Si j’avais fait 10 sons comme « CVPP » je n’aurai pas été fier de moi ! Je n’aurai pas eu envie de sortir le projet, j’aurai fait un truc pour m’amuser et j’aurai retravaillé le truc avant de le sortir.

Ton premier Ep « Pronostic » est sorti en 2010, puis la mixtape Jehkhyl O’Neal en 2015, et #CVPP qui est sorti le 8 mai. Combien de temps au total as-tu mis à l’élaboration ?

Je m’y suis mis en Septembre, c’est sorti en Avril donc environ 8 mois. J’ai été productif, mais j’espère l’être plus sur le prochain.

L’enregistrement s’est déroulé dans un seul ou plusieurs studios ?

J’ai enregistré dans plusieurs de choix, je n’ai pas eu le choix et je t’avoue que ça m’a fait chier. J’aime bien n’avoir qu’un seul et même micro au moins, avoir la même empreinte, et là ça n’a pas été le cas. Si je ne dis pas de conneries il y a 6 morceaux qui ont été enregistré au même endroit et 4 un peu partout.

En ce qui concerne tes prods, tu as des beatmakers attitrés ou on t’en envoie ?

On m’a envoyé des prods, et je suis allé en chercher. Mon dj Aaron Jordan m’a envoyé pas mal de packs de prods, et dans le premier il y en a une qui m’a fait kiffer et j’ai enregistré «J’connais ça » en 24h.

Pour d’autres morceaux genre CVPP ce sont des prods que j’ai été moi chercher sur le net.

l’instru de « Villes Alentours » est très semblable à celle d’un morceau de Nekfeu !

C’est le morceau « ça s’passe ainsi » sur une prod de Dj Lo’. Le sample est exactement le même en effet, mais ce n’est pas la même instru. Quand le beatmaker m’a envoyé la prod, je me suis dit « ah ouais c’est chaud » et j’ai enregistré dessus sans m’en rendre compte. Je fais écouter à mon frère et il me dit « c’est la même instru que Nekfeu », je fais écouter à Eff Gee et il me dit la même chose. Du coup ils m’ont sorti le morceau et oui en effet c’est le même sample mais l’instru n’est pas tapée de la même façon.

Au niveau des thèmes qui ressortent le plus, tu parles énormément d’amitié, de trahison, de famille… Comment est-ce que tu défini la couleur de CVPP ?

Quand tu n’es pas bien, tu as des morceaux qui vont t’aider à aller mieux. Je pense avoir réussi à mettre des mots sur des embrouilles communes a énormément de gens, et ce même lorsque c’est très précis comme le son « vrai zin » où je m’adresse pratiquement directement à quelqu’un. Avant de m’amuser dans la musique, c’est ça mon but premier, de pouvoir faire glousser les gens avec moi !

Ce n’est pas quelque chose que tu caches, tu es le petit frère de Deen, est-ce qu’il y a une sorte de rivalité entre vous ?

Non, pas du tout. Je trouve que le mot rivalité est trop fort, je ne voudrai jamais rivaliser avec lui et il ne voudra jamais rivaliser avec moi. Par contre à partir du moment où nous sommes deux rappeurs, il y aura toujours une sorte de compétition positive entre nous. Tout comme avec Alpha, Eff, Millionnaire, Infinit. On va chercher à step up le niveau à chaque fois !

Parles moi des feats sur ton Ep : un avec Millionnaire et deux avec Deen. Pourquoi seulement eux ?

Pour Jehkyl O’Neal j’ai eu pratiquement tous les feats que je voulais : Eff Gee, Perso qui est pour moi l’un des meilleurs rappeurs français depuis 2003/2004, pratiquement tous les membres de « d’en bas fondation », Caballero… Je n’avais pas vraiment envie de refaire un projet bourré de feats. Je voulais faire un truc plus construit avec plus de ma personne, et les gens demandent un feat avec Deen depuis des années ! Et pour Millionnaire, le son qu’il a fait est bien trop chaud ! Dj Weedim lui a envoyé la prod, il avait fait le refrain et un couplet, on s’est explosé tout l’été sur ce son et à un moment je lui ai dit que je voulais poser dessus.

Concernant la suite, quels sont tes projets ?

Je suis prévu sur toutes les dates de la tournée de Deen, en tant que backeur avec Eff Gee. On fait les backs et on pose quelques sons chacun.

Pour mon prochain projet en solo, c’est prévu pour cet automne et je pense sortir un Ep ! Je ne vais pa m’arrêter là il faut que je sorte des sons tout le temps tu vois ? Young Thug par exemple est dans cette optique, il va en studio et enregistre 5 ou 6 titres qui déchirent. Mais ce sont des morceaux « du moment » pour s’amuser, tu vois ? Ce ne sont pas des morceaux profonds, tandis qu’en écrivant CVPP je me suis cassé la tête. J’essaye d’arriver à faire les deux, qualité et quantité.

Quelque chose à rajouter ?

Les zin qui ont acheté CVPP sont Manstr, c’est grâce à eux et ceux qui téléchargent légalement qu’on peut continuer à glousser ensembles !

About Raphael Brami

Raphael Brami
"MC, toi et moi, trop d'choses qui nous séparent"

Check Also

Capture d’écran 2017-07-05 à 17.13.41

[Interview] Disiz La Peste : « Je voulais illustrer des émotions de la manière la plus pure possible »

Disiz, qui a repris récemment son ancien blaze « Disiz la peste » a sorti il y …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.