Home / Chroniques / [Chronique] Céleste – Hippocampe Fou.
Hippocampe fou celeste

[Chronique] Céleste – Hippocampe Fou.

Hippocampe Fou est très présent sur les réseaux sociaux et vous avez certainement lu, vu ou entendu que ☆CÉLESTE☆ a été assez rapidement bouclé, le tout sous la direction artistique et musicale de Blanka (La Fine Equipe). Les jeux de mots sont drôles et très fins, les thèmes d’écriture variés. Mais l’Hippocampe a mûri. La preuve ? Derrière les punchlines, les flows, les mélodies, entre les lignes et les étoiles, cet album nous parle surtout de lui.

trackilistHippo

 Las estrellas

Deux ans après l’Aquatrip, je vous l’annonçais, ce n’est pas tout à fait le même Hippocampe que l’on retrouve dans nos players. Ce premier morceau, sorti en Février, le confirme. Pendant près de 5 minutes au tempo très très lent, l’Hippocampe nous dresse le portrait amer de sa réalité, constellé d’un refrain chanté par son père, guitariste colombien, en espagnol, ce qui rajoute à la tristesse de cette mélancolique berceuse, car qui peut regarder les étoiles mourir sans pleurer ?

« Cuando se mueran las estrellas Nos miraremos sin llorarriste. »

Tellement triste. Un genre de blues d’aérogare… Une ballade aigre-douce mais très smooth pour décoller, qui présage d’un long (13 titres pour les chanceux) mais beau voyage dans les étoiles. ICI EN ECOUTE

 Mes échecs

Nous voici en salle d’embarquement pour le pays imaginaire d’Hippocampe Fou ! Tu comprends dès la première rime que tu ne peux plus reculer, les billets sont non remboursables, non échangeables et c’est l’immersion totale dans le jeu tant de société que de mots (sans parler du chouette jeu de scène avec son fidèle acolyte Céo) d’un Hippocampe Fou toujours aussi fort pour embarquer les gens dans ses chimères. J’en dirai pas plus, va voir le show en live.

 Obélix

Chariot snack – Critique de la société d’hyper-consommation, le morceau est très bien écrit, donc il passe bien, malgré un refrain « facile » mais qui prend très bien en live aussi ! Bref, un morceau court mais lourd. Trop gras, trop sucré, trop salé aussi. Un vrai snack de voyage à déguster avec une sauce aux Schtroumpfs et un sucre sans sucre.

Si j’étais

Se faire un film- Pas besoin de dégainer ton GPS intergalactique, en Théorie, la ballade dans les méandres des possibilités se passe bien, et l’on sent le gros plaisir qu’a pris l’Hippocampe complètement fou dans cet exercice de style pur, façon portrait chinois, dans lequel il se dévoile bien plus qu’on ne le croit…

« Si j’étais une BD, je serais Pervers Pépère / Si j’étais un pays, je serais Imaginaire

Si j’étais un sur-homme, je serai Zaratoustra / Si j’étais un bouquin je serais le Kama Sutra

Si j’étais une montagne, je serai sacrée / Si j’étais une arme, je serais une colombe enragée. »

Pubis ennemi

Interlude ? Onirisme ? L’Hippocampe nous raconte sa brève rencontre avec un morpion. Du coup, je ne sais pas. Séb, tu as une explication sur pourquoi ce morceau là, posé ici ? Sinon à vous de voir qu’en penser. Moi j’ai pas trouvé. A part que, pour pas changer, c’est bien écrit, ça oui.

Presque rien (feat. Gaël Faye)

« J’me fais la malle pour une femelle

Je suis un chat, j’voyage léger.

J’prends mes sandales sans leur semelles

Car j’veux mettre le vent à mes pieds. »

La tête dans leur nuage de légèreté, l’Hippocampe et son premier invité textuel de l’album, Gaël Faye, nous dressent tout guillerets la liste des affaires qu’ils prennent dans leurs bagages. Du Guide du Retard à l’éthylotest en forme de poupée gonflable, les mecs ont le texte ciselé à point, et sur un son parfaitement sixties, la choriste Emji à l’appui (la ouinneuse de La Nouvelle Star 2015), ils voyagent sereins, n’ayant besoin de presque rien… Stan-E -beatmaker qui monte, qui monte- accompagne ici la mélodie joyeuse qui sent le soleil et donne envie de fredonner des jolies paires de seins, deux-trois babioles, des kilomètres de joints…

La grande évasion (feat. Céo)

Escale obligatoire ! Avant d’atteindre le ☆CÉLESTE ☆ , l‘Hippocampe et son backeur préféré et vrai complice sur scène depuis des années aka Céo nous remettent les pieds sur Terre, le temps d’un duo vraiment cool, une histoire de voyage à bas prix, et de sa qualité, toute proportionnelle au budget. Le clip est sorti en mars, et annonçait la sortie imminente de l’album, repoussée à maintenant pour cause de saison de reproduction des hippocampes dans leur écosystème presque naturel parisien. Bref, gros succès de ce clip qui arrive à avoir l’air cheap alors qu’il est juste parfait de trouvailles, de réal’, des potes comme Cheeko (Phases Cachées) ou des gars du Dirty Zoo invités pour la figuration dans l’avion aux clins d’œil des décors (nuages, etc.…). Ouvrez l’œil, il m’a fallu plusieurs visionnages pour profiter de tout.

 Dream (feat. The Procussions)

Vitesse de croisière -Fini les sons légers des atmosphères hippocampiennes au milieu des licornes volantes. Le voyageur s’enfonce à présent dans les nimbes des nuits célestes et la température monte dès les premières basses, so West Coast. Au loin la Grande Ourse brille. Ici, on pénètre les rêves de l’auteur, qui lui-même mélange aquatrip et nuit étoilée, et finit -dans ses rêves- par fister une étoile de mer au bout d’une minute de couplet.

Deuxième couplet, surprise ! L’apparition de The Procussions, tel un météorite tombé tout droit de Californie sur notre oreiller douillet est millimétrée. Du son qui claque, un mélange des langues qui passe crème, une odeur de Côte Ouest, de palmiers et une musicalité des années 90 : C’est bon à en baver sur l’oreiller. Un morceau qui change vraiment des habitudes de l’Hippocampe, mais vraiment très très réussi. Il tourne en boucle dans mon player. Planage assuré.

 Chasse aux sorcières

7ème ciel – La chasse aux sorcières est clairement mon morceau préféré sur scène. Hippo m’a bluffée. L’interprétation scénique de ce titre est juste énorme. Le gars est Fou, comme son nom l’indique, mais surtout très doué ! L’ambiance qu’il pose, le costume, les jeux de lumière, de voix, de rôles… Mais combien sont-ils dans son cerveau ? Frustration ultime, je peux en fait rien écrire sinon je vous gâcherai le plaisir, mais rien que pour ce morceau, je vous invite, comme je peux pas vous y forcer, à acheter votre aller sans retour pour voir un des lives du ☆ CELESTOUR☆.

 Chorale des orphelins à la langue coupée

Turbulences – La chorale des orphelins à la langue coupée est la secousse qui te sors de tes songes et te rappelle que t’avais pas attaché ta ceinture parce qu’il n’y a pas de ceinture pour se protéger des voyages sidérants en Hippocampie. Craquage complet, l’Hippocampe passe un peu plus d’une minute à essayer de faire chanter des orphelins à la langue coupée (mais bien sûr…), qu’il finit par vendre à la foire… Certainement, une remontée d’Aquatrip, ça va passer.

Arbuste généalogique

Atterrissage – Dernier titre du Cd / Vinyle / album digital dans sa version « normale », l’arbuste généalogique est une longue et sweet ballade sur une mélodie juste géniale avec la chouette flutiste de Wax Taylor, Marine Thibault (comme sur l’intro d’ailleurs). >Un bout de sa vie, un morceau d’amour 2.0, le retour à l’amour des parents, la fin d’une histoire d’A… Et au fond, la transmission, voulue ou non, à nos enfants, de ce que nous sommes, de ce que nous leur montrons, de ce qu’il reste de l’imprégnation de la vie, des rêves et des songes sur nos journées d’éveil… Car l’amour et l’imaginaire, c’est bien ce qui a préoccupé notre Hippocampe préféré pendant tout le voyage.

Quarantaine (cadeau bonus pour les pré-co.)

Quarantaine est le cadeau bonus pour les fidèles hippocampeurs qui ont précommandé l’album depuis quelques mois. Une jolie surprise. Comme voir passer une étoile filante. Je n’en dirai donc rien ici, mais rien que pour le geste, c’est beau.

Freestyle Céleste (cadeau bonus bis)

« Avec les mots, je suis assez soigneux Je les fais tous briller avec mon flow soyeux
À une époque, j’étais bien plus joyeux ; Ça y est, j’parle comme un vieux
Mais ne m’appelle pas « Monsieur… Appelle-moi : Dieu ! « 

Encore un cadeau pour les précommandes ! Par contre celui-ci ayant déjà été partagé sur moultes réseaux sociaux, je le partage ici. Monte le son et vas-y, frissonne des tympans, lèche tes babines, bouge ton corps… Ce freestyle-cadeau est juste ☆☆☆ !

CÉLESTE ☆ est disponible à partir du  25 Septembre sur iTunes et dans tous les bons bacs ! Bon Voyage !

About SIX.LU

BOOM!

Check Also

prince-waly-concert

[Chronique] Prince Waly – Junior, un anachronisme à Montreuil

Waly a emprunté le prénom de son père. Ça et d’autres choses, comme le chapeau …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.