Home / Dossiers / Billets d'humeur / Les Victoires de la Musique.
Musiques Urbaines

Les Victoires de la Musique.

Ce Mardi 1er Mars se tenait les 26èmes Victoires de la Musique au Palais des Congrès de Paris. Chez France 2, on doit déjà pleurer puisque les résultats d’audience sont tombés : 2,5 millions de téléspectateurs soit 11% de part de marché. Surtout quand l’on sait que Marie Drucker disait chez Thomas Hugues dans Médias, le Magazine que l’objectif était de faire mieux que l’an dernier, c’est à dire plus de 3,2 millions.

Pourtant la sentence paraît logique. Cette émission ne s’évertue plus qu’à consacrer la variété. Elle finit donc par décerner des récompenses légèrement consanguines. Car à part Ben qui arrache la Victoire de la révélation, tout le reste figure au rayon pop/rock et variétés. D’où forcément une cérémonie avec un public vieillissant et des invités récurrents. Pourquoi faire croire aux gens que la musique s’arrête à ça ? S’ils veulent redresser la barre, il n’y a qu’une solution. Créer une catégorie par genre musical et faire voter des spécialistes. Chez France 2, ils veulent nous faire croire que le public n’a pas envie de voir du reggae, de la funk, de la soul, du hard-rock, du jazz, du blues ? Enlevez vos œillères !

À la rédaction, nous nous demandons qui est en charge des votes pour la section musique urbaines. Parce que ce sont certainement des gens qui n’ont aucune légitimité et qui décernent une récompense qui en a quand même une. Nous nous demandons même qui s’occupe des noms de catégorie. « Musique urbaines »… Quel est l’intérêt de l’appeler ainsi pour n’y mettre que des rappeurs ? Appelons un chat un chat et réclamons une catégorie rap pour l’an prochain !

Car il devient urgent que toute une partie de la population qui ne se reconnaît pas forcément dans cette cérémonie se sente plus représentée. Pour que ce rendez-vous annuel cesse enfin d’être les Victoires de la Variet’ et la Défaite de la Musique.

About Stéphane Fortems

Dictateur en chef de toute cette folie. Amateur de bon et de mauvais rap. Élu meilleur rédacteur en chef de l'année 2014 selon un panel représentatif de deux personnes.

Check Also

[Billet (roulé) d’humeur] La rue ou rien, punchlines dans les manifs contre la loi travail

C’est l’été, les pancartes et banderoles ont été rangées pour quelques semaines de répit et …

One comment

  1. je viens de découvrir ce site et il est exellent je vous shouaite une bonne continuation .

    pour en revenir au sujet je suis exactement d’accord avec tout ce qui est dis dans l’article d’autant que 95 % des victoires décernés le sont pour des mauvais album alors que cette émission pourrait justement être l’occasion de mêtre en lumière tous les artistes talentueux dont on parle trop peux .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.