Notre top projets 2021 –

Découvrez notre sélection des meilleurs albums & projets de rap français de 2021 : ce top des sorties de 2021 regroupe 10 projets qui nous ont marqués et ils constituent la crème de la crème de nos playlists…

On va pas se mentir, nous avons tous pris cher en 2021 et le monde de la musique ne fait pas exception. Pas de live, pas de festivals, des couvres-feus, des confinements, des jauges de publics et des concerts assis… Les mauvaises nouvelles se sont enchaînées toute l’année pour finir en apothéose durant la dernière semaine de décembre. Monde de la musique en berne ne veut cependant pas dire manque de créativité ou de talent. Malgré toutes les difficultés, de nombreux rappeurs et rappeuses ont su se faire remarquer, et nous ont touchés. Loin d’être objectif ou exhaustif, cette sélection des meilleurs albums rap français sortis en 2021 regroupe 10 projets qui ont marqués les 365 derniers jours selon nos oreilles. Si certains artistes ont fait l’unanimité au sein de la rédac’ ou du milieu, d’autres ont peut-être une place moins évidente dans cette liste, mais constitue la crème de la crème des playlists de tous les membres de la rédaction…

Certains projets de cette liste ont déjà fait l’objet de chroniques plus ou moins poussées, publiées au cours de l’année et facile à retrouver sur le site, d’autres on également figuré dans notre top semestriel, publié ICI, cet été.
De plus, ne pouvant nous résoudre à laisser de côté certains projets, une sélection de coups de cœur complétera, dans un prochain article, ce bilan.

10) Sheldon – Spectre

Louis

Fondateur de la 75ème session, Sheldon s’est mis au service du collectif pendant plusieurs années avant de prendre sa chance. Comptant sur l’aide de son public pour financer son album, Sheldon a voulu proposer une œuvre sans artifices concentré sur ses émotions et ses pensées, et laisser place au « je » qu’il délaissait avant.

SPECTRE est le témoignage d’un homme sur sa vie, Sheldon a simplifié son propos et s’ouvre à la mélodie. Sans trahir son art, cet album propose des atmosphères très diverses. Il se retrouve avec ISHA pour un morceau très technique, mais aussi avec Zinée pour quelque chose de plus planant. SPECTRE est une balade auditive intimiste dans le monde de Sheldon où n’importe qui peut se retrouver.

Focus track : Fumée est sans doute le morceau qui résume le mieux le changement opéré par Sheldon. Aucunes références, des propos sincères et simples sur la vie. L’artiste parle de son mal-être et de la sensation de vide autour de lui.

9) Isha – Faites pas chier, je prépare un album

Louis

La singularité d’ISHA réside dans la manière avec laquelle il retranscrit le monde qui l’entoure. Après avoir achevé la trilogie La Vie Augmente dans laquelle il imposait son écriture précise et impactante, le public était dans l’attente d’un nouvel album. ISHA veut tourner la page de LVA, durant laquelle il a abordé toute sa vie dans les moindres méandres et se positionner en tant que naturaliste de sa société.

A défaut de sortir un nouvel album, ISHA a délivré l’EP surprise sobrement intitulé Faites pas chier, je prépare un album. Preuve de ses recherches artistiques, les huit morceaux issus de cet EP proposent des ambiances différentes où l’artiste tente des nouveaux flows et styles d’écritures. ISHA prouve encore qu’il est un des artistes les plus singuliers du rap francophone n’ayant pas peur d’aborder des thèmes comme la dépression ou la violence de la rue avec clarté et précision. Cet EP présage de très bonnes choses pour le véritable album du rappeur belge.

Focus track : Retenir un morceau de cet EP est un choix très personnel tant chaque morceau a une couleur différente. La production de Sam Tiba pour l’OUTRO permet à ISHA de dresser un constat simple sur la vie.

8) Zuukou Mayzie – Segunda Temporada

Coadio

Le surnommé « BG du 667 » est revenu l’année 2021 avec la suite de Primera Temporada, logiquement dénommée Segunda Temporada. Dans cette saison 2, Zuukou Mayzie reste fidèle à sa recette musicale qu’il désigne comme de la « Wok Music » ; comprenez une musique mêlant plusieurs ingrédients et influences dans lesquels chacun peut trouver satisfaction et qui sont autant d’occasions pour le rappeur d’y dévoiler ses multiples facettes.

Il suffit de voir la liste des artistes conviés (The Pirouettes, Timothé Joly, Freeze Corleone, Wit) pour se rendre compte de la versatilité de la musique de Zuukou Mayzie; les productions drill variées, Lo-Fi, hyperpop et electro s’alternent et s’entremêlent. Comme toujours, les lames aiguisées, les références aux complots, la noirceur côtoient la mélancolie rêveuse du rappeur et ses références aux films de Miyazaki pour dessiner un univers à la fois sombre et onirique. En somme, la fusion parfaite entre les thèmes et ambiances, chers au collectif 667 avec la qualité de la proposition musicale décalée, légère et profonde, mais toujours travaillée des artistes du label Jeune À Jamais

Focus Track : Haku dernier titre de l’album est la parfaite illustration de la capacité du rappeur à créer sur des sonorités différentes. Ici, il évoque la nostalgie de l’enfance et parvient à faire pénétrer son auditeur dans une bulle de mélancolie joyeuse.

7) Ben PLG – Parcours accidenté

Julie

Ben PLG était sur nos radars depuis la sortie du projet Dans nos yeux en 2020, mais son album Parcours Accidenté nous a mis une vraie claque. Le rappeur de Tourcoing ne fait que progresser, diversifiant ses prods, alors même que sa musique est un témoignage transpirant la sincérité, qui nous a touché en plein cœur. D’une aisance presque insolente, il délivre des flows aux émotions puissantes tout en surfant sur plusieurs genres, créant une harmonie hybride impressionnante.

Reflet d’une réalité qu’on a tous plus ou moins vécu comme français lambda, Parcours Accidenté est un projet aussi doux qu’explosif, qui marque selon nous, l’explosion de tout le talent du rappeur. Pour l’instant, l’interprète de Vivre et mourir à Dunkerque est capable de concilier esthétique mélancolique et conscience sociale, le tout sans glamouriser ou maquiller un quotidien marqué par la grisaille du béton. Ce projet en a ébloui plus d’un au sein de la rédaction et a nourri de nombreuses discussions rapologique cette année, il est donc en toute logique dans le top 10 des meilleurs albums rap français de l’année. N’ayez pas d’hésitation, laissez vous embarquer par le maelstrom Ben PLG, qui vous fera “sourire sous la pluie”.

Focus track : Difficile de choisir seulement un titre, tellement la qualité est au rendez-vous. Rien que pour vous donner un aperçu de la variété de sa proposition, Né pour briller change d’atmosphère plusieurs fois au cours du son, et son flow s’adapte à l’émotion du texte ou du rythme de la prod, si simplement que ça force l’admiration.

6) Deen Burbigo – OG SAN

Clément

Après s’être essayé aux morceaux chantonnés et aux titres plus ouverts sur son premier album Grand Cru sorti en 2017 (quitte à faire des concessions comme il l’a récemment confié en interview), Deen Burbigo a décidé de revenir à ce qu’il sait faire le mieux : rapper. Après avoir amorcé ce virage dans l’album Cercle Vertueux l’année dernière, cette année, il a continué dans la même lignée avec OG San, un premier volume d’une série d’EP dans lesquels il se prend moins la tête que sur le format album, et où la seule ambition est simplement de montrer qu’il reste l’un des meilleurs rimeurs de l’hexagone.

Pour cela, après avoir invité Alpha Wann sur Cercle Vertueux, cette fois-ci, c’est au tour de Nekfeu de venir se confronter à Deen dans un concours de schémas de rimes épique. Il a également convoqué quelques-uns de meilleurs fournisseurs d’instrus du pays (notamment Richie Beats qui a fait la très belle prod de Manssa Moussa), pour un EP 8 titres sur lequel il fait « la musique qu’il aime entendre » comme il dit dans le titre D1. Ça tombe bien : nous aussi on aime l’entendre.

Focus track : Ojisama. Intro du projet, il donne immédiatement le ton : sur cet EP, ça va rapper sec. Des schémas de rimes déstructurés, des assonances, de la punchline… Une bonne petite leçon de rap qui symbolise parfaitement l’esprit du projet.

5) Zinée – Cobalt

Robin

Après un premier court EP remarqué, Zinée allonge le format avec Cobalt, un excellent 10 titres sorti en juillet. L’allusion au bleu de cobalt désigne la couleur de la mélancolie si chère à la toulousaine. Le projet est imprégné d’une émotion douce-amère, soutenue par une voix si particulière, aigue, délicate, nonchalante. Mais ce timbre presque enfantin, à l’apparence inoffensive, contraste avec la froideur des sentiments exprimés. Quand la tristesse semble s’estomper, c’est la revanche qui prend le relais, alliée d’une ambition pondérée.

Timide mais vaillante, « super-héroine dans un corps de lâche« , la jeune proche de la 75ème session nous conte la nostalgie de l’enfance et son inadaptation au monde, entrave à son envie de le conquérir. Hantée par les multiples pertes (de l’innocence à la mort) qui jalonnent sa vie, elle parvient à nous toucher avec une rare justesse. Et cela en grande partie grâce à son écriture sèche et imagée (« Il est beau le ciel mais il m’a tout pris / Il peut pas s’empêcher d’attraper tout ce qui brille« ). Sa plume nous déconcerte, capable de faire sourire ou grimacer au moment où on s’y attend le moins. L’imprévu et la sincérité se faisant plus discrets dans le rap français, Zinée nous en rappelle les vertus avec beaucoup de finesse.

Focus track : Même pas mal. Dans cette magnifique rêverie, Zinée transforme de la boue en or. Ses états d’âme maussades sont sublimés en une ritournelle désarmante.

4) Lala &ce – Everything tasteful

Robin

L’album de l’été 2021 était en fait sorti en janvier. Invitation à s’enivrer de caipirinha et de pêchés, Everything Tasteful a eu le malheur de naitre en période pandémique. Car plus qu’une musique estivale, Lala&Ce nous propose avec son premier album un hymne à la fête atemporel. Mais la fête à laquelle nous emmène la jeune artiste n’est pas une vulgaire party. On plonge dans son univers sophistiqué, léché, presque dandy, jusque dans son propos impénétrable.

Capable de véritables tubes en devenir, comme de morceaux un peu plus « spé », à l’aise sur de la trap comme du dancehall, Lala étale sa polyvalence au micro. Dans ce feu d’artifice hétérogène (15 beatmakers pour autant de morceaux), les ambiances s’entrechoquent comme les glaçons de la lean couleur féministe. Loin d’être un bloc similaire, le projet explore différentes direction et permet aux auditeurs de piocher leurs sons préférés.

Focus track In luv again. Pour nous, c’est un morceau d’une redoutable efficacité, puisqu’à peine lancé, la température monte et l’on se met à rêver d’une plage tropicale aux reflets azurs… 

3) Orelsan – Civilisation

Curtis

Après plusieurs années d’absence, Orelsan est enfin revenu avec son quatrième album, Civilisation. Encore une fois, le rappeur normand propose un projet musicalement différent des précédents. Grâce à un travail monumental de son fidèle ami et beatmaker, Skread, l’album est dans l’air du temps, piochant dans les modes passées et actuelles. C’est ainsi que des influences pop, rap, disco et drill, sont présentes. Le style Orelsan est plus que jamais établi, avec une nuance de différentes couleurs musicales, créant une palette aussi riche qu’intéressante. Nommé aux Victoires de la Musique, Civilisation est donc médaille de bronze de notre top des meilleurs albums rap français de 2021.

L’homme et l’artiste ont mûri, c’est logiquement que les lyrics également. Ils sont bien plus conscientisés qu’auparavant. Quand il ne parle pas de son couple, Orelsan délaisse l’introspection pour plonger l’auditeur dans des problématiques sociales diverses et variées. Si Civilisation est une réussite, c’est grâce à la volonté d’Orelsan de toujours se renouveler afin de proposer quelque chose de nouveau. Imparfaite, cette quatrième œuvre rayonne par ses défauts et son authenticité. 

Focus Track : Ensemble est une véritable déclaration d’amour à sa femme. Si les lyrics peuvent paraître légèrement niaises, ils montrent à l’inverse, toute la plénitude et la sagesse acquise par Orelsan au fil des années sur un sujet aussi difficile que l’amour.

2) SCH – JVLIVS II

Robin

Les suites d’un premier opus réussi flirtent souvent avec le fiasco. Avec JVLIVS II, SCH, en grand fan de la figure iconique du Parrain, parvient toutefois à rendre une seconde copie aussi lumineuse que la première. Malgré des irrégularités, ce projet a donc toute sa place sur le podium de notre sélection des meilleurs albums rap français de l’année.
Dans la continuité de la qualité du tome I, cet album l’est aussi dans sa construction. La narration de José Luccioni fait respirer le fil des tracks et inscrit une atmosphère diffuse que l’on ressent tous au long des différents sons…

La production se révèle toutefois plus éclectique que sur JVLIVSKatrina Squad laisse un peu la place à d’autres talentueux beatmakers (BBP, Meryl, Zeg P, Sofiane Pamart), ce qui a le mérite d’enrichir les tons du projet et de nuancer une couleur musicale qui aurait pu nous lasser. Au sommet de son art, le S change de flows comme il change de flingues ou de costumes, aussi brillant dans l’égotrip que l’introspection. Les multiples identités de Jvlivs se déploient et se confrontent, truand menaçant sur Crack ou trentenaire désabusé sur Raisons. Tel un héros de tragédie grecque, SCH se démène avec son destin au fil des tracks, jusqu’à Loup Noir, conclusion grandiose d’un album accompli. 

Focus Track : Zone à danger. Morceau magistral autant dans l’interprétation que dans l’écriture. Dans ce qui est sans doute son meilleur registre, SCH nous bombarde d’émotions, de la rage sociale à la douleur amoureuse. 

1) Laylow – L’étrange Histoire de Mr. Anderson

Théo

Étrange histoire que celle de cette première place. A la clôture des votes pour constituer ce top annuel, le verdict de la rédaction pouvait sembler paradoxal, L’étrange Histoire de Mr. Anderson n’arrivant en tête chez personne, mais en bonne position chez quasiment tout le monde (lui permettant ainsi d’accumuler le plus de points). C’est peut-être à cela qu’on reconnaît un très bon album, et surtout un immense rappeur : cet album-concept cru 2021 n’égale pas la claque reçue avec Trinity, mais prouve la capacité de Laylow à pousser plus loin sa créativité, à renouveler son univers, à entrer dans la cour des grands.

Déroulant l’histoire d’un jeune artiste en quête de reconnaissance et confronté à un alter-ego de plus en plus envahissant, Laylow réussit avec cet album un tour de force. Sans trahir les codes de l’album-concept (profonde cohérence musicale et thématique entre les morceaux), L’étrange Histoire de Mr. Anderson est un opus diablement efficace, un blockbuster tout en maîtrise. La première place est donc amplement méritée pour celui qui a su réunir sur son album de très beaux noms du rap FR (Alpha Wann, Nekfeu, Damso…) et dont l’influence commence, déjà, à se faire sentir sur les propositions de ses confrères.

Focus track : LOST FOREST. Si l’enchaînement des morceaux et des interludes rend difficile le choix d’un titre phare, LOST FOREST constitue toutefois le climax de l’étrange histoire contée par Laylow. Anti-flic, viscéral, magistralement interprété, ce morceau fleuve remue tripes et neurones.

About La Rédaction

La Rédaction
Quand on écrit à 4 mains ou plus, c'est un article de la rédac' !

Check Also

La Nouvelle FRap ! Avec Calamine, Esras LCC, VVS Panther, Der’k et Boa Joo

Avec la rubrique découverte La Nouvelle FRap, on digge les nouveaux talents du rap francophone …

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.