Home / Dossiers / Tours : De l’or parmi les rats

Tours : De l’or parmi les rats

Avant l’Euro, et parce qu’on s’appelle Le Rap en France, nous avons décidé de vous présenter des panoramas du paysage rapologique de différentes villes de l’hexagone, une bonne occasion pour découvrir de jeunes talents et revisiter des classiques. Pour commencer en douceur avant de monter en puissance dans les semaines qui viennent, on commence avec la ville de Tours.

« Viens faire un tour dans ma ville et tu verras qu’au pied de nos tours on trouve de l’or parmi les rats»

Tours est une ville schizophrène où les parcs et les jardins fleurissent au milieu des ruelles de pisse ; piégé entre la Loire et le Cher, le centre historique renferme les plus anciens bâtiments, les plus beaux aussi, et sont gardés par des clochards postés aux endroits clés, comme des sentinelles. Ce « vieux Tours » entre en collision avec sa jeunesse qui vient s’y oublier. La place Plumereau centralise toutes les oppositions sociales, les jolies jambes de la fac de lettres perdues dans leur quête d’avenir croisent les scientifiques pragmatiques de Grandmont, les petits bourgeois aux chaussures pointues de la fac de droit se heurtent aux têtes brûlées des quartiers plus difficiles. Tous viennent perdre leurs dernières plumes à la place du même nom.  C’est ce que désigne le rappeur Segna, dans un morceau dédié à Tours, Tours City : « La jeunesse traîne en ville, le soir à plume’ pour y cacher ses failles, on enchaîne les re-vè pour y noyer ses rêves, chaque semaine c’est la merde car chaque week-end c’est la même ! ». Ces contradictions font le charme de la cité, et se reproduit dans les morceaux des rappeurs tourangeaux, dans le clip Après la pluie, on voit Hostyle vagabonder entre les lieux de convivialité, terrasse, kebab, boîte de nuit, et clamer pourtant sa solitude et ses moments de galères « Encore un jour où j’aurai la tête dans les nuages, difficile d’avancer quand c’est à contresens que tu nages ». Ces oppositions sont aussi visuelles puisque le rappeur clame un désordre intérieur entouré de la plus fine architecture tourangelle, poursuivi par la pluie alors que le reste du quartier est ensoleillé.

Ces mélanges sociaux sont permis par les ponts qui relient les différents quartiers, « Le temps passe trop vite, et l’eau coule sous les ponts, passant par Mirabeau, ce vieux Wilson jusqu’à Napoléon », Segna et les autres utilisent leurs décor pour exprimer des émotions personnelles, « Combien de fois j’ai remonté cette putain de Tranchée complètement ravagé », c’est pour cette raison que le rap tourangeau devient plus street à mesure où l’on s’échappe du centre-ville : « Bienvenue dans ma ville, où les ruelles se font si sombres, où pour un décolleté tu peux te faire violer par six ombres . On passe aussi à un rap plus communautaire, les Soldats imprévisibles clament « Représenter Tours-nord », Tipeuh le Saint-Cyr zoo, tandis que L’Harbi se revendique Made in La Riche . Sur ces trois morceaux le nom du quartier donne son titre à la chanson, démontrant le fort sentiment d’appartenance de chacun à leurs univers, et créant de l’émulation.  Ces oppositions, ces revendications, sont à la base du mouvement Hip-Hop, et malgré une scène rap peu développée, l’esprit de concurrence  et la défense d’une identité est bien présent, Hostyle écrit « J’viens de Tours Nord j’suis pas un gars de Paris » brisant l’idée que Tours serait un petit Paris et assumant ses distances avec la capitale. Shak flow loko, dans  le refrain de Tours 2 contrôle réunit les noms de plusieurs quartiers « ça vient de Bouzignac, de La Riche, de Sanitas, rives du Cher, St-Pierre et Joué-lès-tours, des Fontaines » défendant l’idée du freestyle convivial, avec de grands écarts de niveaux entre les couplets de chacun, différents horizons représentés, un rap davantage à l’énergie et en quête de performances collectives.

About Etienne Kheops

Etienne Kheops
J'ai 23 ans et j'aimerai simplement établir des ponts entre le rap et la littérature sans rentrer dans la branlette intellectuelle, en somme pour défendre cette culture trop souvent dénigrée. Petit texte versifié chaque mois, et selon les humeurs des chroniques et ITW.

Check Also

sample

[A l’origine] Les face-à-face du sample #1

Le rap et les samples, ce sont deux éléments indissociables, on le sait. Enfin, je …

5 comments

  1. Special « BIc » up à Hostyle

  2. Une entreprise bienvenue et un article congru dont résultent une découverte de créations intéressantes et d’autant plus tourangelles, comme les rues mutuellement côtoyées. J’aime beaucoup l’introduction sociologique et ta présentation des choses.

    Salut l’ami.

  3. Bonne question

  4. where is cnn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.