[Les Nanas du rap game] Soraya Rhazel, une Vixen touche-à-tout

Avec notre série Les Nanas du rap game (en hommage au titre d’Isha), nous explorerons les coulisses du rap francophone et ceux qui le font, mettant en lumière le travail des femmes, qui opèrent dans l’ombre…

Soraya Rhazel est une de ces actrices multi facettes du rap qui agissent en coulisses depuis près 10 ans.  Après un parcours atypique et formateur, c’est désormais dans la production de contenus visuels qu’elle s’épanouit, avec comme objectif de parvenir à obtenir l’autonomie de sa propre société.
Après plus d’une heure d’entretien par téléphone, nous avons eu l’honneur de réaliser un portrait comprendre cette femme aux multiples cordes à son arc. Après le premier article de notre série sur le duo Cestpasunfilm (ICI), nous vous faisons découvrir une nouvelle personnalité du rap français, Soraya Rhazel.

Un véritable couteau-suisse

Grâce à l’ensemble de ses facettes, Soraya peut s’enorgueillir d’avoir explorer une grande diversité de professions touchant à la production de clips de rap notamment grâce à l’image, à la direction artistique ou finalement, à ses apparitions face caméra. 

L’image s’est imposée rapidement dans son adolescence par le biais de la proposition qu’elle reçoit de devenir modèle de photo éditoriale pour des marques de vêtements à l’instar de Aubade, Undiz ou encore pour des magazines d’ampleur nationale comme Playboy.

L’entrée à cet univers a alors constitué pour elle un moyen de se libérer des moqueries et du harcèlement subi au collège et dans sa jeunesse.  Cette récupération de sa propre image va alors lui permettre de récupérer sa confiance en elle, en son apparence et en son corps. 

Cela constitue un point important dans sa carrière et dans sa vie, car ce premier contact avec l’image, les shoots et  l’adaptation à la prise de photos vont l’intégrer dans différents décors, à l’instar des tournages des clips de rap et du monde du rap en général.

Si aujourd’hui, Soraya cumule plus de 700 clips tournés notamment comme directrice de production, il serait important selon moi, de s’attarder sur l’importance de son image et de son travail  durant toute sa carrière, encore en construction. 

Vixen, et bien plus…

La photographie a donc permis à notre interlocutrice d’accéder au monde du rap et à sa mise en image par les clips en devenant ce qu’on appelle une VIXEN.

La Vixen incarne au sein des clips de rap l’idéal de la femme représentant le symbole de la beauté de la contre-culture urbaine que constitue le rap.  Cette figure lui permet alors de s’affranchir des diktats imposés par la mode éditoriale pour au contraire revendiquer sa beauté et son unicité,  à la façon de nombreuses femmes dans le rap américain.

Etant l’une des pionnières en France à revendiquer cette place de Vixen, Soraya a appris au fur et à mesure de son expérience à mieux cerner les exigences, recadrer tout débordement,  protéger son statut ainsi que ceux des autres vixens, et finalement à les représenter au mieux parmi tous les acteurs du rap en France, qui ont (souvent) besoin d’elles.

Un trait propre au milieu du rap pour les femmes ressort ici : les femmes dans ce milieu semblent être particulièrement portées sur l’entraide, la bienveillance et la générosité, les unes envers les autres. Elles s’aident énormément, et c’est assez étonnant. Selon Soraya, cette sororité est spécifique à ce milieu et n’est pas présente partout, notamment dans le monde de la publicité et de la mode.  

Soraya Rhazel s’est donc progressivement affirmé au sein du game, jugé comme très hostile au développement féminin, mais finalement bien plus accueillant. Elle a donc pu porter sa voix et celle des vixens, luttant contre leur invisibilisation, en maintenant leur libre arbitre et en œuvrant pour leur protection. Loin des clichés, les vixens ne sont pas des « femmes-objets » qui subissent, mais de véritables entrepreneuses qui méritent le respect.

Trouver la crédibilité

Elle poursuit alors peu à peu son ascension de ce côté du rap en France, en s’éloignant peu à peu de son étiquette Vixen pour travailler à la production des clips.
Evoluant désormais au sein du milieu de la création de contenus visuels, Soraya se démarque en utilisant ses connaissances sur le milieu, son regard personnel grâce à ses précédentes expériences, et enfin grâce à sa vision féminine, qui lui est propre. 

Elle parvient ainsi à gagner de la crédibilité au sein de ce microcosme pourtant si étroit, mais où les gens parviennent plus rapidement à se faire confiance et à s’accorder du crédit.
En occupant cette posture « derrière la caméra », Soraya doit toujours affronter des problématiques de légitimité et de reconnaissance de la part de ses interlocuteurs masculins et de la part du grand public, notamment en raison de son étiquette de « meuf de clip ».

Malgré ses nombreuses collaborations avec des artistes prestigieux comme Nekfeu, Jok’air Vald ou encore Seth Gueko : la productrice n’a pas toujours obtenue les certifications des titres ou encore la joie d’avoir son prénom et nom inscrits dans les crédits des clips ou des morceaux, lorsque la collaboration se prolonge.

La jeune femme souhaite démontrer la complexité d’évoluer en tant que femme au sein du milieu du rap français, loin des clichés qu’on pourrait lui coller, même si ça reste un milieu patriarcal. La légitimité et la crédibilité féminines y sont un combat perpétuel et femmes doivent composer quotidiennement avec la porosité des frontières entre vie privée et vie professionnelle (sous peine de conséquences sur leur profession et leur place).  

Pouvoir revendiquer une féminité exacerbée et en faire une véritable profession, comme elle a toujours souhaité, n’est donc pas une tâche simple dans cet écosystème, mais Soraya a pu y parvenir en se créant un personnage comme bouclier, personnage de pin-up qui lui correspond et par lequel elle impose son originalité.

Omniprésentes dans l’univers visuel du rap français, la vixen mérite respect et reconnaissance de leur travail, sans subir les préjugés misogynes et racistes que la société est bien trop prompt à leur coller. Soraya Rhazel est une artiste complète qui lutte pour une meilleur représentation des vixens, actrices à part entière du rap game. Et elle compte bien continuer sur cette lancée…

About zoef

Check Also

[Billet d’humeur] Dinos et le grand n’importe quoi mélancolique

Longtemps à la recherche d’une identité artistique, Dinos semble l’avoir trouvé dans une formule où …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.