Home / Sélections / Les 10 beatmakers qui nous ont marqués en 2015

Les 10 beatmakers qui nous ont marqués en 2015

Pour le dernier « top » de l’année, vous l’avez compris, nous avons décidé pour cette année d’abandonner l’idée de classement. Avec un nombre de beatmakers talentueux toujours plus conséquent, on a pris le parti de créer des catégories fictives qui étaient à nos yeux le meilleur moyen de refléter cette incroyable diversité. On l’avoue humblement, des noms manquent dans ce classement mais c’est là où réside la difficulté de l’exercice, soyez indulgents !

—– Nos gars sûrs —–

 Ils ne nous déçoivent jamais et leurs noms étaient pour nous comme une évidence. Ce sont parmi les premiers noms que l’on a couchés sur le papier au moment d’élaborer ce top et ils ne devraient souffrir d’aucune contestation. Easy !

Mani Deiz

Claque après claque, Mani Deiz n’en finit plus de s’imposer comme l’un des tout meilleurs beatmakers français. Omniprésent sur les plus gros projets indés de France, et d’un niveau toujours aussi égal, le beatmaker de Kids of Crackling est devenu une référence de l’indé: LacrapsL’HexalerLucio BukowskiHam Mauvaise Graine, Paco etc sont tout autant de rappeurs talentueux qui, cette année encore, ont accepté de faire confiance à Mani Deïz pour poser leurs couplets. Ses faits d’armes personnels cette année: un projet solidaire avec Kyo ItashiUnder the bridge, dont tous les fonds seront reversés à une association d’aide aux SDF, Many Days Vol.1, un recueil de Faces B et un nouvel album solo Too Much Memory vol. 2. Preuve que le travail paie, son nom a fait l’unanimité au sein de la rédaction. Pas le plus mince des exploits…

Son interview est disponible ici.

Char

Pourquoi argumenter ? Quand on est le beatmaker quasi exclusif de l’un des albums rap français de l’année (L’apéro avant la galette : chroniqué ici), quand on lâche un beat aussi parfait que celui de J’me laisse aller, quand le blaze devient à ce point synonyme d’indépendance et qu’on produit à un tel niveau d’excellence depuis des années, l’argumentation devient superflue…

 Oster Lapwass

Entre Oster Lapwass et Kyo Itachi, le choix aurait dû être compliqué. Finalement, le nom d’Oster s’est imposé. Comme l’a si bien dit un membre de la rédaction en parlant de Lapwass,  » Quand on produit La Plume et le Brise glace et L’homme alité en entier, difficile de s’en passer « . Fin de discussion. Il est vrai que ces deux albums montrent une nouvelle fois l’étendue du talent du Lyonnais. Esthétique, sombre mais très riche musicalement, Oster Lawpass n’a pas son pareil pour habiller les textes de ses camarades de jeu de l’Animalerie, pour notre plus grand plaisir. Apparemment, ce n’est pas aujourd’hui qu’on cessera de parler de l’Animalerie. Et c’est tant mieux.

—– Catégorie poids lourds —–

 Hyperactifs, les nominés de cette catégorie réussissent l’exploit de placer un nombre impressionnant de prod’ de qualité sur des projets en vue de 2015. Heureux hasard, ils donnent tous les deux dans la tendance majoritaire du « trap ». On aime ou on déteste le genre mais ces producteurs apparaissent aujourd’hui comme des tauliers du game. Heavyweight !

Dj Weedim

On aurait pu s’attarder sur ses délires avec AlkpoteVald et Infinit. C’est pourtant son travail sur le Go Fast de Driver qui a retenu notre attention. Comme sur le très bien nommé morceau éponyme, Weedim arrache tout. On retrouve sur ce track tout ce qui fait la force de Weedim. Son « gimmick signature » reconnaissable entre mille et sa trap lourde font mouche et collent parfaitement au flow de Driver. Il restait à prouver qu’il avait les épaules pour diriger un projet en son nom. Avec la sortie de La Boulangerie française, Weedim a relevé le défi avec éclat en livrant un projet solide, parfaite synthèse de son univers personnel et des qualités de la brochette d’Emcees invités.

Richie Beats

Il était déjà aux portes de notre top de l’an dernier. En temps normal, la prod de Namek pour Dinos Punchlinovic aurait suffit à lui assurer sa place. La concurrence étant des plus rudes, il n’en a rien été. Cette année, il paraissait impossible de passer à côté de Richie Beats tant ce dernier a charbonné. Booba, Nekfeu, S-Pri Noir ou Joke, autant de noms à accrocher au CV de Mister Beats cette année. Avec Kloud9 sorti également cette année, Richie Beats nous propose une compilation de ses productions réalisées depuis ses débuts. Dépouillé des voix de ces MC, le travail du beatmaker prend encore plus d’ampleur. On apprécie sa musique au schéma trappiste qui, entre ses doigts, prend un aspect léger voire aérien.

 —— Prétendant au trophée « Metal Gear Solid » —–

Les artistes de cette catégorie sont en mission. Sans se faire repérer et sans faire de bruit, ces beatmakers influent sur le rap français chacun à leur manière.

Mattia aka Merlin

Si Odezenne tient une place particulière dans le paysage rapologique français, c’est avant tout parce que le groupe bordelais a su créer une identité forte, faite de renouvellement et de remise en question permanente. Architecte de ces évolutions – au moins pour la partie sonore -, Mattia le compositeur du groupe était pour nous un indispensable de ce top. Il faut dire qu’avec Dolziger STR2, il nous en a mis plein les oreilles. Abandonnant définitivement le sampling pour la composition, Mattia entraine Odezenne vers un univers toujours plus électronique et aux arrangements parfois surprenants. Un contre-pied à la tendance actuelle qui place pour certains Odezenne en dehors de la sphère rap. Pas pour nous !

Nodey

Beatmaker peu mis en avant (à notre plus grand regret), Nodey est certainement le mieux placé pour remporter cette catégorie fictive. Véritable terreur des compétitions de beatmaking où il sévit depuis plusieurs années, son travail finit par obtenir un écho auprès des plus grands noms du rap français. Son morceau Chanson Française pour Youssoupha (on a d’ailleurs interviewé Nodey à ce sujet) aura marqué les esprits ainsi que sa prod’ sur la compilation Appelle Moi MC Vol. 2, où il fournit un terrain de jeu idéal à Lino et Flynt.

Il est surtout l’auteur d’Atrahasis, EP instrumental ambitieux où il flirte librement avec une électro volontiers plus brutale. Avec Atrahasis, Nodey démontre s’il en était besoin qu’il dispose de plus d’une corde à son arc. On vous recommande vivement cet EP qui est disponible ici.

—–  « Catégorie équipe de France espoir et presque blaze de footeux » —-

Comme on avait pas assez calé de vannes pourries dans le texte, on s’est réservé un petit coin pour ça… De toutes façon, la qualité des beatmakers compense largement notre nullité.

Diabi

Contrairement à Abou, Diabi est lui bel et bien sur le terrain. Et cela s’entend. Déjà, l’écoute de The Cold Snell laissait entrevoir tout le talent du producteur de la 75ème session. Capable d’assimiler des genres aussi divers que le rap new-yorkais ou la nu-soul, ces remixs réalisés à la hâte mettaient la barre assez haut. On attendait donc la suite. Bien nous en a pris car nous n’avons pas été déçus par les prods soignées pour ses potes Georgio et Nekfeu. Jusqu’à ce mois de décembre où il a fouetté tout le monde avec Alpha Wann et le morceau Playoffs. Avec Alph Lauren 2 et The Cold Snell 2 qui devrait sortir prochainement,  l’ascension de Diabi vers les sommets devrait se poursuivre en 2016. Et en ce tout récent début 2016, Diabi a eu la bonté de nous offrir une beat-tape d’excellente teneur, disponible ici.

Ben Maker

Comme dans le dessin animé culte, il fait la paire avec un coéquipier de luxe (Itam). On l’a néanmoins sélectionné pour ses performances solos et son goût de la boucle bien faite qu’il souhaite partager avec le plus grand nombre. Pour Noël, Ben a donc sorti une beat-tape gratuite intitulée Retour au Sample. Disponible sur Youtube, cette compilation de beat aux boucles classieuses aguicheraient les oreilles de n’importe quel MC ayant un minimum de goût. Ce projet suffit à faire entrer Ben Maker dans notre classement. Si on ajoute ses excellentes productions pour Eli MC, Melis, ou encore Melan, on comprendra que sa place ne souffre d’aucune contestation.

—– Génie controversé ? —–

King Doudou

On a l’impression de le rappeler inlassablement mais 2015 a été l’année de PNL. Les Essonniens ont secoué le rap français avec leur son cloud et leurs ambiances émo-thug. Sur leur deuxième album de l’année, Le Monde chico, la musicalité atteint un niveau rare surtout dans le registre rap de rue. Si l’origine des prods est parfois floue, ce dont on est sûrs c’est que deux sont signées King Doudou : Oh lala et Dans ta rue. En deux sons, ce beatmaker à la croisée du rap et de l’électro a imposé une patte et offert de magnifiques écrins aux récits doux et amers d’Ademo et NOS.

—– Le coup de coeur « WTF »  de l’année que l’on voulait à tout prix caser —–

Kognitif

Oui, oui, on sait les matheux: Kognitif est le 11ème de ce « Top 10 », mais en même temps on sentait le besoin de le mettre, sans enlever aucun des précédents. Du coup ce sera notre beatmaker bonus de l’année. Trip-hop, abstract hip-hop etc, les étiquettes accolées à Soul Food, le dernier EP de Kognitif auraient de quoi remettre en question sa présence dans notre top, même dans la peau du 11ème homme. Sauf que Soul Food est un véritable bijou ! Avec ses samples jazzy bien poussiéreux et ses beats soulful d’une maîtrise rare, Kognitif nous aura fait groover tout au long de l’année. Finalement, peu importe les étiquettes, il a placé la barre très haut et on tenait à le souligner comme il se doit. Pour en juger par vous même, cela se passe par ici

About Zayyad

Singe Jaune. Le plus Hip Hop des frères Bogdanoff

Check Also

topmars

Nos morceaux préférés de mars 2017

Retrouvez chaque mois nos dix morceaux préférés.   10 – Django – Jason Bourne (Prod. …

4 comments

  1. Euh, Odezenne, après le morceau adieu, les compos analogiques de Merlin, qui tiennent plus de la chanson à texte et des synthés floydiens (avec les solos de gratte évolutif et tout) le fait définitivement passer au delà de la boucle, des beatmakers (et dieu sait que j’aime Mani Deiz etc), pour rentrer dans le domaine du musicien (qui joue tout en live, séquencé, le tout réglé analolgiquement en full), fait bel et bien que dire qu’odezenne fait du rap après ADIEU (qui porte un titre… logique et un égotrip final), c’est être complètement à la masse.

    Cela dit merci parce qu’il est complètement ignoré du milieu alors que sur les deux premiers albums d’odezenne (et surtout le premier), il a fait un travail de dingue sur des samples incroyables que la majorité ne comprend toujours pas.

  2. Mani Deïz of course!!!!!! 😉

    Merci pour la découverte de Kognitif! Je ne connaissais pas du tout et j’aime beaucoup!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.