Home / Actus / JP Manova : une voix vers Sankara

JP Manova : une voix vers Sankara

Son nom fait écho à ces légendes qui ne disparaissent jamais, à une Histoire qui attend encore sa conclusion. Esprit libre écouté et respecté au delà des frontières de son « petit pays », Thomas Sankara, président du Burkina-Faso de 1983 à 1987 avait de grands desseins pour une Afrique détachée des regards et des intérêts néo-colonialistes. Desseins qu’il a payé de sa vie un 15 octobre, il y a 29 ans. Admiratif de la personnalité et de l’engagement de ce chef d’État hors-normes, JP Manova en avait exhumé l’esprit l’année dernière sur son premier album, un soir d’avril vers 19h07. Cette année, il a aussi décidé d’en faire un clip, une autre manière d’ouvrir une voie vers la pensée d’un homme portant le message voilé d’un continent souvent blessé dans son égo…

« Sankara incarne des valeurs tombées en désuétude aujourd’hui »

La première porte menant vers l’Histoire du Capitaine Sankara, Manova l’a ouverte il y a quelques années… grâce à un certain MC Solaar : « A une époque où je me cherchais et où je lisais beaucoup, c’est Solaar qui, le premier, m’a parlé de Thomas Sankara et m’a invité à découvrir son discours d’Addis-Abéba en 1986 ». Au carrefour où se rencontrent Histoire et création artistique, le MC parisien porte aujourd’hui un regard qui en dit long sur la figure de celui qui n’aura été président du Burkina Faso que durant quatre ans : « Sankara est parvenu à bouleverser les codes et l’ordre établi par les parrains de la Françafrique, faisant partie de ces gens qui auraient pu changer le sort de leur pays si on les avait laissé vivre ! A l’image de Patrice Lumumba, Rawlings ou Amilcar Cabral, il incarne le courage humain, le courage politique, des valeurs tombées en désuétude aujourd’hui ». De ce regard a germé un titre sobre et admiratif intégrant trois extraits du discours prononcé à Addis-Abéba. « Un morceau écrit il y a 7 ou 8 ans, de manière spontanée, plus pensée comme une poésie que comme un sujet à traiter », confie le MC.

A la croisée des chemins entre poésie, conscience politique et tranches d’une vie éteinte beaucoup trop tôt, ce titre a le mérite de mener l’oreille vers le seuil d’une Histoire plus proche de nous qu’on ne pourrait le croire. Il ne reste plus qu’à l’auditeur curieux ou averti de le franchir, à l’heure où l’air du temps traîne l’image de « ces p’tits chefs plein d’apparats qui déambulent en voiture blindés à la parade ». Et c’est certainement JP lui-même qui en livre la meilleure invitation via les réseaux sociaux : « 15 Octobre 1987…15 Octobre 2016. Mon morceau sur Thomas Sankara est avant tout un hommage,une poésie sur quelqu’un qui m’inspire. Rien d’imposé. C’est une proposition, une invitation à rencontrer l’histoire d’un homme de dimension universelle… »Si tu veux avoir un jour… »Un de ces hommes rares qui aurait pu changer la face de notre système si il n’avait pas été assassiné. Une de mes plus grandes fiertés restera de l’avoir proposé à des personnes qui ne le connaissaient majoritairement pas ou peu et qui me remercient de leur avoir fait découvrir. Reposez en paix Capitaine. JPM »

About Laurent Lecoeur

Délateur culturel, aux deux oreilles attentives, tombé dans la marmite du rap français. Ressorti sans formule secrète mais avec l'envie d'y replonger pour en savoir un peu plus...

Check Also

puzzle

Une semaine de rap français : du 21 au 25 novembre 2016

Fidèle à ses habitudes, votre Rédaction a pris le temps de rassembler quelques pièces majeures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.