Home / Dossiers / Billets d'humeur / [Top 10] Les phrases agaçantes au sujet du rap français.
zemmour

[Top 10] Les phrases agaçantes au sujet du rap français.

Puisque souvent les commentaires sous nos articles sont très cocasses et qu’on a droit à mille et une réflexions quand on dit qu’on aime le rap, nous avons décidé de relever les 10 phrases les plus agaçantes au sujet du rap français.

1) « Moi, je préfère Oxmo, Akhenaton et Keny Arkana. »

Lu dans les commentaires de tous les articles qui parlent de rap français chez les grands médias, cette phrase est profondément irritante. Elle intervient souvent quand le sujet du papier est un rappeur légèrement controversé. Et l’auteur du commentaire n’a d’ailleurs souvent pas écouté l’artiste en question.

2) « C’est vraiment un milieu très machiste quand même. »

Si on avait que ça à foutre, on monterait une étude qui donnerait le pourcentage de femmes qui travaillent dans et autour du rap. En attendant, on peut vous donner un ressenti et vous dire tout simplement que le rap français n’est ni plus ni moins macho que l’ensemble de la société actuelle. Dédicace à Julien Aubert.

3) « Nous, on écoute de la musique jouée par des musiciens. »

Cool, ta vie. Au-delà du fait qu’on se tamponne le coquillart de savoir ce que tu écoutes ou non, on aimerait souligner qu’il faut être bien naïf pour croire que tous les albums produits aujourd’hui sont joués par des zikos. Le rap français avait juste quelques années d’avance. Et pas la monnaie pour acheter des instruments, ne l’oublions pas.

4) « Le rap est une sous-culture d’analphabète. »

Cette phrase prononcée par Vous-Savez-Qui en a irrité plus d’un mais elle est reprise très régulièrement par les détracteurs du rap. Et vous savez quoi ? Au lieu de se défendre en citant les meilleurs paroliers du game, laissez les gens parler. Parce qu’après tout, on s’en tape de l’avis des gens aigris et coincés quinze ans derrière.

5) « D’habitude, j’aime pas le rap mais toi j’aime bien. »

Tous les rappeurs ont dû un jour entendre cette réflexion énervante. Pourquoi énervante ? Parce qu’elle sous-entend qu’il n’existerait qu’un genre de rap alors qu’il est pluriel. C’est comme dire à un auteur qu’on n’aime pas la littérature mais que lui, on l’aime bien. Ça n’a pas de sens. Ça signifie juste que vous n’avez pas cherché assez loin pour trouver quelque chose que vous appréciez.

6) « Je n’écoute pas de rap, que du hip-hop. »

Véridique, cette phrase est parfois prononcée. Elle intervient souvent avec une mention à Hocus Pocus ou au Saian Supa Crew. La personne qui dit cela marque une différence profonde entre le hip-hop gentil, qui aurait des valeurs et le rap méchant, qui ne parlerait que de drogue et de meufs à poils.

7) « Mais le rap doit avoir un message, sinon c’est pas du rap ! »

Sans faire un cours d’histoire et expliquer que le rap était justement festif au départ, il est tout simplement faux de dire qu’il faut que le rap soit messager. L’opinion publique a cette vision du mouvement uniquement parce que ce sont les groupes à forte identité qui ont été mis en avant dans les années 90.

8) « Ce rappeur est un mauvais exemple pour la jeunesse. »

Mais il s’en fout le rappeur ! Est-ce vraiment son problème si les gamins n’ont pas d’autres modèles sous la main ? Peut-être que c’est la société qui marche à l’envers en laissant des mômes s’identifier à des mecs derrière un micro.

9) « Le rap, c’était mieux avant. »

Classique parmi les classiques. Indétrônable. Montée en puissance à la fin des années 2000, cette remarque n’en finit plus d’agacer. Les gens qui la prononcent considèrent que le bon rap n’existait qu’entre 1995 et 1999. C’est un point de vue qui se respecte mais pourquoi vouloir l’imposer à tout le monde tout le temps ? Si vous n’aimez plus ce qui se fait, prenez une DeLorean DMC 12 et arrêtez de nous casser les couilles.

10) « Franchement, j’aime pas le rap. »

Et bah c’est pas grave, n’en écoute pas.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter pour suivre les actualités que Le Rap en France vous propose.

About Stéphane Fortems

Dictateur en chef de toute cette folie. Amateur de bon et de mauvais rap. Élu meilleur rédacteur en chef de l'année 2014 selon un panel représentatif de deux personnes.

Check Also

anadiplose-7

Anadiplose de featurings #7

Les anadiploses de featurings forment une série de rappeurs qui s’enchaînent les uns aux autres. …

13 comments

  1. Je comprends le point de vue que tu défends via ton article mais il est vrai, je pense, que l’argumentation est un peu facile et ne reflète donc pas la réalité d’aujourd’hui vis-à-vis du sujet. Et je te le dis en tant que passionné de Hip-Hop, moderne comme old-school dans quasi toutes ses formes, mais vois-tu, l’amalgame du puriste est vraiment mal joué dans ta scène, il aurait aspiré à être un peu plus subtil je pense, car pouvoir amener une de ces personnes plus ou moins « fermées » à certaines valeurs comme le rap par la simple discussion est d’une incroyable beauté, ça devient une sorte de fierté ( va pas croire non plus que c’est une manière de convertir comme pour la religion haha ).
    (P.S : l’exemple illustrant le 5) de ton texte est vraiment bidon car la littérature est un art, tout comme la musique. Et non le rap n’est pas un art, il est une manière particulière d’exercer et de développer cet art qu’est la musique. Tu aurais donc pu comparer le rap au romantisme ou n’importe quel courant littéraire, et je suis d’accord avec un des lecteurs, si j’avais vu ça sur Facebook j’aurai juste « zappé » parce que des conneries on en a sur Fb mais pitié pas un article. Voila ciao, hope you’ll do better next time – I Ain’t Hatin’

  2. N’empêche que le rap c’était mieux avant.

  3. encore un qua decouvert le rap avec skyrock.. paye ton article de bouseux

  4. @Frenzied 6 Et tu as on-ne-peut plus raison sur les arguments que tu avances et répète d’ailleurs différemment ce que j’ai moi-même dit, seulement mon com’ étant bien lourd je comprends que ça ai pu porter à confusion ^^

    Par ailleurs le mot « aberration » est sans doute exagéré, mais je maintiendrai que ça relève d’un non-sens. En effet en prenant bien en compte qu’il s’agit donc « texto » de la phrase “Je n’écoute pas de rap, que du hip-hop.”

    Au risque là de moi me répéter il n’y a aucune logique dans le sens où le rap est une branche musicale de la culture Hip Hop. Ce que je veux dire c’est que l’antagonisme entre les mots « rap » et « Hip Hop » n’a pas lieu d’être puisque le Hip Hop n’est pas stricto sensu une musique. Il n’y aurait par exemple pas eu plus de sens dans la phrase « j’écoute pas de Rock, que du métal », faisant fit que ce dernier demeure un sous-genre du premier …

    La phrase aurait trouvé bien plus sens à mon humble avis si elle avait par exemple consisté en « Je n’écoute pas de rap, que du Trip-Hop » (les 2 relevant de la culture Hip Hop). Bon toujours en utilisant là une rigueur pointilleuse dans les termes (qui ne sera pas à jeter selon moi sur un site dédié comme celui-ci). Du reste il serait bête de blâmer en bloc les non-initiés qui feraient cette erreur.

    En espérant avoir pouvoir réussir à me faire comprendre parce que faut avouer que c’est vraiment pas facile à expliquer ! 🙂

  5. Encore un web-rédacteur rap qui crie sa haine des puristes… 🙂

    Les flows monotones, la musique trap à tous bouts de champs, les textes en carton, cette recherche incessante de LA punchline qui fera cliquer, toute cette mythomanie autour du personnage du rappeur…

    Vous avez raison, on est dans le turfu, on devrait simplement écouter sans jamais avoir à comparer. Et surtout, jamais, ô grand jamais, critiquer. Non, en effet, le rap est « pluriel » !

  6. Gabi, c’est pas une aberration de dire qu’on écoute du hip hop et pas du rap.
    Le hip-hop ne se résume pas au rap, bien que la plus part des gens le croient, y a du hip hop instrumental comme certains morceaux de Gramatik ou DJ Cam Quartet par exemple où tu n’as pas de rap. Tous les gens qui m’ont dit ça faisaient la nuance, c’est pas du rap mais ça reste du hip hop ! Un carré est un rectangle mais un rectangle n’est pas carré !

  7. Article pauvre et inintéressant. tu n’as aucun arguments pour valider ce que tu dis. Si tu fait du rap, ça doit être de la merde.

  8. Franchement bof l’article, je préfère oxmo, Akhenaton et Keny Arkana…

  9. « Tu rappes bien pour une fille »

  10. « Y a plus de nécrophiles dans l’moove que d’faux rebelles dans l’moule,
    Le rap est mort ? Nan ! Là tu t’fourre un doigt dans l’boul
    Tu nous ignore car tout au fond tu reste amer…
    ‘Parait qu’t’es Old-School, donc va Niquer Ta Mère ! »

    Anton Serra « Le rap est mort »

  11. Article très mal écrit et au final assez inintéressant. On pourrait facilement le confondre avec un statut Facebook… Lister ce genre de phrases clichés peut s’avérer sympa, mais si c’est pour répéter coup sur coup « on s’en fout de ton avis, bla bla bla », autant ne rien écrire. N’est pas auteur qui veut…

  12. “Je n’écoute pas de rap, que du hip-hop.”

    Haha je me rappellerai toujours le jour où une camarade de 3ème m’a sorti cette aberration (bon l’excuse de l’âge pourra-t-on dire ^^).

    Ce qu’il aurait été bon de pointer par ailleurs à cet égard est le fait surtout qu’écouter du rap revient FORCÉMENT à écouter du Hip Hop … Puisque ça n’en demeure pas moins qu’une des branches musicales de cette culture justement (avec le Beatbox, le Djing en terme de discipline, voire le Trip-Hop). Fin pour autant que certains rappeurs ne se revendique absolument pas (plus ?) de l’esprit Hip Hop (LIM, Alibi Montana, etc …); ça n’en restera pas moins vrai pour autant.

    En tout cas ce qui est dit ici est on-ne-peut-plus vrai ! Et il est du reste très pertinent de relever à quel point paradoxalement la culture en elle-même est hyper bien vue (grande tendance du street-art, admiration sur la toile des beatboxers les plus performants) tandis que sa branche « pourrie » du rap continue à être dénigrée et diabolisée (surtout en France d’ailleurs). Si le Hip Hop était un commissariat, le rap officierait assurément dans le rôle (nécessaire) du mauvais flic.

    7) “Mais le rap doit avoir un message, sinon c’est pas du rap !”
    8) “Ce rappeur est un mauvais exemple pour la jeunesse.”
    9) “Le rap, c’était mieux avant.”

    Limite de toute la liste les remarques les plus insupportables (de démagogie) à mes yeux ! Si les autres trouvent en général leur origine dans une ignorance qu’il ne faut pas nécessairement blâmer je pense, celles-ci proviennent souvent d’individus prétentieux et aigris se revendiquant « puristes » (« bien, tu dois avoir le cul qui brille » héhé ZE référence).

    En tout cas ce sera peu dire qu’on avait grand besoin d’un article tel que celui-ci ! 🙂

  13. Tu t’es vraiment pas fais chier pour ton article. Badant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.