Home / Sélections / Notre sélection rap pour l’été

Notre sélection rap pour l’été

Bitume fondu, peaux bronzées, shit de mauvaise qualité : l’été est bel et bien là. Et pourtant…un élément manque cruellement pour unir les cœurs et réchauffer les bas-ventres : le tube de l’été. Depuis plusieurs années, le rap en propose au moins 2 par saison, et a même réussi à remplacer les inoubliables hits des campings produits par la variété internationale. 

En 2019, il faudra peut-être finir par s’y résigner : aucun son ne fait à lui-seul l’unanimité. Pas de panique! La rédaction LREF a sélectionné plusieurs morceaux sortis cette année capables de vous accompagner tout l’été. Que vous bronziez sur le sable, faites du tourisme culturel à la frontière espagnole ou restiez chez vous à tenir les murs… 

Kekra – Doré

Même si Kekra se fait railler sur les réseaux sociaux pour le faible nombre de ventes de son dernier album Vréalité, l’homme masqué du 92 a déjà marqué l’histoire du rap français, et s’est d’ailleurs déjà illustré par le passé avec d’excellents sons estivaux, comme C’est bon ou Intermission. Avec Doré, nouvel interlude réussi signé Mantra, Kekra rend un hommage étonnant et réussi à la vibe Dancehall qui, c’est bien connu, se prête parfaitement à l’ambiance estivale. On fire comme Denzel Washington à Mexico, Doré se déguste comme un Capri-Sun sur le bitume brûlant du rainté.

Valdimir Cauchemar & Vald – Élévation

Vlad et Vald réunis sur un son, c’était une occasion à ne pas manquer et c’est un carton assuré pour cet été. Sorti de nulle part, ce feat est si envoûtant qu’il est difficile de ne pas l’avoir en tête. Après l’énorme hit de l’été dernier, Aulos Reloaded (avec 6ix9ine, à écouter ici), le niveau de flûte (de hautbois nommé ‘Aulos’ précisément) de Vladimir Cauchemar n’était pas à prouver. Pourtant, il revient avec un nouveau banger, qui va en traumatiser plus d’un cet été.
Élévation vient donc compléter la « Trilogie de la flûte après G(R)Ave et Aulos, avant de nouvelles expérimentations. Le morceau est un tube entre l’électro de la signature d’Ed Bangers et le Hip-Hop de Vald, toujours aussi ché-per et en forme. Un son hypnotique, un mélange original et un clip complètement barré (signé Benjamin Mege), qui a dû être vraiment très drôle à tourner et encore plus drôle à regarder en fin de soirée bien arrosées… Allez, « Change de vie, change de vision »: cet été c’est le moment parfait pour L’ « Elévation ».

Shay – Villa 

Offrir une villa à la maman fait partie des envies typiques des rappeurs français depuis de nombreuses années, de Gradur (ici) à Alonzo (), en passant par Moha La Squale (ici). Avec VillaShay vient dépoussiérer ce lieu commun. Dans une ballade dansante et spleenétique, la douceur du futur répond aux plaies du passé, et le confort de l’intérieur de la villa s’oppose à la violence de la rue, du dehors. La villa et la ville se mêlent et dialoguent dans le phrasé éraillé de la rappeuse, où espoir et mélancolie se côtoient. Une petite pépite.

 

Niska feat. Booba – Médicament

Jusqu’ici, de Tuba Life à M.L.C, en passant par Ça va allerBooba et Niska nous avaient davantage habitués à sauter sur leurs featurings, plutôt qu’à zouker. Avec Médicament, les deux superstars du rap français livrent cette fois-ci une douce ballade produite par Danny Synthé, qui nous fait entendre la dimension chantante de ses influences congolaises et nigériennes.  Si l’ensemble manque clairement de relief et que Booba livre encore une énième utilisation peu stimulante de l’autotune, le morceau reste sympathique pour une journée à la plage ou une virée au lac.

13 Block – Fuck le 17

Le quatuor sevranais 13 Block avait déjà cassé des nuques en 2015 avec LKTEB, démontrant toute la faculté du groupe à associer leur haine des flics à un banger de haute volée. Dans une ambiance beaucoup plus sombre et étouffante, Myth Syzer ajoute une sirène en approche, qui ne semble jamais s’arrêter, tout comme le cri rageur de Sidikeey, qui semble sortir tout droit de ses tripes ou de GAV. Véritable hymne ACAB, Fuck le 17 marque définitivement la mort de Deusté et la naissance de Stavo, en véritable contremaître de l’écriture GLS.

Nekfeu – Voyage léger

Qui dit été, dit voyage ! Et c’est ce que propose Nekfeu sur ce morceau – et tout au long de son nouvel album construit autour de cette thématique, celle du besoin d’évasion pour mieux retrouver l’inspiration. Voyage Léger se présente comme un titre entraînant, parfaitement ambiancé par un Niska survolté qu’on reconnaîtra évidemment par sa voix si singulière et ses fameux gimmicks (mais ni couplet, ni refrain pour le rappeur d’Evry). Avec un Nekfeu en grande forme, et un Niska aussi discret qu’omniprésent tout le long du morceau, Voyage Léger fait partie sans nul doute des réussites de l’album Les étoiles vagabondes.

Lala &Ce – Touch

Dans la nébuleuse des artistes issus du 667, quelques noms sortent du lot depuis quelques années, à la suite de Jorrdee. En hiver 2018, Freeze Corleone se fit ainsi remarquer, maintenant, pour l’été 2019, c’est au tour de Lala &Ce. Les saisons où sont sortis les deux projets ne sont pas anecdotiques : si Freeze nous a plongé dans l’atmosphère glaciale et ténébreuse, propre au collectif, Lala &Ce laisse poindre les rayons du soleil à travers les nappes de fumée et de brume. Touch, magnifié par son flow murmuré et sensuel, avec ses rythmiques dancehall, nous invite à draguer au bord de la piscine, aux côtés de Lala, et Zuukou (membre de la clique le plus solaire, que la rappeuse cite à plusieurs reprises dans son texte). À écouter avec un grand verre de sirop (de grenadine bien sûr).

Kekra feat Niska – Vréalité

Parce que pour beaucoup, été ne rime pas forcément avec vacances, ni avec plage ensoleillée, ce classement se devait de proposer un titre capable d’accompagner le quotidien de ceux qui ne partent pas, ceux qui taffent pendant cette canicule ou ceux qui n’ont pas tous les soirs la tête à faire la fête. Mélancolique mais mélodieux, calme mais entêtant, Vréalité s’impose facilement comme une parfaite antithèse des morceaux solaires proposés ces derniers temps par les rappeurs.

PNL – Hasta La Vista

De J’suis PNL à 91’s, les frères Andrieu ont souvent prouvé que la lente mélancolie de leur musique pouvait prendre des couleurs festives. Sur Hasta la Vista, ils se prêtent encore à l’exercice, mêlant les sons latinos déjà entendus dans Luz de Luna ou Mexico, à des sonorités orientales. PNL déboussole l’auditeur pour mieux lui parler de leur propre dépaysement, eux qui ont quitté leur territoire, ses galères, et ses icônes désormais quasi-mythologiques (comme Hervé). « J’suis ravi qu’ma haine vous plaise », nargue Ademo. Le duo clame avec fierté sa success-story, mais très vite la machine s’enraye. « La pauvreté nous manque pas, ses moments peut-être… » reconnaît Ademo, chantonnant. Et N.O.S, triste, concède : « Être heureux, j’arrive pas« . Le dépaysement exotique devient lui-même une prison, alors… « Encore un ou deux bums-al et… Allez un peu d’air. »

Heuss l’enfoiré feat Sofiane – Khapta

Plusieurs titres de Heuss auraient pu figurer dans ce top, que ce soit Benda ou Les Méchants. Mais avec son instru plus qu’entraînante et son refrain aussi simple qu’hypnotique, Khapta est sans doute le titre plus approprié pour s’enjailler avec ses potos cet été et relâcher la pression avant la rentrée. Heuss l’Enfoiré vous accompagne en « te-boi« , et ambiance vos soirées arrosées de « Ciroc, Belvé’, Grey Goose« …Un des titres à passer obligatoirement dans votre voiture si vous foncez sur la voie de gauche de l’autoroute, direction le sud de la France ou l’Espagne.

Niska – Giuseppe

Avec Giuseppe, Niska reprend sa formule fétiche, celle qui fait de lui l’un des ambianceurs les plus percutants du game. Rien de nouveau donc, mais un morceau assez efficace pour s’enjailler sur la plage ou simplement rôder en voiture lors des chaudes soirées estivales. Si ce titre ne fera sans doute pas autant l’unanimité qu’un Réseaux ou un Salé, force est de constater que Niska est cette année l’homme qu’il faut appeler pour booster un featuring ou tenter d’apparaître dans un classement estival.

Makala – Tante VV

Pour clôturer ce répertoire de morceaux solaires, il était presque impossible d’omettre le talentueux Pink Flamingo, a.k.a Varnish la Piscine, dont la qualité du travail se fait de plus en plus remarquer. Après son film auditif Le Regard Qui Tue, qui marque une réelle affirmation de son identité musicale, Varnish prend le contrôle des productions du tant attendu album de Makala, pour nous offrir de nombreuses ambiances, aussi maîtrisées que diversifiées. Le 21 juin, les premières heures de l’été ont accompagnées la naissance de Radio Suicide, l’album du Xtrm Boyz qui avait juré de ne jamais mettre « deux fois le même flow dans l’album« . Le défi est relevé avec ce disque à la diversité folle, croisé d’une créativité impressionnante. Parmi les 21 tracks de l’album se cache Tante VV, potentiellement notre tube de l’été 2019. Rythme, instru, arrangements : une seule écoute suffira à couvrir votre peau d’un bronzage méridional. Un morceau des plus travaillés pour une satisfaction auditive intense : l’été sera doux, très doux.

Ces sons peuvent aussi vous aider à passer l’été sereinement:

  • La moitié du dernier album de Jul;
  • Le quart du dernier album de Naps;
  • Zola, Ouais Ouais;
  • Haut standing, de SCH, parfait pour savourer un doux pilon dans les calanques marseillaises;
  • Changerz, Funk;
  • Guirri Mafia, fais danser les schmitts.

About La Rédaction

La Rédaction
Quand on écrit à 4 mains ou plus, c'est un article de la rédac' !

Check Also

80-71

Les 100 meilleurs albums des années 2000 : de 80 à 71

Les années 2000 sont un paradoxe étrange dans le rap français. Bien qu’elles aient vu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.