Home / Interviews / [Interview] LEXIE T, la boîte à rythme humaine : « On pense encore trop que ces évènements hip-hop sont réservés aux hommes »
Capture-d’écran-2016-06-07-à-11.30.08

[Interview] LEXIE T, la boîte à rythme humaine : « On pense encore trop que ces évènements hip-hop sont réservés aux hommes »

Lexie T , beatboxeuse de 26 ans et déjà deux fois championne de France nous fera le plaisir d’être avec nous vendredi soir, au New Morning. Elle partagera la scène avec des rappeuses, des dj’s, des danseuses et des graffeuses. Nous l’avons rencontrée pour en apprendre un plus sur cette boîte à rythme humaine.

Comment tu as choisis le blase Lexie T?

Lexie T = l’excitée. C’est un jeu de mot qui colle bien avec mon personnage excentrique que je fais ressortir dans mes vidéos.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire du beatbox?

J’ai toujours fait de la musique. Je commencé la batterie à l’âge de 9 ans et plus tard j’ai fait de la basse dans un groupe de punk. ll y a avait un stage de beatbox juste à côté de là où je répétais avec mon groupe. J’y suis allée, ça m’a plu. Puis je me suis inscrite au championnat de beatbox. Ce qui m’a séduite le plus ce sont les valeurs du hip hop qui passe avant tout par le partage. C’est à ce moment là que je me suis rendue compte que le punk n’était pas fait pour moi. J’ai donc lâché les instruments pour me dédiée entièrement au beatbox.

Comment as-tu appris?

Pour cette discipline il n’y a pas de cours réguliers. J’ai appris en regardant des vidéos, en rencontrant des personnes qui m’ont donné des conseils, en faisant des stages. J’ai aussi beaucoup jammé avec des gens, j’ai observé les autres …Il faut être assez autonome et autodidacte.

Tu as une chaîne youtube sur laquelle tu fais des tutoriels intitulés «Apprendre le beatbox en s’amusant », tu animes également des ateliers à Lille et à Paris … tu accordes beaucoup d’importance à la transmission?

J’anime des ateliers dans la région de Lille principalement, c’est adressé à tous les âges. Je fais aussi des ateliers à la Philarmonie de Paris. Je kiffe transmettre, c’est ma passion. C’est comme ça que j’ai découvert le beatbox, c’est en recevant des conseils, en apprenant des autres. C’est ce qui m’a plu. Les gens pensent qu’il faut avoir un dont pour faire du beatbox,  mais tout le monde peut en faire, tout le monde peut apprendre. Il n’y a pas de pré requis, il suffit de s’entraîner. C’est une vraie culture orale.

Tu veux te lancer dans l’organisation d’événements, où en est ton projet?

J’ai organisé mon premier événement vendredi. C’était gros battle à la maison du hip hop de Lille. J’ai eu beaucoup de bons retours et ça me donne vraiment envie de le refaire. À la base ça devait être un battle mixte,  mais il y a eu des désistements donc finalement il y  une seule beatboxeuse contre sept beatboxeurs. Et puis à la fin, on a ouvert la scène aux beatboxeurs amateurs. Le but c’était qu’ils puissent jammer avec musiciens professionnels parce que se lancer directement dans un  battle ça peut faire peur.

Selon toi, quelle place ont les femmes dans ce milieu actuellement?

Il y en a très peu en France, elles se comptent sur les doigts de la main. D’ailleurs ça se voit sur les championnats et c’est pour ça que j’ai organisé un battle mixte la semaine dernière.
Le milieu du hip hop est catalogué masculin, c’est dur de se lancer en tant que femme, de contrer les clichés et de se dire qu’on va réussir.

Du coup, ça a une importance particulière de participer à l’événement du 10 juin dont l’affiche est 100% féminine?

J’ai été super contente d’être invitée et je super fière d’être là vendredi. Je me dit que si les filles voient d’autres filles sur scène, elles se diront plus facilement qu’elles y ont leur places elles aussi. S’il y a plus d’événements comme ça, ça va les motiver. On pense encore trop que c’est réservé aux hommes. Et puis les filles apportent une autre touche. Je suis contente de partager le plateau avec elles.

Tu as déjà participé à ce genre d’événements?

J’ai déjà joué pour des plateaux 100 % féminin mais ce n’était pas totalement hip hop et il n’y avait pas ce mélange de disciplines avec du rap, des DJs, de la danse, du graff, du beatbox… c’est vraiment nouveau.

 

Capture d’écran 2016-05-30 à 17.46.46

https://www.facebook.com/events/1600348700292987/

About Eleonore Santoro

Eleonore Santoro
"Si vous ne vous levez pas pour quelque chose, vous tomberez pour n'importe quoi." Malcom X

Check Also

scylla copie

[Interview] Scylla : « Je voulais mettre l’accent sur la vraie nature de l’homme qui est derrière le masque. »

Scylla, c’est ce genre de rappeur qui donne de réels frissons, avec ses textes extrêmement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.