Home / Sélections / Nos morceaux préférés de janvier 2017

Nos morceaux préférés de janvier 2017

10. Alkpote x Jones Cruipy – Les marches de l’empereur, s02 e09 #Fantomas

On ouvre ce top du mois de janvier avec le nouvel épisode de notre série préférée, qu’on attend beaucoup plus que la prochaine saison de Game of Throne. Parce qu’on s’en fout du roi, c’est la marche de l’empereur qui nous intéresse, et dans ce game de pupupute qu’est la crasserie, on sait qu’il s’appelle Alkpote. Même principe depuis le début de ces boucheries régulièrement lâchées sur la chaîne Daymolition, et ici c’est Jones Cruipy qui accompagne l’empereur, sur une prod de DJ Weedim, pour une cohésion maximale et un travail propre et net. On en profite pour vous renvoyer vers la mixtape de Jones Cruipy Rêve Européen, sortie gratuitement sur Haute Culture le 10 janvier.


 

9. Josman – La cage (NSM)

Après avoir passé tout l’automne à écouter Dans le vide pour s’imaginer à la plage quand on prenait la 11, c’est encore le nouveau son de Josman qui va nous accompagner tout l’hiver et nous donner la rage pour tenir jusqu’au printemps. La magie de l’époque et de la mondialisation, c’est que ça permet à des jeunes de 23 piges venant de Vierzon d’être calibré sur l’horaire cainri dans sa musique, et ce n’est certainement pas La Cage qui viendra contredire cette tendance ; mais être au top de la tendance musicale du moment ne suffit pas, et d’ailleurs sur cette prod d’Eazy Dew, c’est trop facile ! Encore faut-il le faire avec talent : et ça, Josman ne cesse de nous montrer qu’il en a à revendre. « J’suis dans le truc, je m’installe / J’suis complètement fucked up, j’suis instable / Pas d’sentiment pour l’instant / Fuck ton insta, j’follow mon instinct »

 

8. Damso – *sans titre*

Sméagol, l’ont nommé certains internautes par la suite. L’ouragan Bruxellois qu’a provoqué Damso avec Batterie Faible était l’un des plus gros remous de l’année rap passée ; alors est-ce que la batterie rechargée sera effectivement une encore plus grosse dinguerie, ou est-ce que ce sera une carotte comme le nouvel iPhone, seul l’avenir nous le dira – aux alentours du 3 avril disent les étoiles – mais Damso nous en susurre néanmoins deux mots via une courte – mais très nwaar – nouveauté sur son facebook, qu’on s’en fasse une idée. La conclusion ? ‘Sont pas de taille pour le nouvel album. Comme Sméagol.

Batterie rechargée.

Damso – *sans titre*

 

7. Scoop & J Keuz – Histoire de

Eux viennent de Nantes et sortiront leur troisième album, Maestria, le 6 février prochain. Avec ce nouveau clip, le duo Scoop & J.Keuz de Warooba records offre un morceau chargé, parvenant à éviter les pièges de la démagogie sur le monde industrio-financier. Juste un regard, rien de plus, en « featuring » avec un Dassault des grands jours. Un groupe à surveiller, on vous prépare un papier découverte pour la semaine prochaine…


 

6. Scylla – Qui suis-je ?

Pour son retour avec ce nouveau morceau, Scylla revient des abysses aussi grave qu’il y était parti. Sur l’éclatante lumière d’une formule piano voix, fort de son simple texte même pas orné d’un beat – laissez à la musique le temps d’arriver – ni plus joyeux ni moins talentueux qu’avant. Qui est-il ? Personne, dans ce rap game, disait-il lui-même ; mais dans celui des poètes, le second bruxellois de ce top a une place. De choix.

 

5. Issaba – GTI (Great Teacher Issaba)

Sur le papier, un prof de math qui commence à rapper en brodant autour de son taf, c’est une bonne blague. En réalité, non seulement Issaba ne blague pas au micro, mais il s’avère que ce personnage du professeur permet à Issaba d’explorer l’égotrip avec un vocabulaire scolaire, et le passage de Pythagore aux rimes hardcore est plutôt bien fait et carrément efficace : « J’m’exprime dans celle de Molière, j’fais pas dans la langue de bois / Ramène-moi n’importe quel rappeur, avec son tibia j’fais un angle droit ». Musicalement bien fait, sans être dans la plus novatrice des démarches, GTI présente le personnage à la fois hyper sincère, parfois franchement drôle, et réellement talentueux, du Great tTeacher Issaba. On ne peut que vous recommander l’album, sinon coup d’babouche. Chronique à venir.

 

4. Nusky & Vaati – Aux souvenirs oubliés

Nusky et Vaati font partie de ces artistes qu’on va vite galérer à ranger dans une case – et c’est terriblement bon signe. Il est indéniable que Nusky rappe sur ce morceau, autant qu’il est indéniable qu’il chante. Sa signature vocale si particulière à elle seule en ferait un artiste à part, et les productions de Vaati, d’une douceur oscillant entre cloudrap et french touch électronique, enrobent les lyrics de son compère dans une alchimie qui fonctionne à merveille ; à n’en pas douter, la musique de Nusky et Vaati est vouée à s’exporter loin du cadre – de moins en moins – strict du rap, pour le meilleur et manifestement uniquement le meilleur. Le morceau bénéficie d’un superbe clip réalisé par Victor Poullain, mais on recommande une écoute préalable du simple morceau, tant il est lui-même coloré et imagé. Le duo confirme ce que leur précédent projet Swuh semblait annoncer : un ouragan de fraicheur débarque sur le paysage rap actuel. A suivre de très près.

 

3. Vald – Si j’arrêtais

Difficile de ne pas parler de Vald dans ce top du mois de janvier, tant on le voit partout pour la sortie de son premier album tant attendu, Agartha (chronique ici). Il nous a été très difficile de ne choisir qu’un titre parmi les dix-sept qui composent le projet, tant on a été bouleversé – traumatisé – par des titres comme Blanc, avec Suikonblaze AD, ou l’incroyable collaboration avec Damso, Vitrine. Finalement, c’est bien Si j’arrêtais qui se positionne sur la première marche de ce podium : malgré les horizons musicaux et stylistiques beaucoup plus vastes présentés dans l’album, on sait depuis Journal Perso qu’un Vald qui arrête (juste un peu) de faire semblant, est aussi une très bonne chose.  « Pas de fausse modestie, j’manie l’crom et l’Bic comme Joe Pesci / T’obéis aux mauvais types / On cautérise nos plaies, on joue la comédie / On monétise nos vies, violètise nos vues »


 

2. Sofiane – Tout le monde s’en fout

Fianso. Assurément le phénomène de ce début d’année 2017, aussi cru de talent que déconcertant par l’absence totale de prise de tête, concernant absolument tout. Le disque, ni mixtape ni album, est d’une simplicité absolue, condensé de freestyles sous le hashtag #JeSuisPasséChezSo, réunissant sous la bannière du 93 un certain nombre de rappeurs (dont Kalash Criminel, Ninho ou MHD pour ne citer qu’eux) autour de morceaux solos de Fianso – dont aucun n’a été mixé. Il s’en fout. Parmi cette heure de kickage fondamentalement street et décomplexé, une track se détache tout de même du reste : Fianso aurait-il fait un vrai single ? Cette prod léchée, ce petit riff de guitare sublimée par un sample vocal, qui parait calibré pour un passage radio… exception faite de l’absence d’une quelconque piètre chanteuse de RnB français pour le refrain. Parce qu’en vrai, tout le monde s’en fout.

 

1. Demi Portion – Mon dico, volume 4

Il est temps de finir le dictionnaire. Après les trois premières éditions en 2008, 2011, et 2013, Demi Portion vient clôturer sa série de dictionnaires avec le bouquet final, le quatrième volume. Le demi artiste de Sète poursuit sa description du monde, pleine tant de souffrance que d’espoir, sans jamais se dénaturer. Une gratte, un boom bap, et un stylo, ça suffit à Rachid, le p’tit rabza, pour inscrire son nom entre ceux de Robert et Larousse et le graver en demi lettres d’or dans le paysage rap indépendant français… quand on met le cœur et le courage, c’est fou ce qu’on peut faire 2 chez soi.

About Hugo Rivière

Entêté monocellulaire impulsif, sentimental, très humain et complètement dingue

Check Also

apercu1

Les 100 meilleurs albums de rap français des années 90 [complet]

Récemment, on s’est rendu compte que la jeune génération d’auditeurs ne connaissait plus vraiment les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.