Home / Dossiers / Le rap français et la guitare, une histoire qui dure
11287235_10153951668094251_671203078_n

Le rap français et la guitare, une histoire qui dure

Dooz Kawa & le jazz manouche

Dooz Kawa est un artiste qui a souvent mis en avant les instruments. Le rappeur a collaboré à plusieurs reprises avec le guitariste de jazz manouche Mandino Reinhardt.  Les alsaciens ont travaillé ensemble sur l’album Etoiles du sol sorti en 2010.

On retrouve cette influence sur le deuxième album Message Aux Anges Noirs dans les passages solos de Brûler les illusions.

On sait que tu apprécies particulièrement la guitare, est-ce que tu peux nous dire pourquoi ?
Dooz Kawa : Je ne sais pas trop. Je trouve que ses sonorités rayonnent sur la mélodie, créent un genre d’unité atmosphérique. Il y a aussi un coté culturel à la guitare. C’est l’instrument typique de la musique manouche, celui de la révolte punk, de la mélancolie à la révolution. Peut-être aussi que j’essaye de compenser le fait de n’avoir jamais su jouer d’un instrument. La guitare est cet instrument que tu peux utiliser en te posant dans la rue. C’est aussi l’instrument qu’avaient ces mecs dans les lycées « normaux » qu’on voyait quand on séchait les cours de notre LEP. Ils jouaient assis dans l’herbe entourés de filles bobo qui avaient des étoiles dans les yeux. Je crois que j’aurais bien aimé faire partie de ce monde. Nous, on était un peu mal vus avec nos survêts Lacoste à escalader la barrière pour draguer les meufs car il n’y en avait pas dans notre lycée. Avec le recul, je sais qu’on les effrayait. Mais moi j’étais sincèrement touché par le coup de foudre de la guitare. Je n’avais pas encore eu mon déclic rap à cette époque. Mais ça me ramenait à la musique des Balkans que j’avais pu avoir en Allemagne, c’est ma Madeleine de Proust. J’avais oublié cette époque en arrivant en France. J’avais tout rangé peut être par déni du passé, et avec la guitare tout est revenu en m’explosant aux oreilles.

Tu as travaillé à plusieurs reprises avec Mandino Reinhardt, comment ça s’est passé ?
D. K. : On s’est rencontrés à La Réunion. Il faisait un concert et je suis allé lui dire bonjour. Le hasard a fait qu’il habitait mon ancien quartier et que sa fille habitait un étage en dessous de chez moi au quartier et qu’on se rencontre la première fois à l’autre bout du monde. Ça nous a fait marrer. Alors on a commencé à échanger. Je lui ai fait écouter mes tracks avec Mito et ceux avec Bireli. Lui est rentré à Strasbourg, il a enregistré au studio des Sons De La Rue. Et lors de mon retour, l’album était sorti. Je suis allé lui serrer la patte au centre socio-culturel du Neuhof où il enseigne la guitare. On a écouté l’album ensemble chez lui, avec quelques bouteilles de vins sur la table et quelques accompagnements mélodiques.

Qu’est-ce que la guitare apporte à ton rap ?
D. K. : Je ne sais pas trop. C’est viscéral pour moi. Dur à expliquer mais je sais que ça colle. Une beauté spontanée, inexplicable. Une sincérité… En fait, sa mélodie colle exactement avec ce que j’ai envie de faire ressentir. Je pense l’avoir déjà dit ailleurs mais la guitare me permet d’assumer ce coté de l’Est de la France au milieu du champ rap français souvent trop lisse à mon sens. Mais ça n’engage que moi !

Dooz Kawa est également un admirateur de longue date du chanteur et guitariste Damien Saez. Il en fait part sur son titre Catharsis.

« J’emmerde ton rap
Et dans ma caisse j’écoute du Saez
Sur du 2×200 »

Le rappeur strasbourgeois a repris la mélodie et les paroles de A ton nom de Saez. Les univers des deux artistes se confondent et poésie, rap et guitare ne font plus qu’un.

 

About Félicien

Amateur de plumes, j'aime le rap lorsqu'il lie la puissance des mots à la chaleur de l'instrument.

Check Also

photo rap rural 2

[Dossier] Que la montagne est scred – le rap dans les espaces ruraux

Une sélection Topito un peu caricaturale et un article du Monde de 2017, truffé de …

3 comments

  1. @Elyas
    Il a fallu faire des choix, pour ne pas surcharger un dossier qui fait déjà 10 pages, et l’objectif ici était d’explorer les différentes utilisations de guitare dans le rap français, à travers un exemple détaillé et éviter à tout prix le name dropping..
    Concernant l’électrique, j’ai préféré dans un premier temps me concentrer plutôt sur La Canaille, dont il était question de développer davantage. Ça ne s’est pas fait et le duo Arm/Mellano a tout à fait sa place dans ce dossier. Je rajoute volontiers un paragraphe sur Psykick Lyrikah, merci du clin d’œil !

  2. Super article,
    ça fait plaisir de rentrer comme ça dans le détail, de découvrir de nouveaux morceaux et artistes.
    Pour Info, en mode guitare, le groupe TR / grenoble, avec des morceaux comme celui-ci, et dont je suis le discret MC.
    https://soundcloud.com/tr-table-rase/la-horde
    Merci!

  3. Pas un mot sur les album duos « actes » de Psykick Lyrikah ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.