Le rap, quelle tragédie !

« Sais-tu vraiment ce qu’est le rap français ? Pas une machine à sous, mais une machine à penser » Medine.

Requiem. Un arsenik fatal coule dans ses veines,
Une nostalgie tachée de paresse malsaine.
Requiem pour mon Hip-hop et ses encres fines,
Pour ce public orpailleur qui cherche sens et rimes.
Qu’est devenu l’art raffiné de l’ecchymose et des cicatrices ?
J’ai vu triste et implorant le cadavre du rap dans les auspices.

Les oisillons ferment les yeux et ouvrent le gosier,
Asservis des grands médias dans leurs nids douillets.
Crier leur est naturel pour leur survie,
Le corbeau crie son naturel, sa propre vie.

Il écume les paysages à la recherche de vers,
Des abysses au béton jusqu’à la brûlure solaire,
Vol, fouille, chasse, toujours dans la bonne direction,
Cet aventurier a pour trésor les oraisons.

L’oisillon dans la tendance colporte la rumeur
Du c’était mieux avant : avant ses propres humeurs ?
Statique comme une gargouille de pierre, à grand tort
Il avale ce qu’on lui donne sans valoir mieux qu’un porc.

L’oiseau noir porte le fardeau du charognard,
L’essence de l’Assassin, le costume du banlieusard,
L’oisillon couard représente un autre étendard :
Celui des acquis à la cause des politicards.

About Etienne Kheops

Etienne Kheops
"Je n'ai qu'une plume bon marché pour planter les cieux"

Check Also

[Les Nanas du rap game] Goom, la meuf partie de rien

vec notre série Les Nanas du rap game (en hommage au titre d’Isha), nous explorerons les coulisses du rap francophone et ceux qui le font, mettant en lumière le travail des femmes, qui opèrent dans l’ombre. Attachée de presse, scénariste, directrice artistique, manager… Au sein de l’association bordelaise Parti de rien, Goom est un peu tout ça à la fois. Portrait d’une nana du rap game qui n’a pas froid aux yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.