Home / Dossiers / Le rap français et ... / Le rap français et la Palestine
20115145420263734_20

Le rap français et la Palestine

MAP

MAP, ou la résistance en chanson.

Une des chansons les plus entraînantes du rap français sur le sujet reste sans doute la chanson  Palestine du Ministère des Affaires Populaires, présente sur leur très bon second album Les bronzés font du ch’ti. Dans cette chanson, dont la moitié est chantée en arabe par Oday Al-Khatib , le chanteur Saïdou signe un couplet cinglant sur l’occupation israélienne « Ils ont volé nos terres, nos récoltes, nos paysages / souillé nos jardins, nos maisons et nos villages / insulté notre histoire, piétiné notre héritage / ils ont sali notre paradis avec des grillages / ils ont blessé nos filles, nos sœurs et nos mères/ ils ont tué nos fils, nos frères et nos pères/ ils ont cru qu’on resterait soumis sans rien faire / ils ont cru que notre peuple allait se taire/ Grands, fiers, forts, dignes, resteront les enfants de Palestine / Blanc, vert, rouge, noir sont les couleurs de la lutte et de l’espoir / Même si le monde a décidé de rester sous silence/ de rester sourd aux râles de la souffrance/ Palestine, Falastine, toujours résistera/ Palestine, Falastine, jamais ne se rendra. »

Le Ministère des Affaires Populaires peut se targuer d’être véritablement  engagé sur le sujet, puisqu’ils ont effectué une tournée musicale en Palestine en 2007. HK, l’autre moitié du groupe, évoluant à présent en solo, y est d’ailleurs récemment retourné pour participer à des ateliers musicaux dans le camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem-Est, ainsi qu’à des rencontres avec les élèves du conservatoire Edward Saïd à Ramallah pour la journée de la francophonie (Voir ici). Malgré la réussite de cette tournée palestinienne, on ne peut que regretter l’interdiction faite à HK et à son groupe de musiciens de se produire à Gaza, sous blocus israélien depuis 2008, les autorités israéliennes ne leur ayant pas délivré les autorisations nécessaires pour entrer dans la bande de Gaza.

Même dans leurs tournées françaises, le MAP a trouvé le moyen de donner une place à la musique palestinienne en invitant lors de leur tournée de 2009 le groupe palestinien Gaza Team, dont les membres sont originaires de la bande du même nom , à réaliser toutes leurs premières parties de concert. Promouvoir la culture musicale palestinienne, intégrer tant bien que mal les artistes palestiniens aux projets culturels internationaux malgré les difficultés de déplacement qui leur sont imposées, c’est sans doute la plus belle manière d’apporter sa pierre à l’édifice et d’honorer son titre d’artiste engagé  que les rappeurs du MAP n’ont pas volé.

Alors, la question palestinienne, engagement ou récupération dans le rap français ? Il est certain que, comme beaucoup d’autres sujets, la Palestine fait l’objet d’une récupération au sein du milieu artistique et que la question palestinienne est souvent instrumentalisée par ceux qui veulent se racheter une crédibilité politique, en s’appropriant des thèmes dont ils ne maîtrisent pas les enjeux. Néanmoins, il existe de la part de nombreux rappeurs un engagement crédible sur le sujet, issu d’un vrai travail de recherche et d’une vraie conscientisation politique. C’est ceux-là que nous avons choisi de présenter ici. Nous avons décidé de ne présenter que les textes dont l’engagement nous paraissait sincère et dont les auteurs ont fait preuve d’honnêteté intellectuelle et politique et de rigueur quant à la retranscription des événements historiques, et d’ignorer ceux que nous avons jugés comme trop peu rigoureux ou renseignés sur la question. Car si le rap n’est pas forcément sérieux, faire du rap pour s’attaquer à de tels sujets requiert en revanche la plus grande rigueur et la plus grande humilité.

About Stéphane Fortems

Dictateur en chef de toute cette folie. Amateur de bon et de mauvais rap. Élu meilleur rédacteur en chef de l'année 2014 selon un panel représentatif de deux personnes.

Check Also

P1100227

Le rap français, enfant des « damnés de la terre »

     Frantz Fanon ! Un grand nombre d’artistes, au détour d’une rime, ont déjà fait …

5 comments

  1. A noter d’ailleurs que le titre de l’article est « Le rap français et la Palestine » et non « Le rap français et le conflit israelo-palestinien »

  2. Très bon article. Quatre titres incontournables.
    Je regrette également un peu la conclusion un tantinet vague.. ce qui n’enlève rien au reste. Et je partage aussi la demande des autres commentaires : quels sont les textes qui font de la récupération ?

    Alex, à te lire on croirait presque que tout ce que ces 4 morceaux sont tombés de nulle part. Il n’y a de pro-palestinien nulle part. Ecoute attentivement les textes (et relis l’article) pour te rendre compte que ces textes ne sont pas manichéens et surtout, surtout, n’oublient jamais les réalités humaines (d’un côté comme de l’autre). Bien sur que la tendance globale est à la dénonciation de la politique sioniste. Evidemment. Si tu veux entendre l’inverse tu n’as qu’à allumer ta télé et ta journée en sera tout égaillée.

    Mais tu sembles oublier qu’il s’agit ici de mettre en lumière et de décortiquer les textes les mieux écrits du rap français sur le sujet de la Palestine (dont certains datent de + de 10 ans) et de souligner le fait qu’ils sont très bien construits. Pourquoi t’emballes-tu à invoquer des choses dont l’article ne se porte pas à traiter ?

    Par ailleurs il semble que l’auteur ait modifié la phrase que tu citais. A la lecture de l’article (aujourd’hui) je n’ai pas senti le côté unilatéral que tu évoques.

  3. Bonjour,

    je trouvais le titre de l’article extrêmement intéressant, mais ma déception a grandi au fur et à mesure des pages pour atteindre son apogée en fin d’article avec la phrase qui ressemblait à « nous avons choisi uniquement les rappeurs qui ont fait preuve d’honnêteté intellectuelle etc »

    Je ne me positionne pas d’un côté ou de l’autre de la barrière, mais force est de constater que c’est un nouveau torchon partisan qui plus est, pro-palestinien, même si l’auteur s’est efforcé de documenter son article, il n’en reste pas moins une vulgaire tentative de légitimation de cette prise de partie côté palestinien, qui peut se révéler extrêmement dangereux car il en vient à justifier le recours aux armes et en arrive même à honorer les kamikazes qui ont tués de nombreux innocents (qu’ils soient juifs ou pas)
    plutot que d’apaiser les tensions et d’appeler au débat..

    « les rares côté israeliens qui sont pour la paix » page 2 est un des nombreux indices de ce positionnement dogmatique de l’auteur.

    L’auteur voulait comparer les partisans sérieux à ceux qui ne le sont pas, au final l’article se révèle unilatéral, plutot que de poser des questions interessantes ou d’ouvrir sur de nouvelles perspectives comme se demander les raisons de la « spoliation » de certaines terres (peut être en réponse « punitive » à des attentats suicides notamment) il légitime la violence, et le renfermement sur soi même, tout comme les prises de position aveugles qui reposent la plupart du temps sur un conflit religieux plus que géopolitique (à noter un des premiers articles de la charte du Hesbollah ou du Hamas qui souhaite établir un état « judenrein » et la distinction ici entre juif et israelien est essentielle, ce n’est plus un combat géopolitique mais uniquement religieux!)
    c’est donc sur cet amalgame, sur cette transposition erronée -pour ne pas dire corrompue- du conflit ou sur d’autres questions qu’il aurait été judicieux de se pencher.
    Plutot que d’appuyer un positionnement aveugle, dangereux et dogmatique de certains.
    Avec en filigrane le même positionnement anti-israelien de l’auteur qui au lieu de faire du journalisme objectif, fait une nouvelle fois, du journalisme poubelle…

    c’est bien dommage!

  4. Article intéressant et point de vue bien développé, merci. Sniper et Médine me paraissent en effet incontournables sur ce sujet, citer Kery James aurait pu être pertinent aussi.
    Je suis d’accord avec le commentaire précédent, quelques exemples de mauvaise récupération commerciale pourraient être utile pour répondre réellement à votre question.

  5. Super article !

    Sa parfaite contrepartie serait maintenant, via quelques exemples, de montrer quelques textes qui font de la récupération, afin de bien saisir la différence entre les deux approche qui est souvent, subtile…
    Bon article en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.