Home / Dossiers / Le rap français et le Name-Dropping

Le rap français et le Name-Dropping

Le name dropping est une figure de style consistant à citer ostensiblement des œuvres, des noms de marques commerciales ou de personnalités connues dans un essai, un poème ou même un roman. Utilisé principalement dans la littérature moderne, il est souvent perçu comme un procédé sarcastique qui relève de la vanité de son auteur. Pour certains, le name-dropping ne serait bon qu’à impressionner le lecteur, une mise en avant de la forme qui en rationnerait le fond. Sorte de litanie dont seul l’auteur saisirait l’intérêt et la signification de cette énumération bibliographique.

L’influence de la littérature.

99-francs-68805-250-400Cependant, en creusant un peu plus, il est évident que l’auteur n’utilise pas cette figure de style simplement pour attester avec mépris « Je connais des choses que vous ne connaissez pas.» Du moins, pas tous. Elle émane d’un raisonnement logique et devient un argument d’autorité pour ainsi appuyer les propos de l’auteur. Prenons pour exemple le roman de Frédéric Beigbeder, 99 Francs. Dans son livre, ce dernier utilise cette technique pour mieux établir sa critique du monde de la publicité et de l’omniprésence des marques dans nos sociétés. De sorte à ce que le lecteur saisisse mieux l’impact de la pensée de l’auteur, Beigbeder cite des marques et s’en moque. En voici un exemple « Bientôt les pays seront remplacés par des entreprises. On ne sera plus citoyens d’une nation mais on habitera des marques. On vivra en Microsoftie ou à Mcdonaldland ; on sera Calvinkleinien ou Pradais »
De même avec Bret Easton Ellis, qui exploite moult fois ce fameux name-dropping, parfois trop pour certains. Dans ce cas-là, la technique sert à expliciter la narration afin de plonger le lecteur dans un univers presque familier. A présent, le rap a pris la relève et se place comme le spécialiste du name-dropping. L’idée était, à la base, de choquer l’audimat ou bien simplement d’ajouter une part de comique au texte.

Pages : 1 / 2 / 3 / 4

About Tanguy Deliessche

"C'est pas toujours facile de lire des conneries de prépubères sur Internet. A vrai dire, depuis que j'ai découvert la plume acérée de Tang-Tang, comme j'aime l'appeler, ma vie a changé. Sans lui, l'inspiration pour Les Rougon-Macquart ne me serait jamais venue." Emile Zola

Check Also

faycal-rap-google

Portrait : Fayçal, l’orfèvre du périssable

Hymne aux fêlures, jamais dans la tendance, Ses rimes en trois temps dansent sur une …

5 comments

  1. Très bon article même si on retombe souvent sur les mêmes artistes malgré la variété des thèmes abordés.

    Concernant le name dropping, comme T.BRED MMC, j’ai pensé directement à « Lecture aléatoire » de Médine et son énorme « Dans la caisse, on bosse IV my people
    Mais la rouille rongera la chaîne
    Tout sera moins cool quand Joey deviendra star dans les chaînes »

  2. Louis-Ferdinand Céline, et non Louis Fernand. Sinon l’article est intéressant dans sa quête de vérité artistique. Cela fait plaisir de voir que le rap, pour certains, n’est pas « une sous culture d’analphabétes » mais bien un mouvement artistique, et donc analysable intellectuellement.

  3. Article intéressant… Pour l’hommage, il y a aussi le morceau de Médine « Lecture aléatoire ».

  4. L’article est de qualité et le sujet est vraiment intéressant. Un phénomène dont on parle peu dans le rap mais auquel la plupart des rappeurs accordent de l’importance sans parfois même s’en rendre compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.